Je pense être transexuel, même si je suis plutôt jeune…


Salut Ethan,
Je te remercie pour la confiance que tu nous accordes. J’espère qu’en faisant le tour des sections du site, tu as pu constater que tu n’es pas seul à te sentir comme ça. Selon ce que tu m’as écrit, tu sembles avoir une identité masculine qui existe en toi depuis une longue période de temps. Le fait de ne pas pouvoir t’exprimer publiquement en tant que gars te cause un grand inconfort et tu as des projet de faire une transition pour vivre à temps plein dans le genre masculin. Tu pense que la transition de genre (le changement de sexe) est la solution à ce que tu vis, mais tu as de nombreuses questions.
Il est très possible que tu aies ce qu’on appelle le transsexualisme. Je ne peux évidemment pas te dire à 100% si tu es ou non transsexuel. Ce sera à toi et à ton psychologue de le déterminer. Par contre, ce que je peux remarquer dans ta lettre, c’est que malgré ton jeune âge tu est très sérieux, tu t’es déjà informé sur la transsexualité et en plus tu utilises déjà un nom et des pronoms masculins. Continue de prendre au sérieux les sentiments que tu ressens, n’essaie jamais de les ignorer, et surtout continue de t’informer.
Ta situation est loin d’être facile. Tu n’es pas encore adulte et ta mère et ta soeur te reprochent un peu le fait que tu exprimes ta masculinité. Par contre, cela ne veut pas dire qu’elles n’accepteront pas que tu sois un gars. Ce que je peux te conseiller, c’est de ne pas baisser les bras et de continuer de leur expliquer comment tu te sens, et de continuer à exprimer qui tu es avec fierté. Continue d’insister afin de pouvoir t’habiller comme tu veux et agir comme tu veux. En tentant d’agir de façon féminine, tu vas seulement te causer de l’inconfort. Chaque petit geste que tu poses pour affirmer ta masculinité aidera à construire ton identité et ta confiance en toi. Il faut espérer qu’en voyant le bonheur que cela t’apporte, les yeux des gens autour de toi s’ouvriront. Ainsi, lorsque tu sentiras que ton identité masculine est bien solide, tu seras prêt à faire ton coming-out auprès d’eux, c’est à dire de leur dire que tu n’es pas une fille masculine, mais bel et bien un gars.
Le coming-out est une étape cruciale et il faut absolument que tu te sentes à 100% pour le faire. Tu dois t’attendre à toutes les possibilités, y compris qu’on ne te prenne pas au sérieux. Mais si tu as l’appui de tes parents, cela t’ouvrira plein de possibilités. Peut-être pourras-tu convaincre tes parents de te trouver un ou une médecin, psychologue ou personne spécialiste en questions d’identité de genre avec qui tu pourrais discuter de ce que tu vis. Une telle personne pourrait servir de « contact » entre toi et ta famille, afin de faciliter la communication entre vous. Un spécialiste pourrait également commencer le processus d’évaluation qui te permettrait éventuellement de prendre de la testostérone si tu le désires.
Tu te poses beaucoup de questions par rapport au processus médical de la transition, en particulier les chirurgies. En résumé, il existe un document appelé le « Standards of Care » qui guide les médecins à travers les traitements. Ce que dit ce document, c’est que tu as besoin d’avoir une lettre d’évaluation d’un spécialiste avant d’avoir accès au traitement hormonal à la testostérone. Ce sont les hormones qui permettent la masculinisation de la voix et l’apparition du poil. Ensuite, si tu veux avoir accès aux chirurgies d’hystérectomie et de mastectomie, ça prend une deuxième lettre d’évaluation. Au Québec, ni les hormones ni les chirurgies ne sont accessible aux mineurs. Le mieux que les médecins acceptent de faire pour l’instant pour les ados, c’est de prescrire des médicaments qui bloquent la puberté.
Tu me demandes ce que représentent les chirurgies dans le cheminement d’une personne transsexuelle. Étant une femme trans qui est passée à travers la chirurgie, je peux tenter de te répondre. Les chirurgies sont pour plusieurs d’une grande importance pour se sentir bien dans leur corps. La chirurgie a amélioré la qualité de vie de milliers de gens. De pouvoir enfin habiter un corps qui correspond à qui on est dans la tête est une grande libération. Toutefois, tu dois savoir que ce ne sont pas toutes les personnes trans qui choisissent d’avoir des opérations. Et peut importe si tu les veux ou non, tu dois savoir que ce ne sont pas les chirurgies qui feront de toi un homme. C’est dans la tête tout d’abord que l’on est un gars ou une fille. Tu dois penser à ta transition sociale bien avant de penser à la mastectomie ou la l’hystérectomie.
Pour ce qui est de ta demande de psychologue ou sexologue dans la région du Saguenay, je t’invite à écrire ou à appeler l’ATQ car c’est l’organisme qui possède la plus grande banque de spécialistes du domaine trans. Il faut toutefois que tu saches qu’il sera difficile pour toi de trouver quelqu’un en région: les rares médecins et psychologues qui ont des connaissances dans le domaine pratiquent dans les villes comme Montréal, Trois-Rivières, Québec et Sherbrooke. Par exemple, je sais qu’une grosse partie des cas de transsexualisme chez les moins de 18 ans sont dirigés vers le Dr. Ghosh de l’Hopital de Montréal pour enfants. Il est donc possible que tu aies à beaucoup te déplacer pour ta transition, mais c’est toujours mieux d’aller voir un spécialiste qui s’y connait même si c’est à 100km de chez soi.
Merci encore de ta confiance, j’espère avoir répondu à tes questions. Je te souhaite de toujours garder le courage dans l’affirmation de ton identité!
Élyse


About Élyse Vander

Élyse est enseignante au secondaire depuis 2005, ce qui l’a amené à développer sa capacité d’intervention auprès des jeunes. De plus, elle a une expertise dans le domaine de la transsexualité, ayant œuvré dans le milieu dans divers organismes depuis 2007.

Mon implication à AlterHéros me donne confiance que dans les prochaines années, les jeunes pourront de plus en plus assumer et vivre harmonieusement leur homosexualité, bisexualité ou transsexualité, particulièrement à l’école secondaire.

Leave a comment