Je suis un garçon transgenre franco-libanais et j’ai besoin d’aide!


Bonjour,
J’ai VRAIMENT besoin d’aide.
Je cherche à me barrer de ma famille. Je suis en Belgique pour le moment mais en Aout je retourne au Liban. Là-bas, je serais coincé.
Je répète donc mon problème: je suis victime de persécutions psychologiques trans/homophobes de ma mère et là, non là j’en peux plus je sature. Je suis un garçon transgenre, et elle ne l’accepte pas, me traite de lesbienne, me dit qu’au Liban j’ai intérêt à mettre des trucs plus féminin, elle me stresse.. non, vivre avec elle au Liban ça va tourner à la catastrophe, il est hors de question que je fasse la fille.
J’aimerai donc en savoir plus sur les refuges, mes droits, en France, pas en Belgique, je suis franco-libanais. J’aimerai aller quelque part aux alentours de Grenoble, j’ai besoin de soutiens, j’ai une amie là-bas. J’ai besoin de son soutiens.
Voilà. J’espère avoir été assez clair. J’aime ma mère et mes frères et ma soeur. Mais je peux pas continuer comme ça. Je vais mourir sinon.
Merci.
Edward

Bonjour Edward,
Tu es un garçon transgenre de 17 ans, victime de persécutions psychologiques de la part de ta mère, au Liban. Pour l’instant tu es situé en Belgique mais tu dois rentrer au Liban en août, ce que tu refuses de faire, pour la raison énoncée ci-dessus. Tu prévois donc plutôt te rendre en France rejoindre une amie qui sera en mesure de t’apporter du support. Conséquemment, tu te questionnes sur tes droits là-bas en tant que jeune trans et bisexuel. Tu es également à la recherche d’un refuge qui pourra t’héberger et te protéger, idéalement dans la région de Grenoble, pour être situé le plus près possible de ton amie.

Dans un premier temps, au niveau de tes droits, sache qu’en France les personnes sont protégées contre la discrimination homophobe et transphobe. Le code pénal punit ces gestes.

Dans un deuxième temps, une petite recherche sur Internet m’a permis de trouver Le Refuge, organisme français dont la mission principale est d’héberger les jeunes isolés et exclus de leurs milieux de vie en raison de l’homophobie et de la transphobie. Toutefois, leur service d’hébergement est offert exclusivement aux personnes majeures, malheureusement. Ils ont quand même une ligne d’urgence, joignable 24/7 par téléphone ou SMS, au 06 31 59 69 50. Tu peux les rejoindre n’importe quand pour recevoir de l’aide et vérifier avec eux quelles seraient tes options en ce moment.  Le mercredi, la ligne se spécialise pour répondre plus particulièrement aux jeunes trans, de 18h à minuit.

SOS Homophobie pourrait également t’être utile. Cet organisme assure un service d’écoute téléphonique national pour les personnes victimes d’homo- et de transphobie; ils pourront sans doute t’éclairer davantage sur tes droits en tant que franco-libanais et les recours qui s’offrent à toi. Tu peux les appeler au 01 48 06 42 41 du lundi au vendredi entre 18hrs et et 22hrs, le samedi de 14h à 16h ou le dimanche de 18h à 20h. La délégation régionale de Grenoble est joignable par courriel en cliquant ici.

En terminant, j’aimerais m’assurer d’une chose avec toi. Tu dis que si tu retournes au Liban, tu vas mourir. Que veux-tu dire en affirmant cela? As-tu des idées suicidaires? Je comprends que tu as très peur de devoir vivre une vie qui n’est pas la tienne, que tu souffres beaucoup. Tu vis présentement quelque chose de difficile, c’est normal. Si tu as des idées noires, ne reste pas seul. Appelle au 01 45 39 40 00 si tu es en France ( Suicide Écoute ) ou au 0800 32 123 si tu es en Belgique ( Ligne de crise 0800 du Centre de Prévention du Suicide ).  Les intervenants sont disponibles pour recevoir ton appel en tout temps et t’apporter de l’aide psychologique. C’est un service anonyme et confidentiel.

Prends soin de toi et tiens bon, Edward! Tu trouveras des solutions.
N’hésite pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin.
Jessica, pour AlterHéros


About Jessica

Jessica est présentement étudiante au doctorat en psychologie à l’Université de Sherbrooke. Elle détient un DEC en sciences humaines, profil action sociale et médias (2011) et un baccalauréat en psychologie de l'UQÀM (2014). Elle a travaillé dans le domaine de l'intervention à temps plein pendant un an et demi avant d’intégrer le doctorat. Son grand intérêt pour la communauté LGBTQ+ l'a amenée à s'impliquer en tant qu'intervenante bénévole au sein de l'équipe Parles-en aux Experts en mai 2015. Lorsqu'elle n'est pas en train d'étudier ou de travailler, elle aime bien aller nager ou marcher, faire du camping, jouer de la musique et flatter ses deux adorables chats. :-)

Leave a comment