Parfois je me sens bisexuelle, parfois lesbienne. Pouvez-vous m’aider?


Bonjour Alterhero,

Je vous écrit aujourd’hui parce que je ressens énormément d’anxiété envers mon orientation sexuelle. J’ai lu plusieurs de vos réponses qui m’ont énormément aidé dans le passé. Voilà déjà plusieurs mois que je m’identifie comme bisexuelle, un label que j’apprécie pour la flexibilité qu’il permet. Par contre, il m’arrive souvent de douter de moi, notamment lorsque j’entends ou lis des témoignages de personnes se considérant femmes de la communauté LGBTQ+. J’en viens à tout analyser, jusqu’à ce que ça en devienne très lourd. Je vous explique les deux points de vues qui me mélangent.

J’entends beaucoup de femmes bisexuelles qui disent qu’elles ont eu de la difficulté à accepter leur label car la société demande aux gens de choisir entre homme ou femme, et les gens pensent souvent que c’est 50/50 alors que pas du tout (j’ai déjà lu une de vos réponses à ce sujet et ça m’avait grandement aidé!) Ça m’aide donc en me disant que tous mes doutes sur mon orientation sont liés à cette biphobie intériorisée et incompréhension de la bisexualité. Je vois aussi plusieurs vidéos de femmes hétérosexuelles qui parlent de leur anxiété lorsqu’elles rencontrent des garçons, et je me dis que ma propre anxiété dans ces situations ne veut donc rien dire.

Le problème est que je tombe aussi parfois sur des vidéos de femmes lesbiennes qui disent qu’elles se sont longtemps pensées bisexuelles ou hétéro, mais que finalement elles se forçaient à aimer les garçons. Elles disent que malgré leurs fantasmes sur les hommes ou qu’elles puissent les trouver attirants, elles sont tout de même lesbiennes, car elles ne se verraient jamais sortir avec un garçon. Elles disent que si un garçon attirant les approchait dans la vraie vie, elles se verraient mal à l’aise d’accepter. Elles disent aussi qu’elles avaient envie de plaire aux garçons, plus que de réellement apprendre à connaitre la personne, et confondaient cela avec un crush.

Ou je veux en venir avec tout ça? Et bien, ces deux points de vue me causent une grande confusion, car je penche parfois vers l’un, puis l’autre.

Il y a des moments où je me dis que je suis clairement lesbienne, car même si je peux avoir des fantasmes sur des garçons, l’idée de sortir avec un me rend inconfortable, alors qu’être avec une fille me semble magique. J’ai aussi une grande envie de plaire aux hommes, et je me demande si je confonds cela avec des crushs moi aussi. Les moments où je me sens lesbienne sont par contre, les plus difficiles, car j’ai l’impression d’avoir à faire une croix définitive sur les garçons, et je sais que cela va décevoir/choquer plusieurs personnes de mon entourage. C’est aussi totalement différent de la vie que j’ai toujours imaginé pour moi… C’est d’ailleurs comme ça que je me sens en ce moment, je me sens incapable de me concentrer sur mes études ou sur autre chose, je perds l’appétit, j’ai envie de pleurer tout le temps… Ça dure généralement entre quelques jours et 2 semaines max, jusqu’à ce que je revienne au label de je-ne-sais-pas/bisexuelle.

Les moments où je me considère bisexuelle sont les plus constants et ceux où je me sens le plus en confiance, car je me laisse la porte à l’exploration. Je me dis que mon inconfort avec les garçons est lié à l’anxiété, car je suis très anxieuse et n’ayant jamais eu de relation, je me mets de la pression à trouver le bon, tout de suite, du premier coup. Je me dis aussi qu’étant sexuellement attirée par les garçons (chose qui ne change jamais) et que voulant une relation hétérosexuelle, mais étant ouverte aux filles, je suis bisexuelle. Il y a même des moments où je me demande pourquoi il m’arrive parfois de douter autant, car je trouve clairement les garçons attirants, et je constate que mes réactions envers les personnes des deux sexes sont très similaires.

Puis, une vidéo, un témoignage, une pensée, vient raviver mes doutes, et je suis à nouveau à la case départ, comme dans un cercle vicieux. J’ai l’impression de devenir folle à analyser mes pensées de la sorte, à essayer de démystifier ce que mon anxiété envers les garçons veut dire, à sans cesse remettre en question mes expériences passées, à me demander si je suis dans le déni…

Qu’en dites-vous? Comment mieux vivre avec le fait de ne pas savoir? Avec cette insécurité? À savoir aussi que je ne « date » pas vraiment, puisque les garçons me rendent anxieuse, et j’ai trop peur de ce que mon entourage en penserait si je fréquentais des filles. Je ressens une réelle détresse lorsque ces doutes s’emparent de moi et je ne sais pas quoi faire pour que ça aille mieux, à part les ignorer et me dire que j’y reviendrais plus tard. Est-ce que ça veut dire que je vis dans le déni?

Merci de votre écoute,

Fleur

Bonjour Fleur,

Wow! C’est tout un parcours que tu as fait jusqu’à aujourd’hui et un magnifique cheminement! Je suis contente de voir que tu as déjà lu plusieurs de nos questions et qu’elles aient pu t’aider. Merci pour ta confiance envers AlterHéros pour répondre à tes questionnements.

Si je résume ce que tu as dit, tu t’identifies comme bisexuelle, mais tu as parfois certains doutes concernant ton orientation lorsque tu vois des témoignages de femmes bisexuelles ou de femmes lesbiennes. Il y a des moments où tu te dis que tu es lesbienne, car tu serais inconfortable à sortir avec des garçons et que tu as une grande envie de leur plaire, ce qui pourrait être confondu avec des « crushs ». D’autres fois, tu t’identifies comme bisexuelle et c’est à ces moments que tu es plus en confiance. Tu ressens de la détresse lorsque ces doutes reviennent et tu te demandes quoi faire pour vivre avec.

La première idée qui me vient en tête en te lisant, c’est de te mentionner que l’orientation sexuelle est vraiment propre à chacun et donc vécue différemment selon l’individu. Il se peut que certaines personnes bisexuelles soient intéressées seulement sexuellement par les genres opposés et romantiquement par les femmes seulement,  comme il se peut que d’autres soient tout autant intéressé·es par les genres opposés ou le même genre. Alors, ton orientation sexuelle est propre à toi-même, individuellement des témoignages et expériences des autres et aussi individuellement de ce que tes proches pourraient penser. Tu dis te sentir confortable dans ta bisexualité, mais je tiens tout de même à te demander, qu’est-ce qui te rend inconfortable dans le fait d’être lesbienne? Serait-ce seulement la déception de tes proches? Ou ressens-tu aussi que le fait de « mettre une croix définitive sur les garçons » te ferait perdre des opportunités? C’est une réflexion que tu pourrais prendre le temps d’avoir en pensant à toi seulement, à ton ressenti. 

De plus, comme tu mentionnes que ton inconfort à sortir avec des garçons serait probablement relié à de l’anxiété, saches qu’il est absolument normal de se sentir anxieuse de faire des rencontres. Cela ne vient tout de même pas influencer ton intérêt amoureux ou sexuel envers un genre. Ce ressenti peut, en effet, fluctuer avec les jours, étant donné que tu peux ressentir certains jours la même aise à l’idée de fréquenter tous les genres. Dans l’orientation bisexuelle, l’intérêt peut aussi fluctuer avec le temps. Comme moi par exemple, il m’arrive parfois pendant quelques mois de souhaiter seulement fréquenter des femmes, pour soudainement que mon intérêt pour tous les genres revienne après un certain laps de temps. Plusieurs personnes bisexuelles peuvent aussi avoir un intérêt sexuel et romantique envers les hommes, sans jamais passer à l’acte. Ces personnes pourraient donc passer leur vie à ne fréquenter que le même genre, mais tout de même utiliser le terme bisexuel·le pour les décrire. Tu fais toi-même l’utilisation de ce terme comme tu le sens, il n’y a absolument aucun mal à ça!

Pour en ajouter encore plus sur la fluidité de l’orientation sexuelle, si jamais après réflexion tu te dis que tu es lesbienne, tu ne mets pas automatiquement une croix sur les garçons! Tu as toujours l’opportunité, après autre réflexion, de revenir sur ton intérêt envers les hommes et de définir ton orientation sexuelle par le terme que tu veux. Vas-y avec celui dans lequel tu es le plus à l’aise dans le présent et ne t’inquiète pas pour plus tard, rien n’est définitif!

Le meilleur conseil que je pourrais te donner pour réduire ta détresse lorsque ces doutes s’emparent de toi serait de te concentrer sur ce que tu éprouves et de ne pas te fier sur les témoignages d’autres personnes. Comme déjà mentionné, chaque vécu est différent et ce n’est pas le point de vue et l’expérience de quelqu’un d’autre qui va définir ton propre intérêt envers les autres.

Par contre, si jamais tu as besoin d’aide lorsque tu as ces doutes et que tu ressens la détresse monter, il y a toujours des ressources offertes pour t’écouter et te soutenir, comme Interligne et Jeunesse J’écoute.

Voilà, j’espère que ma réponse est assez complète pour répondre à tes questionnements. Si jamais tu as besoin de discuter d’autre chose ou approfondir sur le sujet, n’hésite pas à nous recontacter.

Salutations,

Émilie (elle/she), stagiaire à AlterHéros


About Émilie Grandmont

Émilie (elle/she) est une femme bisexuelle et féministe. Elle étudie présentement au baccalauréat en sexologie à l’UQAM. Elle est entrée dans ce programme avec le but d’en apprendre davantage sur la diversité sexuelle et de genre, sur la santé sexuelle et sur l’éducation sexuelle intersectionnelle. Aujourd’hui, elle souhaite venir en aide aux survivant.es d’agressions sexuelles et offrir une écoute inclusive et sécuritaire à toute personne faisant partie de la communauté LGBTQIA2S+. Ses ami.es la décriraient comme passionnée des animaux, effrayée par les papillons et difficile à réveiller aux petites heures du matin.

Leave a comment