Mon copain n’a plus envie de sexualité, quel est le problème?


Bonjour,
J’ai trompé mon copain durant une pause qu’on avait faite dans notre relation.
Nous nous sommes remis ensemble malgré tout et avons eu des rapports sexuels satisfaisants (parfois les meilleurs jamais eus) mais pas réguliers, plutôt rares et en général quand c’était fini mon copain était dégoûté, avait des mauvaises pensées.
En août dernier, on décide de s’éloigner, trop de souffrance dans cette relation, et surtout il n’arrive pas à me pardonner.
Quelques mois plus tard on se retrouve, il me dit qu’il a fait des démarches (sans doute un psychologue) pour apprendre à me pardonner, qu’il a réussi et qu’il veut qu’on se redonne une chance. Bien qu’au départ très réfractaire à l’idée, je crois en ses changements et on se dit qu’on va recommencer à se fréquenter sans parler tout de suite de couple.
On se ré-apprivoise etc, on discute mais quand on parle de sexualité, il me dit qu’il n’en a pas envie. Je ne décèle pas de vrai problème, je me dis que c’est une question de temps. Sauf que ce sujet me reste sur le cœur (c’était le cœur de notre relation au point de se retrouver sexuellement malgré tous nos problèmes) et j’en reparle à plusieurs reprises. Et là je découvre la profondeur du problème. Il me dit explicitement qu’il n’a pas envie de moi, qu’il ne me désire pas, que cette situation lui convient, qu’il s’y complaît, que ce n’est pas grave. Qu’avec une autre femme il aurait ce désir mais plus avec moi. Il me dit que l’après-sexe est trop douloureux avec moi, qu’il préfère l’éviter, que son cerveau se met en mode “autoprotection” et que c’est très bien comme ça. Il dit qu’il se sent rabaissé, sur le même pied que tous les autres hommes, que son ego est touché, sa confiance en lui atteinte.
Le principal problème c’est qu’il n’a pas la volonté de sortir de cette situation. Il me dit de patienter mais quand je lui demande patienter pour quoi, il ne sait pas trop quoi répondre. Il ne me rassure pas, n’a aucune motivation, il ne veut pas que je le touche ni que je tente quoi que ce soit. Il me dit « le sexe c’est naturel, je ne vais pas me forcer ». Je lui dis « mais ce ne sera jamais naturel si on ne crée pas d’opportunité. » mais il craint tellement ce moment, le redoute, l’appréhende qu’il ne veut même pas créer les occasions (on ne vit pas ensemble).
Je suis face à un mur, j’entends son mal-être et son malaise mais comment faire s ‘il n’a même pas la volonté de sortir de cette situation ?
Il en vient à avoir un discours utopique « je pourrais ne pas te toucher des mois, des années » alors qu’on projette des vacances et une vie à 2 et des enfants bien sûr. Cette utopie me choque alors que c’est un homme pragmatique, terre-à-terre.
On s’aime c’est une certitude, ca commençait à aller mieux mais son discours me désespère.
Notre dernière discussion très houleuse date d’hier, il n’a pas eu un seul mot d’espoir ou positif à part me dire « je n’ai pas envie de ca POUR L’INSTANT ». Le « pour l’instant » c’est la seule piste positive. Et à la fois il dit son contraire…
Je lui ai dit que ca ne sert plus à rien de parler de « Nous ». Une relation n’est pas complète de la sorte, que c’est mieux de se séparer.
C’est dans son tempérament d’être réaliste et en plus pessimiste : son discours est radical, excessif, utopique, il se voile la face. J’ai presque l’impression qu’il est content de me dire tout cela (c’est ma perception, c’est subjectif), il y met tellement de conviction, tellement il s’en satisfait. Il me reproche de focaliser sur ca, de me plaindre. Ce qui est sûr c’est que je focalise dessus oui tellement ses propos de rejet sont durs pour mon estime, mon rôle de femme dans la relation. Mon égo en prend un coup, ma confiance en moi, en la relation, en lui aussi. Je ne sais plus quoi faire, penser, dire.
Rester, lui montrer mon amour et ma patience ?
Soit je le prends au mot : il n’a pas de projet d’avenir sur l’aspect sexuel avec moi et donc la relation ne peut pas être viable, je le quitte. (action / réaction sans plus de réflexion).
Ou « lire entre les lignes », comprendre à travers son discours radical, de rejet du sexe avec moi, qu’il est dans un mal profond. L’accompagner pour qu’on sorte de là, subtilement, doucement…tout en prenant le risque de me casser les dents à attendre après quelque chose qu’il me signale clairement ne plus vouloir parfois pour l’instant, parfois jamais…
Je tiens à préciser qu’on se tient la main, qu’on se fait des bisous sur la joue, la bouche parfois, on s’est déjà embrassés. Il rejette les bisous/baisers sur la bouche plus que les autres gestes tendres.
Qu’il ne souhaite pas consulter de sexologue.
Et enfin que ce discours qu’il tient date d’il y a quelques jours quand j’ai vraiment creusé le sujet mais que sinon il me disait juste « pour l’instant je n’ai pas envie, ne me force pas ». Je ne comprends même pas le basculement.
Avez-vous pour moi des conseils, suggestions, pistes de réflexion ?
Comment prendre la bonne décision ?
Merci chaleureusement pour votre retour.
Megan
Bonjour Megan,
merci de faire confiance à AlterHéros.
Depuis un moment de pause au sein de votre couple durant laquelle vous avez trompé votre copain, celui-ci n’a plus le goût de partager une sexualité avec vous alors qu’il s’agissait d’un élément très important pour vous deux auparavant. L’après-sexe est particulièrement difficile pour lui.
Vous écrivez qu’il n’est pas motivé à régler le problème alors que vous souhaitez créer l’opportunité de vous retrouver sexuellement. Est-ce qu’on parle vraiment d’un manque de volonté ou plutôt d’une blessure qui prend beaucoup de place, au point où il n’a plus la force de la surmonter? Quoi qu’il en soit, malheureusement, même s’il consultait un.e sexologue avec ou sans vous, les résultats ne seraient sûrement pas au rendez-vous. Pour entreprendre une thérapie, il faut s’y investir, alors qu’il n’est visiblement pas prêt à le faire.
Ses propos parfois très blessants ont atteint votre ego. Le sien est blessé également. Il s’agit d’une impasse émotionnelle. Alors, comment vous retrouver en temps de crise? Vous dites que l’amour entre vous n’est pas remis en doute. Serait-ce possible pour vous de vous concentrer sur d’autres éléments que la sexualité pour retrouver du bonheur? Préparer des repas ensemble, faire des sorties en plein-air, une soirée cinéma, un voyage, simplement poursuivre les gestes tendres que vous posez déjà… peut-être que de faire une vraie pause des discussions concernant vos rapports sexuels vous permettrait de vous rapprocher en nourrissant votre relation d’éléments positifs et non confrontants pour vous deux. Vous pouvez aussi réfléchir aux moyens de communication que vous utilisez, particulièrement lorsque vous vivez des frustrations ou que vous vous sentez blessés. Par exemple, quels seraient les meilleurs moyens d’exprimer votre colère ou votre tristesse sans l’accuser? Comment peut-il témoigner son désaccord sans exprimer de propos désobligeants à votre égard?
Toutefois, comme cela a une grande importance pour vous, il faudra probablement reparler tôt ou tard de sexualité. Comment faire? Chaque personne doit y mettre du sien et tenter de mettre son ego de côté. Cependant, certaines blessures marquent trop profondément et il est impossible de discuter de sujets difficiles sans passer par une gamme d’émotions très désagréables. Il ne s’agit pas d’un manque de volonté. Votre conjoint a le droit de refuser d’aborder ce sujet avec vous. Une sexualité heureuse est bien sûr une sexualité consentie, et cela concerne aussi les discussions concernant cette sexualité et les essais dont vous parlez (la “création d’opportunités”). Effectivement, comme vous le dites, la patience est de mise, tout comme l’empathie.
S’il ne vous touchait effectivement pas durant des semaines, des mois, des années, serait-il possible pour vous de partager votre vie avec lui? C’est une question qu’il vous faudra inévitablement vous poser, si on se fie aux propos de votre conjoint. Une relation peut être complète sans rapports sexuels, ce n’est pas une utopie. Il faut voir si vous êtes prêts à mettre des efforts dans cette relation malgré les conflits.
En terminant, je vous propose de lire cet article du sexologue montréalais François Renaud. Vous y trouverez sans doute d’autres pistes de réflexion.
J’espère vous avoir permis d’y voir plus clair.
N’hésitez pas à nous contacter à nouveau si vous avez d’autres questions.
Bonne route!
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.

Leave a comment