Quelles sont les causes biologiques et évolutives derrière le fait d’être lesbienne ou transgenre?


Bonjour,
Récemment, j’ai regardé le reportage «Fabuleusement gai» .Dans ce reportage, l’animateur homosexuel tente de répondre à la question : « Pourquoi suis-je gay?». En effet, il va chercher des réponses auprès des biologistes et des généticiens afin d’avoir un éclairage scientifique.
Je me demande s’il est possible de faire la même démarche qu’il a fait pour obtenir des réponses sur les raisons de son orientations, mais sur les lesbiennes et les transgenres.
1) Lesbienne
Pourquoi ,d’un point de vue biologique et génétique, une personne est-t-elle lesbienne?
Quand elle est encore dans le ventre de sa mère, comment et quels changements vont s’opérer qui auront une incidence sur son orientation ?
D’un point de vue de l’évolution, qu’est-ce qui a fait que et pourquoi les lesbiennes ont continué d’exister, alors qu’elles ne pouvaient pas avoir des enfants?
2) Transgenre
Pourquoi une personne est-t-elle ,d’un point de vue biologique et génétique, transgenre ?
Quand elle est encore dans le ventre de sa mère, comment et quels changements vont s’opérer et auront une incidence sur son orientation ?
D’un point de vue de l’évolution, qu’est-ce qui a fait que et pourquoi les personnes transgenres ont continué d’exister, alors qu’elles ne pouvaient pas avoir des enfants et changer de sexe?
Merci de bien répondre à toutes mes questions. Cela va m’aider à faire des liens avec le reportage et a avoir une meilleure compréhension. Je veux voir les différences et les ressemblances, s’il y en a. Il est à noter que les questions n’ont pas d’objectifs discriminatoires.
Merci de votre collaboration
Rothko

Bonjour Rothko,

Merci pour la confiance que tu portes envers les services d’AlterHéros!

Je n’ai pas visionné le reportage dont tu parles et je ne suis pas non plus une généticienne ou une biologiste. Toutefois, ce sujet m’intéresse et j’avais envie de répondre à tes questionnements au meilleur de mes connaissances.

Néanmoins, une brève recherche web sur le documentaire Fabuleusement gai du réalisateur Bryce Sage m’a offert un certain résumé de ce film. Ce réalisateur tente de comprendre les origines génétiques de l’homosexualité et de s’interroger sur les raisons pour lesquelles les orientations non-hétérosexuelles auraient survécues à l’évolution. Bryce Sage lui-même affirme que le plus grand enjeu de ce film est de conclure qu’il n’existe pas de réponse entièrement noire ou blanche concernant l’origine de l’homosexualité, tout comme il n’existe aucune réponse concernant l’hétérosexualité! Bryce Sage conclut donc ici qu’il existe une multitude d’explications possibles derrière le fait d’être homosexuel.

Si j’ai bien compris, tu te demandes comment la biologie et la génétique d’une personne peuvent faire en sorte qu’elle soit lesbienne. Je ne sais pas s’il y a des différences entre les femmes homosexuelles et les hommes homosexuels, donc je vais répondre à ta question en traitant de l’homosexualité en général.

C’est une question qui a provoqué plusieurs débats au sein de la communauté scientifique. Toutefois, ce qu’il faut absolument retenir est qu’il n’y a pas de gène ayant un effet direct sur l’orientation sexuelle connu à ce jour. Beaucoup de choses, chez l’humain, se développent en constante interaction avec la biologie et l’environnement comme la personnalité, les goûts, etc. En d’autres mots, ce sont les résultats d’interactions très complexes entre une multitude de facteurs. L’hypothèse scientifique la plus plausible à ce jour est que l’homosexualité tirerait son origine de l’interaction entre la génétique et l’environnement. D’ailleurs, les dernières recherches scientifiques sont unanimes à ce sujet : il n’existe pas de gène de l’homosexualité. Mon collègue Guillaume a déjà répondu à une question semblable et sa réponse était très complète alors je te conseille d’aller y jeter un coup d’œil : Quelles sont les causes qui font que l’on est hétéro, gay, bisexuel, asexuel, etc?

Ensuite, tu te demandes ce qui peut avoir une incidence sur l’orientation sexuelle d’un humain lorsqu’il est dans le ventre de sa mère (ou de son père, car certains hommes trans peuvent aussi être enceinte!). Je sais que le stress que la personne enceinte vit, pendant la grossesse, peut avoir des impacts sur l’expression des gènes du foetus. Il s’agit d’épigénétique. Ce sont des petits marqueurs qui vont se poser sur les gènes afin de les activer ou non. J’ai lu dans ce résumé d’étude de 1991 qu’il pouvait y avoir un lien. Cependant, il ne s’agit pas d’un lien de cause à effet. Les récentes études des dernières années réitèrent notamment qu’il n’existe pas de liens significatifs entre le développement du foetus et l’expression d’une sexualité non-hétérosexuelle. Par ailleurs, la forte augmentation de la proportion de personnes se déclarant homosexuelles n’est pas due à des différences génétiques entre celles nées au début du siècle ou celles nées dans les années 2000. La seule différence est l’environnement social beaucoup plus ouvert qui facilite l’expression ou l’expérimentation d’une sexualité non-hétérosexuelle. Qu’en dis-tu?

Tu te demandes pourquoi les lesbiennes existent alors qu’elles ne peuvent pas avoir d’enfant(s) ensemble. Tout d’abord, je trouve ta question super intéressante. J’aime essayer de comprendre le monde à travers les théories évolutionnistes. Je suis loin d’être une experte, mais bon, je me lance!

En supposant (et je précise, en supposant que cela existe, car j’ai été claire précédemment que ce n’était pas le cas) qu’il existe des gènes qui prédisposent à l’homosexualité, il est possible qu’ils soient conservés par la sélection naturelle. Un individu peut porter les gènes prédisposant à l’homosexualité sans qu’il soit homosexuel. Il peut ainsi les transmettre. Aussi, il y a certainement eu des homosexuel.le.s qui ont eu des enfants au cours de notre histoire évolutive. Par ailleurs, cette supposition ne tient pas compte des personnes bisexuelles, asexuelles ou pansexuelles qui ont également pu avoir des enfants…

Pour conclure, l’évolution n’a pas de but. Elle ne vise pas à sélectionner seulement les humains hétérosexuels fertiles. Cette croyance est purement hétéronormative. Il y a plein de sociétés humaines avec des configurations relationnelles très variées donc je ne crois pas que l’homosexualité soit un trait mésadapté ou qu’il s’agisse d’une erreur que l’évolution devra réparer. Tous les humains sont uniques! De plus, il ne faut pas confondre la capacité de ressentir des attirances sexuelles à la volonté de se reproduire. Cet énoncé s’applique à l’ensemble des individus, peu importe leur orientation sexuelle. De plus, plusieurs personnes bisexuelles ou homosexuelles sont parents! Que ce soit pas de nouvelles configurations familiales, par l’adoption, par la gestation par autrui ou par la fécondation in vitro, il existe aujourd’hui une pluralité d’expériences de parentalité.

 

Poursuivons avec tes questions qui portent sur la transsexualité. Tout d’abord, le terme transsexualisme est aujourd’hui de moins en moins utilisé par les communautés trans. Une personne trans est une personne qui revendique une identité de genre alternative à ce qu’on lui a assigné à la naissance. En d’autres mots, une personne peut naître avec un vagin, on va penser qu’il s’agit d’une fille, alors que cette personne est peut être un garçon ou une personne non-binaire! Il est donc préférable de parler de personnes trans, tout simplement, car le terme transexualité ne permet pas de décrire l’ensemble des expériences des personnes trans et que leurs expériences ne se limitent aucunement à une sexualité ou à la présence ou absence de certains organes génitaux. D’ac?

Si ma compréhension est bonne, tu te demandes quelle est l’origine biologique et génétique du fait d’être trans et comment ça se développe dans le ventre de la mère (ou du père, on se souvient!)? Notre sexe est, d’abord, déterminé par des chromosomes. Avant la naissance, notre corps crée des hormones qui provoquent le développement des organes sexuels. Certain.e.s chercheur.e.s croient qu’elles auront aussi une incidence sur le cerveau, donc sur l’identité de genre. Puis, à la puberté, les caractéristiques sexuelles secondaires (hanches, seins, poils, etc.) se développent. Chez certaines personnes, il n’y aura pas de concordance entre l’identité de genre et le sexe biologique. Malheureusement, les facteurs d’influence sous-jacent à cette trajectoire développementale.

Pour ce qui est de la place des personnes trans dans l’histoire évolutive de l’humain, c’est un peu la même chose qu’avec l’homosexualité. Pour qu’il y ait sélection naturelle, il doit y avoir une origine génétique. Il n’y a pas de gène identifié comme responsable de la transidentité, tout comme il n’existe pas de gène identifié comme responsable du fait d’être cisgenre. Il s’agit probablement encore d’une interaction entre l’inné et l’acquis, entre les facteurs biologiques et les facteurs environnementaux.

Je crois que l’important à retenir, c’est que l’homosexualité et les identités trans ne sont pas mésadaptées et ne vont pas à l’encontre de l’évolution. Un autre point très pertinent a été mentionné par mon collègue Guillaume ici et je cite : « Toute tentative de trouver les causes des orientations sexuelles est inutile. Après tout, pourquoi chercher la cause à quelque chose de complètement normal et inhérent à la diversité humaine? C’est l’équivalent de tenter de trouver la cause sur pourquoi certaines personnes écrivent de la main gauche au lieu de la main droite… ».

J’espère que ma réponse est compréhensible et qu’elle t’aidera à donner un peu de sens au monde dans lequel on vit. Si tu cherches à en savoir plus ou juste passer le temps pendant le confinement, une collègue m’a parlé d’un chapitre en lien avec tes questions. C’est « La biologie de l’homosexualité : un révélateur de l’imbrication du sexisme et de l’hétérosexisme », dans le livre « Cerveau, hormones et sexe : des différences en question », écrit par Line Chamberland.

N’hésite pas à nous contacter si tu as d’autres questions. Je te souhaite une belle continuation dans ta quête de savoir!

Élodie Lachance


About Élodie.L

Présentement étudiante au BAC en psychologie à l'Université de Montréal. Élodie adore lire paisiblement au soleil et se questionner sur la vie.

Leave a comment