Questionnements au niveau de mon orientation sexuelle: mon parcours


Bonjour AlterHeros,
J’écris aujourd’hui car j’ai des questionnement au niveau de mon orientation sexuelle. En parler, et l’écrire, peut clairement m’aider. Tout d’abord, j’ai 17 ans, je suis sorti avec plusieurs filles durant mon adolescence (et la maternelle mais ça ne compte pas). Je suis actuellement en couple avec copine depuis 6 mois. Je suis bien avec malgré des hauts et des bas. Cependant, j’ai des doutes en ce qui concerne mon orientation sexuelle.
Il y a un peu plus d’un an, vers avril 2018, il y a une rumeur pour laquelle un gars de ma classe d’espagnol était en “kiffe” sur moi. On a donc cru que j’étais gay. Cette insinuation m’a paru ridicule car pour moi c’est acquis je suis hetero. Cependant, je pense que ces doutes sont venu de là. Pendant 2 mois, je me posais beaucoup de question puis plus rien pendant l’été. Je fis ma vie tranquillement, j’essayais de sortir avec une fille que j’ai rencontré dans la même période que c’est questionnement. J’ai même refusé de coucher avec une autre fille car je voulais celle qui me plaisait (fille qui ne voulait plus de moi). Ces questionnement reviennent en octobre-novembre 2018, j’en souffre beaucoup (toujours aujourd’hui), j’ai ces pensées homosexuelles qui me hantent. J’en ai vraiment peur. Donc je me demande, suis-je gay ? Pourtant, malgré les pensées, je suis profondément attiré par les filles, je me permets d’en draguer plusieurs, avec un sentiment de plainitude en le faisant. Voyez-vous, je me suis fait friendzoner par celle que je désirais. Mais peut importe la vie continue. Jusqu’au jour où je commence à parler à ma copine actuel, c’était en février 2019, elle m’avait repéré depuis septembre. Pourtant je ne l’avais pas vraiment remarqué, on était dans le même groupe d’EPS, je regardais principalement les autres filles lorsque l’on était à la piscine. Cependant, je me suis vraiment bien entendu avec elle lors de nos échanges, un mois plus tard nous étions ensemble malgré nos tempérament timide. Je sais que je l’aime. Mais ces pensées me font douter de tout. Par exemple, quand je marche, quand je parle, ce que je fais, ma démarche, mes positions quand je suis assis, debout, est-ce que ce que je suis en train de faire est gay ? Pour en revenir au couple, je me demande si je l’aime vraiment, si je ne suis pas refoulé. Il me semble que le mois de mars 2019 je n’ai pas eu de pensée donc le fait d’avoir une copine m’a aidé à voir clair. Et bien non ! C’est revenu. J’en décide d’en parler à ma copine début mai. Puis à mes parents après avoir fait ma première crise d’angoisse dans la même période. Cela m’a fait beaucoup de bien ! Mais ça a duré un temps et c’est devenu pire. J’ai commencé à regardé plein de forum, voir comment des personnes ont découvert leur penchant sexuel. Problème, je ne m’y reconnais pas. J’ai vu beaucoup de cas parlant d’une découvert à l’enfance (enfin un sentiment d’être différent), ce n’est pas mon cas. J’étais même amoureuse de ma maîtresse, j’embrassais même les filles à la récréation (j’ai conscience que cela ne veut rien dire). Deplus, à partir de mai, j’ai commencé à avoir une pseudo attirance pour les hommes. Je m’explique, j’ai l’impression d’être attiré par des hommes mais pas vraiment enfaite. C’est à ce moment là que je me suis rendu compte d’un truc : des pensées sexuelle j’en ai toujours eu du côté féminin, tout petit même. Le problème en me posant ces questions, et bien j’ai des pensées sexuelle h24. Que ce soit homme ou femme (homme qui me dérange le plus, malgré le fait que les pensées féminine commence à m’énerver). Mais, mon cerveau imagine, dorénavant, que j’embrasse tout le monde, homme femme (objet plante de temps en temps). C’est devenu insupportable.
Ma copine et mes parents trouvent que je réfléchit trop. J’en ai parlé à des ami(es). Une pote ma confié qu’elle avait les même pensées et les même fréquences. Mais après avoir posé des questions, la majorité avait ces pensées mais n’y prêtait pas attention. Même ma copine. C’est à ce moment là que j’ai fait le test de Kinsey. Je suis donc dans l’échelon 1 (hetero tendance mineure homo). Et pourtant ma copine est échelon 2 (hetero tendance majeure homo). Donc, un peu plus perdu. Je stresse trop ? Je réfléchi trop ? Mais j’ai l’impression d’être attiré par tous les hommes (et femmes mais ce n’est pas la question) que je vois, que ce soit dans la vraie vie ou sur YouTube. Je ne sais plus ce que c’est que le désir, je me reste souvent en regardant des femmes et des hommes. Pas d’attirance pour les hommes. Ces craintes ce sont renforcés lors de ma première fois, je n’ai ni ejacule, ni pris du plaisir. la deuxième non plus. Ce fut la 3eme qui fut la bonne malgré l’absence d’ejaculation. Après la 5eme fois j’ai pris beaucoup de plaisir et j’ai ejaculé. Ce qui m’a beaucoup soulagé. Par ailleurs, lors d’un rapport, j’ai essayé de voir ce que je ressentais pendant que je le faisais, pire idée possible, je n’ai pris aucun plaisir. Après tout ça, j’ai remarqué que j’avais peur de ne plus aimer les femmes, de ne pas aimer ma copine. Ne plus pouvoir avec une femmes, ne plus effleuré sa peau, ses seins… Je pense que c’est ça qui me tracasse le plus. Mes parents, mes amis sont ouvert d’esprit, il y aura même pas de jugement (il y a même gay qui est dans notre groupe de pote, je ne lui parle pas beaucoup d’ailleurs). Et j’ai peu de mal à en parler (je pleure juste quand j’en parle avec ma mère).
Avant de conclure, je vais évoquer la vison de l’homosexualité quand je la vois sur le petit ou le grand écran. Avant avril 2018, j’ai regardé la série game of thrones où l’on voit une relation sexuelle entre 2 hommes, cela ne m’a rien fait. Puis maintenant, je ressens du malaise, notamment quand j’ai regardé Bohemian Rapsody ou encore des séries qui inclut un personnage gay (ce qui est très bien). Par la suite, j’ai testé le porno gay pour me testé. Première fois, à peine regardé ça me dégoutais. Puis récemment après plusieurs crises, j’ai décidé de comparer pornl hetero et porno gay. Je bande sur le porno hetero et je ne bande pas sur le porno gay. D’ailleurs, j’ai toujours été exiter par le porno hetero, mais mtn je regarde plus les femmes en solo ou lesbienne.
Enfin, j’espère que vous aller pouvoir m’éclairer un peu sur ce que je ressens en tant qu’adolescent. Désolé si c’est trop long
Merci d’avoir lu, et j’espère que des jeunes se reconnaîtront
Redstar
 
Bonjour à toi !
Merci de faire confiance à l’équipe d’AlterHéros. C’est un sujet qui peut être sensible ou personnel, alors merci de nous donner accès à tes préoccupations et ne t’en fais pas, ta question n’est pas trop longue ! Au contraire, tu me donnes beaucoup de détails qui m’aideront à te répondre. D’ailleurs, je tiens à souligner ton excellente capacité d’introspection !
 
Je vais résumer ton questionnement; tu as été en couple avec plusieurs filles, tu as d’ailleurs actuellement une relation avec une fille dans laquelle tu te sens bien. Malgré cela, tu as commencé à avoir des doutes sur ton orientation sexuelle lorsqu’un garçon de ta classe a commencé à te porter un intérêt et que d’autres personnes en ont déduit que tu étais gay. Depuis cela, tu as des pensées intrusives qui te génèrent de l’anxiété. Tu crains de refouler ton homosexualité. C’est bien cela ?
 
Je vais tenter de t’aider à démêler tout ça !
 
Ce que je retiens surtout en te lisant, ce sont tous les indices qui confirment ton attirance vers les filles : tu te dis profondément attiré par celles-ci, éprouver un sentiment de plénitude quand tu dragues des filles, être amoureux de ta copine, etc. Sache que tu peux faire confiance à ces indices. Il ne s’agit pas de mensonges créés par ton esprit pour couvrir ton attirance envers les hommes, mais bien de tes sentiments réels et sincères. Tu mentionnes également ne pas avoir d’attirance envers les hommes et ne pas tirer d’excitation de la porno gaie. Tu peux également te fier à ces indices. Concernant la pornographie, j’aimerais citer ma collègue Marie-Édith dans une question portant également sur l’orientation sexuelle : ”Je tiens aussi à te parler de porno, puisque tu dis en consommer beaucoup. La porno mainstream est faite pour choquer, pour exciter rapidement. Elle est faite pour plaire, peu importe qui la regarde. Je connais des femmes homosexuelles qui regardent de la porno mettant en scène des hommes homosexuels… alors qu’elles n’ont aucun intérêt pour les hommes dans la vie. Souvent avec des corps retouchés, épilés, sans protection contre les ITSS et les grossesses non-désirées, sans égard au consentement, sans les rires, les malaises, la gêne, les découvertes lentes et tendres, les difficultés à trouver une position confortable et agréable, sans les colocs ou la famille dans la pièce à côté à cause de qui on ne peut pas faire de bruit, la pornographie ne représente pas la réalité, tu comprends? Comme tu l’expliques dans ton message, elle peut effectivement avoir une incidence sur ta vie sexuelle puisque tes attentes au niveau de la sexualité ne correspondent pas à ce qui se passe dans la vraie vie. Elle peut effectivement causer une baisse de libido. Autrement dit, la pornographie est une mauvaise conseillère lorsqu’il est temps de déterminer notre orientation sexuelle… et pour la sexualité en général, bien souvent !
 
Maintenant, en ce qui concerne ce qui te fait douter de ton orientation sexuelle, c’est-à-dire la crainte de refouler ton homosexualité qui te revient en pensées de manière récurrente, je te propose de lire la réponse suivante :
Je fais des crises d’angoisse entre autres parce que j’ai peur d’être gay.
 
Obtenir un soutien personnalisé et à plus long terme auprès d’un.e intervenant.e psychosocial.e ou d’un.e psychologue pourrait t’aider à plusieurs niveaux. Tu te demandes si tu réfléchis/stresses trop, tu rapportes avoir fait une crise d’angoisse et être inquiet à l’idée de ne plus être attiré par les femmes ou ne plus aimer ta copine dans le futur… Toutes ces préoccupations mériteraient d’être adressées auprès d’un.e professionnel.le qui saurait te rassurer et te faire cheminer dans tes réflexions.
 
Tu dis également penser fréquemment à la sexualité. Ces pensées semblent être intrusives, puisque tu dis qu’elles t’énervent et que c’est insupportable. Je ne sais pas à quel point cette situation t’affecte. Je pourrais te dire qu’il est parfaitement normal pour un adolescent qui s’éveille à la sexualité de penser fréquemment au sexe, d’avoir des images mentales, etc. Cependant, si tu en souffres ou si tu sens que ces pensées prennent trop de place et qu’elles t’affectent négativement au niveau psychologique, il s’agit d’une autre situation que tu pourrais adresser auprès d’un.e spécialiste. J’ajouterais aussi que le fait que tu aies des pensées sexuelles en lien avec les hommes (par exemple, que tu t’imagines embrasser un homme) ne signifie pas que tu es gay ou bisexuel. La question de l’orientation sexuelle est d’abord et avant tout une question d’attirance : c’est l’envie de vouloir se rapprocher d’une personne, d’apprendre à mieux la connaître, de désirer être en contact avec elle physique (sexuellement ou non). Est-ce que c’est quelque chose que tu ressens parfois pour des garçons? Par ailleurs, tu fais référence à l’échelle de Kinsey dans ta question. Voici le schéma : 

L’échelle de Kinsey peut être un bon outils pour alimenter des réflexions, mais il est toutefois nécessaire de nommer ses limites. Cette échelle se base sur des expériences, sans tenir compte du désir, du consentement ou des attirances. De plus, cette échelle place l’orientation sexuelle sur un continuum, ce qui est génial! En effet, cela nous permet de concevoir qu’entre les pôles exclusivement homosexuel.le et exclusivement hétérosexuel.le se trouvent plusieurs nuances et variations possibles. Toutefois, cette échelle invisibile certaines orientations sexuelles, comme l’asexualité ou la pansexualité. De plus, cette échelle te permet de concevoir que ton attirance envers ta copine ou les filles en général n’est aucunement remise en doutes par tes questionnements envers une possible attirance envers les garçons. En effet, tu peux être amoureux et attiré envers ta copine et les filles tout en développant sporadiquement certains désirs pour certains garçons. J’en profite pour rappeler qu’il est complètement normal et sain de se poser des questions sur sa sexualité! Et surtout, qu’il est complètement correct de se sentir mélangé. Il n’y a pas de presse. 🙂
 
On dit souvent qu’il est préférable de tenter de se montrer rationnel et de se fier davantage à nos pensées qu’à nos émotions. Or, parfois, les pensées sont toutes aussi incontrôlables et imprévisibles que les émotions. Ce n’est pas parce qu’une pensée revient sans cesse dans notre esprit qu’elle est vraie. De même, comme tu l’as peut-être déjà constaté, plus l’on s’évertue à chasser une idée de notre tête, plus celle-ci prendra de la place et de l’importance. C’est pour cela qu’il peut être bénéfique de s’efforcer d’accueillir toutes nos pensées sans les juger et sans leur donner trop d’importance. Informe-toi sur la pleine conscience ! (Par exemple, en lisant cet article : Qu’est-ce que la pleine conscience?
 
Par ailleurs, tu dis avoir l’impression d’être attiré par tous les hommes (et femmes) que tu vois. Est-ce que tu veux dire que tu apprécies leur physique ? Apprécier l’esthétique d’un visage ou d’un corps n’est pas nécessairement déterminant par rapport à l’orientation sexuelle. 
 
Tu es loin d’être le seul à te poser ce genre de question ! Je t’invite à lire les réponses suivantes qui traitent de la peur de refouler son homosexualité et qui, je crois, complètent bien ma réponse à ta question : Dossier Peur d’être gay
 
Voilà ! J’espère avoir pu te rassurer et t’apporter des réponses. Je suis certaine que d’autres personnes se reconnaîtront dans ta question et te seront reconnaissantes de l’avoir posée. N’hésite pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin et, surtout, prend soin de toi, continue de t’ouvrir sur ton vécu et sur tes émotions et, au besoin, vas chercher l’aide d’un.e professionnel.le. Je suis très contente de lire que tu peux te confier et t’appuyer sur tes ami.e.s, ta copine et ta famille et que ton entourage est ouvert sur la question de l’homosexualité.
Ton bien-être est important !
Jeanne 


About Jeanne

Amoureuse de la littérature, voyageuse insatiable et éternelle indignée. Son baccalauréat en sexologie fraîchement complété, Jeanne est fin prête à lutter pour ce qui lui tient à coeur : la libération sexuelle et la progression vers une vision positive et égalitaire des différentes identités, orientations et pratiques sexuelles. Chaque jour est une nouvelle occasion d'aborder la sexualité sans tabous.

Leave a comment