Ma mère m’a demandé si je voulais être un garçon, cela m’a pris par surprise. Je n’ai pas osé lui dire que j’étais complètement dans le brouillard concernant mon genre et je ne sais pas comment réaborder le sujet. Auriez-vous des conseils?


Bonjour!

Il y a de cela 2 semaines, ma mère m’a demandé si je voulais être un garçon, cela m’a pris par surprise car d’habitude, elle dit que aujourd’hui la plupart des ados qui se définissent comme trans suivent seulement un effet de mode et que cela décridibilise les personne qui ont une vraie souffrance par rapport à leur identité de genre. J’ai paniqué et lui ai répondu que non, j’étais simplement une fille qui n’aime pas porter de maquillage et d’habits qui sont traditionnellement portés par des fille dans notre société (ce que je trouve totalement stupide d’ailleurs, chacun devrait pouvoir porter ce qu’il veut sans que l’on le genre selon ses habits).

Bref, je n’ai pas osé lui dire que j’étais complétement dans le brouillard concernant mon genre, et je ne sais pas comment réaborder le sujet calmement et sans esclandres, auriez vous des conseils à me donner?

Merci d’avance ^^

(Et désolé pour ce long message… ^^’)

 

Bonjour à toi!

 

Je suis vraiment désolée pour le délai de réponse, j’espère qu’elle te sera tout de même utile. 🙂

 

Alors, ce que j’entends dans ton message, c’est que tu es présentement en questionnement sur ton identité de genre et que tu aimerais des conseils pour réaborder le sujet avec ta mère qui t’avait posé la question récemment, mais qui a généralement une vision plutôt négative de la communauté trans. C’est bien ça?

 

Premièrement, tu as entièrement raison lorsque tu dis que les vêtements et le maquillage ne devraient pas être reliés à un certain genre, chaque personne devrait affirmer son style de la manière qu’elle veut! D’un autre côté, la manière de s’habiller et de se présenter peut faire partie de ce qu’on appelle l’expression de genre, qui peut aider certaines personnes à explorer leur identité de genre et peut leur faire ressentir de l’euphorie de genre lorsqu’elles se présentent d’une certaine manière. Ce n’est pas le cas pour toustes, il y a, par exemple, des hommes trans qui préfèrent porter des vêtements « reconnus » comme féminins et bien des hommes cisgenres qui se maquillent. L’identité de genre de chacun·e est tout aussi légitime, peu importe leur expression de genre.

 

Je me demande, de ton côté, puisque tu mentionnes être présentement « dans le brouillard » concernant ton genre, quels sont tes questionnements et quelles sont les réponses que tu cherches, qu’est-ce qui pourrait t’aider? Aimerais-tu, par exemple, en apprendre plus sur les identités de genre trans/non-binaires? Et les différents pronoms? Voudrais-tu avoir des pistes de réflexion? Explorer et ou changer certaines choses (par exemple, ton prénom, tes pronoms, ton apparence)? Parler à d’autres personnes trans ou en questionnement? Bref, j’espère que les liens que j’ai inséré pourront t’aider si jamais tu en as besoin et je t’ajoute ici une image de la Personne Gingenre, un tableau qui peut aider, à un certain point, à situer notre identité de genre.

 

Pour revenir à ta question, ta mère semble, en effet, démontrer maintenant une certaine ouverture. Peut-être qu’elle t’a posé la question pour que tu saches qu’elle était là si tu voulais en parler! Ou alors qu’elle avait une certaine curiosité en lien avec ton expression de genre. Je te dirais que, pour ce qui est de réaborder le sujet ou pas, ça dépend de toi, si tu es prêt·e à en discuter, si tu sens qu’elle aura une bonne réaction, qu’elle pourra t’aider. Je tiens tout de même à ce que tu saches que tu n’es pas dans l’obligation de lui en parler si tu ne le veux pas, tes questionnements et ton identité de genre sont tout aussi valides peu importe! Si ton désir de lui en parler est pour te confier et obtenir de l’aide au travers tes questionnements, elle n’aura peut-être pas toutes les réponses, puisque c’est toi seulement qui peut définir ta propre identité, mais elle pourrait peut-être t’offrir un bon soutien, si tu penses que c’est possible. 🙂

 

Bref, je n’ai pas de conseil efficace à 100% à t’offrir pour en rediscuter avec elle en évitant une mauvais réaction, mais je t’insère ici quelques pistes provenant d’une ancienne réponse de maon collègue Maxim·e:

 

« Mon collègue Hadrien a déjà rassemblé une petite liste de conseils dans cette réponse à un‧e ado qui voulait faire son coming out en tant que genderfluid, ça pourrait être un bon endroit pour commencer :

  • Tu peux le faire graduellement, en exprimant petit à petit des pans de ton identité genderfluid (par exemple, en changeant ta coupe de cheveux ou ta garde-robe) pour permettre à ta mère de s’habituer.
  • Tu peux choisir la façon de l’annoncer à ta mère, en fonction de tes préférences (lieu, moment, canal de communication écrit ou verbal…), ainsi que le temps que tu veux consacrer à la discussion (courte ou longue).
  • Tu peux demander à une personne de confiance de t’accompagner au moment de faire ton coming out à ta mère pour te soutenir.
  • Tu peux insister sur l’aspect positif de la nouvelle: lui dire que c’est un moment important pour toi, que c’est une preuve de confiance et que tu ressens du soulagement à lui dévoiler cette partie de toi.
  • Tu peux essayer de répondre à ses questions, nuancer ou reformuler ses propos. Sache toutefois que tu n’as pas à faire son éducation ou à subir d’insultes.
  • Si la conversation prend une tournure qui te met mal à l’aise, planifie une «porte de sortie», c’est-à-dire un endroit où tu peux te retirer. Tu pourrais ensuite réessayer d’aborder le sujet plus tard, si tu en as envie

 

Pour te préparer à toute sorte d’éventualiés, tu pourrais suvoler cet article de C’est comme ça qui mentionne les réactions négatives possibles des parents (mises en doute, déni, questions sur l’origine, honte ou dégout, idées reçues, etc.) lors d’un coming out en tant que gay ou bisexuel·le. Il y aurait quelques adaptations à faire pour genderfluid, mais je crois que ça peut être une base utile quand même!

 

Le site WikiTrans est une belle introduction, simple et attrayante, pour les réalités trans et gendefluid que tu peux utiliser et partager. Je te recommanderais surtout les pages suivantes :

 

Une activiste non-binaire que j’aime beaucoup s’appelle Florence Ashley, deux de ces textes pourraient être utile à montrer à test parent dans la période entourrant un coming out. 

Il peut s’agir d’une façon d’introduire le sujet de façon générale, ou de donner des ressources après avoir fait ton annonce. »

 

Ainsi, si tu le souhaites, tu pourrais peut-être essayer de ramener le sujet en faisant avec elle la lecture de quelques articles parmi ceux de l’extrait. 🙂

 

Je te souhaite bon courage et n’hésite pas à nous recontacter pour quoi que ce soit!

 

Émilie (elle/she), pour AlterHéros

 


About Émilie Grandmont

Émilie (elle/she) est une femme bisexuelle et polyamoureuse. Elle possède un baccalauréat en sexologie de l’UQAM. Elle est entrée dans ce programme avec le but d’en apprendre davantage sur la diversité sexuelle et de genre, sur la santé sexuelle et sur l’éducation sexuelle intersectionnelle. Aujourd’hui, elle souhaite venir en aide aux survivant.es d’agressions sexuelles et offrir une écoute inclusive et sécuritaire à toute personne faisant partie de la communauté LGBTQIA2S+. Ses ami.e.s la décriraient comme passionnée des animaux, effrayée par les papillons et difficile à réveiller aux petites heures du matin.