Suis-je bigenre, genre fluide, transgenre?


Question: suis-je bigenre, genre fluide, transgenre?
Bonjour,
Depuis aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été attiré·e par la lingerie féminine et j’ai toujours envié ma sœur d’être la fille que je n’étais pas.
Quand je me fantasmais, je me rêvais devant un miroir en train de mettre un soutien-gorge que mes seins remplissaient avec volupté.
Avoir une poitrine fut un rêve qui m’a accompagné·e toute ma vie, malgré un mariage toujours heureux et une hétérosexualité avérée: je n’associe pas la masculinité à une quelconque attirance sexuelle.
Il y a environ 7 ans j’ai cédé, je me suis hormoné·e grâce à un médecin compréhensif et par la suite je me fournissais sur l’Internet, cette hormonothérapie à duré environ 5 ans.
Vu mon âge la féminisation fut limitée mais j’ai néanmoins une petite poitrine (bonnet A), vis-à-vis de mon épouse cela passe pour de la gynécomastie.
Mes seins se devinent facilement sous mes habits surtout quand je porte un soutien que je porte avec plaisir, je précise que socialement mon genre est masculin.
Je suis à l’aise avec cela, j’aime avoir des seins car cela me correspond, d’autant plus qu’au quotidien ils n’ont pas la charge érotique que je leur prêtais avant d’en avoir et cela m’a conforté·e: Ma poitrine n”était pas un fantasme, mais plutôt une sorte de rééquilibrage.
Je sens que vivre 100% femme signifierait d’abandonner ma masculinité, masculinité que je ne réfute pas, mais elle est très insuffisante pour me sentir bien.
Cette situation “entre deux eaux” me trouble néanmoins…

Michel-e

Bonjour Michel-e,

 

Merci beaucoup de nous avoir écrit! Si je comprends bien, tes questionnements portent sur deux aspects, ton genre (être trans, bigenre, non-binaire, etc.) et la façon dont tu peux exprimer celui-ci dans ta vie de tous les jours (vivre en tant que femme ou pas). Je vais donc tenter de te répondre dans cet ordre. 

 

De l’extérieur, je ne peux pas dire qui tu es ou ce que tu ressens, par contre, je peux te parler des possibilités qui existent et tu peux réfléchir à ce qui te convient le mieux. 🙂

 

Identité de genre

J’aimerais commencer avec la différence transgenre et cisgenre : être trans c’est de ne pas s’identifier entièrement, uniquement ou pas du tout à son genre assigné à la naissance, alors qu’être cis signifie d’être complètement en accord avec cette assignation rendu·e à l’âge adulte. Si aujourd’hui tu n’as pas l’impression d’être toujours très confortable dans les mots “homme” et “monsieur” c’est très possible que tu ne sois pas cis! Trans et cis sont des adjectifs, c’est donc possible d’être une femme trans, d’avoir été assignée garçon mais de se sentir femme, ou d’être un homme cis, assigné garçon et à l’aise d’être un homme par exemple.

 

Il y a beaucoup d’expériences et de diversité au sein des vécus trans! Plusieurs personnes trans ressentent encore une certaine connexion ou relation avec leur sexe assigné, seulement leur ressenti va au-delà de ce sentiment et englobe aussi d’autres facteurs. Une grande famille des communautés trans est la non-binarité : les personnes non-binaires ne se reconnaissent pas pleinement dans les deux catégories classiques, ni homme, ni femme. Cela peut vouloir dire de s’identifier aux deux en simultanément ou en alternance, de s’identifier à un autre genre neutre, de ne pas s’identifier à aucun genre, ou encore plein d’autres configurations. Généralement, on dit que les personnes bigenres s’identifient à deux genres ou plus en même temps (homme et femme par exemple) et que les personnes fluides dans le genre ou genderfluid ont un genre qui change dans le temps ou selon les contextes, de façon prévisible ou non.

 

C’est des définitions très globales, chaque personne vit une son genre de sa propre façon. Mais jusqu’ici est-ce que les grandes lignes sont assez claires? Parce que ça s’apprête à se compliquer. 🙂

 

Expression de genre

C’est possible d’avoir une belle poitrine volumineuse et aimer porter des soutiens-gorge indépendamment de ton genre. Pour aller plus loin, c’est possible d’avoir une apparence et un style très féminin, très masculin, plutôt neutre, qui change ou qui reste pareil que tu sois une femme trans, un homme cis, une personne non-binaire, bigenre ou fluide dans le genre. Mais oui! 

 

D’ailleurs, as-tu déjà entendu parler des prothèses mammaires faites de silicone (ou encore tricotées) qu’il est possible de porter et de retirer selon ses envies?

 

Je t’inviterais donc à réfléchir ici à quelques éléments. Qu’est-ce que signifient la masculinité et la féminité pour toi précisément? Souvent, la plupart des éléments auxquels on peut penser se retrouvent des côtés sous différentes formes : tu peux sans doute penser à des femmes cis ayant des muscles, de la pilosité ou un intérêt pour la mécanique ou les sports.

 

Pense aussi à ce que tu aimerais changer si tu avais le choix et s’il n’y avait pas d’obstacles sur ton chemin : avoir une apparence féminine, masculine ou neutre? Qui change ou qui reste stable? Tu peux penser à des éléments spécifiques que tu aimerais changer ou garder (longueur et couleur des cheveux, vêtements, accessoires, ongles, piercings, maquillage) de façon individuelle ou dans leur ensemble. 

 

Ça peut aussi être au niveau des prénoms, pronoms (il, elle, iel), accords (heureux, heureuse, heureux·euse) et titres (madame, monsieur, mix, juste utiliser ton nom). J’ai remarqué que tu utilisais des termes épicènes (avec le ·e) pour parler de toi-même. Je suis non-binaire et c’est ce que j’aime faire aussi! C’est aussi des choses qui peuvent changer selon ton interlocuteur·ice.

 

Tu dis avoir une certaine difficulté avec “l’entre-deux”, qu’est-ce qui cause cet inconfort à ton avis? Est-ce que cela vient de l’intérieur ou d’une crainte de te faire juger? Est-ce que ça pourrait être car tu as l’impression d’être ni l’un ni l’autre, ou d’être davantage l’un en particulier?

 

Tu affirmes aussi avoir “un genre socialement masculin” et que ta femme comprend les changements relatifs aux hormones que tu as prises pour des changements liés à l’âge. Crois-tu que ta femme, ta soeur, d’autres personnes dans ton entourage ou dans ton réseau pourraient avoir l’ouverture nécessaire pour t’écouter dans tes questionnements et tes réflexions sans te juger? Avoir le soutien de personnes proches ou faisant partie de sa communauté peut aider énormément avec ce genre de questionnements. 

 

C’est un peu le principal de ce que je voulais te communiquer. J’ai l’impression de t’avoir donné plus de questions que de réponses, mais j’espère que les pistes que j’ai nommées seront porteuses de réponses et de direction. Tu peux toujours nous récrire si tu en ressens le besoin.

 

En te souhaitant une très bonne fin de l’été,

 

Maxime, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment