Que pensez-vous de la solosexualité et de la pornosexualité?


Bonjour,

Vous pensez quoi des solo/pornosexuel ?
Pourquoi cette question, parce que je sais que j’aime le penis (cock/dock/…) mais, je sais que la mienne, comment dire, elle ne comptes pas.
D’ailleurs, quand j’essaie de m’imaginer en tant que passif, je ne vois pas mon pénis.

Un peu comme la question de Jack (https://alterheros.com/question/je-suis-dans-le-flou-concernant-mon-orientation-sexuelle-et-ma-consommation-de-pornographie/):
<< (j’ai joui en continuant ces fantasmes) dans lesquels je prend la position du pénétré, en m’imaginant féminin. Ce qui me pénètre, je l’imagine assez peu mais assez pour imaginer un pénis mais pas réellement un homme, plus une sorte de spectre masculin qui me dominerait (plus viril, plus fort etc) >>

Sauf que moi, c’est du porno gay et non hétéro qui m’excite…

Ressource en anglais :
https://www.thebatorblog.com/bate-life/living-as-a-solosexual/
https://www.psychologytoday.com/us/blog/love-and-sex-in-the-digital-age/201806/solosexuality-and-pornosexuality-learned-or-innate

Merci

Stéphane

Salut Stéphane!

 

Pour être honnête avec toi je n’avais pas entendu les termes solosexuel.le (qui préfère la masturbation à d’autres formes de sexe) et pornosexuel.le (dont l’orientation sexuelle est dirigée vers le porno) avant de lire ta question. Mais je sais que certaines personnes peuvent préférer la masturbation et la pornographie aux relations avec partenaires pour différentes raisons. Je peux te partager quelques réflexions sexologiques que j’ai eues en lisant les articles que tu nous as envoyés. 

 

Dans le premier, le manifesto, l’auteur axe beaucoup sa réflexion sur l’acte de la masturbation et son propre pénis. J’ai l’impression que cette description ne concorde pas entièrement avec l’indifférence que tu ressens avec ton propre organe? Mais à toi de voir si ces mots te rejoignent! Je remarque que l’auteur décrit la masturbation comme un cadeau sensuel et érotique à se faire, un acte radical d’amour pour soi et je crois qu’il s’agit d’une vision très saine et positive de la sexualité solo! Dans les points moins solides du texte, je dois dire qu’il insiste énormément sur l’importance de la pratique du edging (se rendre au points de non-retour pour l’orgasme sans le dépasser) et l’association entre pénis et masculinité. Disons que j’arrive moins à voir le lien avec la solosexualité spécifiquement, même si ces éléments peuvent se retrouver dans la pratique de celle-ci pour certains.

 

Le deuxième article me semble bien cherché et nuancé! L’orientation sexuelle est en effet, selon moi, un continuum complexe avec de nombreux points d’encrage. Elle existe en dehors de notre contrôle et ne peut pas vraiment être changée. En termes de pratiques sexuelles, le consentement, la légalité, la moralité, la santé et la sécurité sont différents points à prendre en compte, mais il est bien plus difficile de parler d’(a)normalité étant donné la grande diversité qui y réside. Comme l’écrit l’auteur, il est possible que certaines personnes solosexuel.le.s/pornosexuel.le.s préfèrent éviter les partenaires en lien avec des traumatismes, un style d’attachement, de l’anxiété ou d’autres motivations semblables. D’autres personnes pourtant pourraient très bien simplement préférer la masturbation parce qu’iels sont plus heureux.e.s et confortables ainsi sans que cela ne soit lié à des difficultés interpersonnelles.

 

Au final, si ces termes allument quelque chose en toi ou résonnent avec ton parcours, sens-toi libre de les utiliser. Aucune orientation sexuelle ne forme un monolithe, et il est correct de ne pas ressentir exactement la même expérience qu’une autre personne utilisant les mêmes mots pour se décrire. 

 

Merci encore de venir nous partager les questions qui te font réfléchir et de faire confiance à notre jugement.

 

Passe une bonne journée ensoleillée,

 

Maxime, intervenant.e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment