Mon médecin est en arrêt, comment commencer l’hormonothérapie?


Bonjour,
J’ai un petit pépin. J’aimerais débuter l’hormonothérapie mais ma médecin de famille est en arrêt depuis Octobre avec aucune date de retour.
Je me demandais les options qui s’offre à moi. Est-ce je peux rencontrer un médecin de la même clinique au sans rendez-vous? Est-ce que je dois aller au privé?
Merci et bonne journée!
Salut à toi,

 

Merci de ta confiance et de nous avoir fait parvenir ta question! Je comprends que tu aimerais entamer le processus d’hormonothérapie prochainement et tu te demandes à qui t’adresser, considérant que ta médecin de famille est en arrêt. Ceci peut en effet compliquer un peu les choses mais rassure-toi, il y a de nombreuses options possibles et je vais essayer d’en détailler quelques-unes qui pourraient te convenir.

 

En effet, comme tu le mentionnes, il est possible dans la majorité des cas pour un·e médecin de famille d’assurer une prise en charge complète d’un traitement de substitution hormonale. Toutefois, si tu as certaines conditions de santé particulières qui pourraient interagir avec l’hormonothérapie, il se peut que le·a médecin te réfère à un·e endocrinologue. Étant donné que ta médecin de famille est en arrêt, tu pourrais sans doute t’informer si ton dossier a été temporairement transféré à un·e autre médecin à qui tu peux t’adresser entre-temps pour obtenir un suivi médical. Le secrétariat de la clinique pourra probablement répondre à cette question, et tu n’es pas obligée de leur mentionner la raison de ta demande si tu ne le souhaites pas.

 

Il y a deux types de modèles pour l’accès aux hormones au Québec : le parcours traditionnel et le parcours par consentement éclairé.
Dans le cas du parcours traditionnel, le·a médecin ou l’endocrinologue requiert une évaluation par un.e autre professionnel·le de la santé, généralement un·e psychologue ou sexologue spécialisé·e en transidentité. Si tu optes pour cette voie, voici une liste de professionnel·les de la santé transaffirmatif·ves au Québec : ismh-isms_liste-des-professionnels-trans-affirmatifs-du-quebec
Dans le cas du parcours par consentement éclairé, le·a professionnel·le de la santé discute avec toi des différents effets de l’hormonothérapie afin que tu puisses prendre une décision éclairée à ce sujet, puis, tu pourrais commencer le traitement s’il n’y a pas de contre-indication médicale. Si tu souhaites obtenir davantage d’information sur les effets de l’hormonothérapie, tu peux consulter ce guide très exhaustif : transitionner.info . Ce guide contient par ailleurs une quantité incroyable d’informations sur transitionner en contexte québécois et je te conseille grandement d’aller l’explorer.

 

Malheureusement, malgré que l’hormonothérapie soit dans la majorité des cas tout à fait dans leur champ d’expertise, plusieurs médecins généralistes refusent de faire ce genre de suivi ou ne pensent pas qu’iels ont les compétences pour le faire. Si tu rencontres un·e médecin ou un·e infirmier·e praticien·ne ouvert·e à l’idée et qui souhaite parfaire sa formation, je me permets de citer maon collègue Maxim-e à propos des différentes ressources disponibles à ce sujet :

 

  • Des guidelines claires et complètes sur la prise en charge de l’hormonothérapie au Canada existent et sont disponibles en ligne..
  • Le Centre Meraki offre des formations et de l’accompagnement clinique aux médecins voulant commencer à prescrire des hormones mais qui ne se sentent pas suffisamment outillé·e·s pour le faire.
  • La clinique 1851 possède aussi une communauté de pratique pour médecins et infirmier·ères, organisée par le Dr. Charles-Olivier Basile et offrant ce type de mentorat.
  • L’ISMH·ISMS offre de la supervision clinique individuelle ou en petit groupes, de façon ponctuelle ou continue, en personne ou à distance et portant notamment sur la santé trans. C’est Dr. Françoise Susset qui est chargée de celles-ci.
  • Dre Sylvie Demers donne une formation médicale intensive en hormonothérapie féminine s’adressant aux médecins, pharmaciens et infirmières cliniciennes.
  • Le groupe Facebook Médecins transaffirmatifs du Québec est une autre communauté de pratique qui pourrait l’aider à obtenir du soutien de ses pairs.
Finalement, l’option la plus simple est probablement de t’adresser à une clinique spécialisée en santé trans. La plupart fonctionnent par consentement éclairé. En voici quelques-unes à Montréal, répertoriées par l’organisme P10 :
Clinique l’Agora (Dr Pierre Côté, Dr. Antoine Cloutier-Blais)
Clinique La Licorne (Dr Robert Pilarski)
(514) 532-0828
Clinique du 1851 (Dr Charles-Olivier Basile)
(514) 524-7564
Force Medic (Dr Serge Keverian)
(514) 481-1814
Clinique l’Actuel
(514) 524-1001
Possiblement ne prennent plus de patients (à vérifier)
Centre Meraki (volet adultes)
514 933-3393
Heads & Hands
514-481-0277
Clinique Quorum
(514) 360-0614
Clinique A (Dr. Laundry)
438-882-0085.
Pratique privée (payant)

 

Je te conseillerais d’appeler à plusieurs endroits et de t’inscrire à plusieurs listes d’attente si tu le peux. Différents organismes tels que l’ASTT(e)Q et le Centre de luttes contre l’oppression des genres peuvent aussi t’aider dans tes démarches, te permettre de participer à des groupes de discussion ou t’offrir du support. Du côté virtuel, ces groupes facebook : CHANGE NAME IF YOU WANT et Personnes non-binaires du Québec (territoires non-cédés) QC non-binary folx pourraient peut-être t’intéresser.

 

J’espère que cette réponse t’a un peu aidée à y voir plus clair. Félicitations pour tes démarches et je te souhaite une bonne continuation!
N’hésite pas à nous réécrire au besoin,

 

A.b.

About abab

Bonjour, Je suis étudiant.e dans le domaine de la santé et il me fait plaisir de discuter avec vous.

Leave a comment