Les gays aiment-ils les femmes ?


Bonjour Belledenuit.

Je te remercie de t’être adressée à nous.

Dans ton message, tu nous poses plusieurs questions sur l’homosexualité et la bisexualité. Si tu le veux bien, nous allons les analyser une par une.

Tout d’abord, tu nous demandes comment un homosexuel perçoit la femme et s’il peut y avoir de l’amour entre elle et lui. À cela, je répondrai en te disant qu’il n’y a pas, pour les gays, une façon de percevoir la femme. Certains les trouvent jolies et charmantes, sans pour autant éprouver de désir à leur égard; alors que d’autres, disons-le, sont franchement misogynes, c’est-à-dire qu’ils ressentent de l’antipathie envers les femmes. Et, bien sûr, entre ces deux positions diamétralement opposées, il y a une infinité de nuances qui existe. Au fond, c’est exactement comme si je te demandais, à toi qui te présente comme une femme hétérosexuelle, comment tu perçois les autres femmes… Je suppose que tu serais bien embarrassée de me fournir une définition claire et précise. Sans doute me répondrais-tu que cela dépend des femmes et que, même s’il y en a que tu trouves belles, tu ne les désires pas et n’en a jamais été amoureuse. C’est exactement la même chose pour les gays. Au fond, notre perception des hommes ou des femmes, en dehors des sentiments que l’on peut éprouver pour telle ou telle personne, demeure une question strictement personnelle et n’a rien à voir, a priori, avec l’orientation sexuelle.

Ensuite, il y a les questions portant sur la bisexualité. Dans un premier temps, tu nous demandes si cette orientation existe vraiment, s’il ne s’agirait pas d’une façon commode de rendre son homosexualité plus « acceptable ». Eh! bien, oui, cette orientation existe vraiment. Connais-tu Alfred C. Kinsey (1894-1956)? Il s’agit d’un biologiste américain qui a étudié les comportements sexuels chez les êtres humains et qui a passablement dérangé l’élite bien-pensante des années 1950 en mettant de l’avant un concept tout-à-fait inusité : celui d’une bisexualité propre à la plus grande partie de l’humanité. Au fond, Kinsey a démontré, au terme d’une longue enquête, qu’il n’y aurait qu’une minorité de personnes qui seraient hétérosexuelles ou homosexuelles à 100%, la plupart des gens n’ayant qu’une prédominance, soit pour l’hétérosexualité, soit pour l’homosexualité. Toujours selon Kinsey, il existerait aussi des personnes chez qui il n’y aurait pas de prédominance envers l’un ou l’autre sexe : ce sont, précisément, les bisexuels.

Il est vrai qu’on méconnait la bisexualité et nombreux sont les préjugés qui courent à ce sujet. Il y a celui qui veut, comme tu l’as mentionné, que les bisexuels cherchent à « refouler leur homosexualité ». En fait, ça ne peut être le cas, puisque, revendiquant le droit d’éprouver des désirs et des sentiments à l’égard des personnes de leur propre sexe, ils assument pleinement la part d’homosexualité en eux. Par conséquent, il ne pourrait être question de « refoulement » dans leur cas. Par ailleurs, il arrive aussi qu’on dépeigne les personnes bisexuelles comme étant des pervers obsédés par la débauche. Or, le fait d’éprouver du désir pour l’un et l’autre des sexes, n’exclue pas du tout des valeurs comme la chasteté ou la fidélité, et il n’est pas rare de voir des bisexuels amoureux et en couple avec la même personne pendant de longues périodes de temps, voir pendant toute leur vie. En ce sens, je reconnais qu’il y a beaucoup de travail à faire pour déconstruire ces préjugés et ce, au sein même de la communauté gay.

Si jamais tu te poses d’autres questions sur les différentes orientations sexuelles, je te conseille, bien sûr, de lire les nombreux articles et réponses aux internautes qui se trouvent sur le site d’AlterHéros. Pour ce qui est de la bisexualité, plus spécifiquement, je te recommande un excellent site canadien, celui de Bi Unité Montréal (www.biunitemontreal.org).

Voilà! En espérant que j’ai bien répondu à tes questions, je t’invite à nous réécrire si tu en sens le besoin.

Au plaisir!

Benoît

Leave a comment