Je n’ai plus de sensations dans mes parties sexuelles à la suite d’un accident… Que faire ?


Bonjour,
Je n’ai plus de sensation dans mes parties sexuelles.
Il y a presque 4ans, j’ai eu un accident qui a créé une Hernie discale et à écrasé la base de la colonne vertébrale (la queue de cheval). Les nerfs qui alimentent les sensations au niveau sexuel ont été touchés, et je ne ressens plus rien, ou presque rien sur certaines zones de mon pénis.
Ma vie sexuelle qui était comblée avant cet accident s’est énormément détérioré. En plus, La femme que je devais épouser m’a finalement quitté, car nos fréquence de rapport diminuaient.
Je peux avoir des ejaculations, mais mes étions sont très dure à obtenir et à maintenir (lors d’une fellation par exemple, je ne peux pas sentir la langue de ma partenaire, ni sa bouche, etc)
Je me demandais quel sont les alternatives pour trouver une belle vie sexuelle lorsqu’on a perdue les sensation (et donc le cheminement nerveux du plaisir, de l’excitation, et de la récompense par le toucher des zones génitales)
Merci de votre aide
Julien
 

Bonjour Julien !

Merci de nous écrire et merci de ta patience face au délai de réponse.

 

Tu te demandes quelles sont les alternatives pour avoir une vie sexuelle agréable lorsqu’on vit avec une hyposensibilité ou une sensibilité absente au niveau des organes génitaux. La bonne nouvelle, c’est que ces alternatives existent. La nouvelle possiblement moins agréable à recevoir, c’est qu’il faudra être imaginatif et décentrer ta sexualité de ton pénis.
Dans un rapport sexuel où un pénis et un vagin sont impliqués, on n’a pas tendance à chercher beaucoup plus loin que le script sexuel qui nous a été répété maintes et maintes fois et qui est très centré sur les organes génitaux: “préliminaires” (masturbation / fellation, cunnilingus pour les plus chanceux.ses d’entre nous), pénétration et éjaculation. C’est normal ; c’est ce qui nous a été enseigné depuis notre adolescence (et parfois même plus tôt) !
Pourtant, il se peut que ce script ne soit pas optimal, par exemple si une personne impliquée n’est pas à l’aise avec certaines pratiques ou ressent de la douleur à la pénétration. Il en est de même lorsqu’une personne a peu ou pas de sensations dans la zone génitale. Cela peut être extrêmement confrontant et occasionner des difficultés non seulement au niveau des rapports sexuels, mais aussi de la relation amoureuse et affective.
Maintenant, comment s’adapter lorsque le script traditionnel ne nous convient plus ? Tu peux commencer par explorer l’ensemble de ton corps pour déterminer quelles zones sont plus susceptibles de te donner du plaisir et essayer divers types de touchers: effleurements, touchers avec un peu de pression, massage en profondeur… Le cou, les mamelons, le bas du ventre, le dos, les fesses, les oreilles, les pieds… tout est permis. Si tu as des sensations au niveau anal, tu peux aussi explorer cette zone si tu le désires, tu pourrais faire des découvertes fantastiques. Tu peux aussi utiliser des objets pour explorer : vibromasseur, plumes, objets pointus, en cuir, en latex, etc.
Ça peut être une expérience très agréable en solo, mais aussi avec un.e partenaire ! Bien sûr, la communication est nécessaire. Ça peut être difficile et intimidant au départ, mais ça se travaille, même pour les plus timides et réservé.e.s d’entre nous. Pour te donner un coup de pouce, tu peux proposer d’utiliser une yes no maybe checklist. Je t’en propose quelques-unes en espérant que tu y trouves ton compte !
C’est aussi une belle occasion d’explorer tes fantasmes. Est-ce qu’il y a des scénarios en particulier qui t’allument ? Qui, combinés avec certains touchers, pourraient créer une grande excitation chez toi ? C’est le moment d’y voir !
Pour ton / ta / tes partenaire.s, le même cheminement s’applique. Est-ce que tu pourrais donner du plaisir avec tes doigts ou ta bouche? En utilisant des objets sexuels (dildos ou vibrateurs, entre autres)? En mettant en œuvre certains scénarios particuliers? Il y a place à l’exploration.
Je suis consciente qu’il peut être confrontant pour certaines personnes d’utiliser des objets pour pénétrer leur partenaire ou encore pour permettre à leur partenaire de pénétrer (masturbateurs, par exemple). Si c’est le cas pour toi, je t’invite à lire cet article du Guardian (en anglais, tu peux utiliser un traducteur en ligne au besoin). Il faut garder en tête que les sensations offertes par les organes génitaux de l’autre sont totalement différentes de celles qui sont vécues lorsqu’on utilise des objets sexuels et que ceux-ci n’ont pas pour objectif de remplacer le pénis ou le vagin, mais bien d’offrir des sensations alternatives.

 

Voilà, j’espère que ces petits trucs te donneront un coup de pouce. Si tu sens que tu as besoin d’un suivi à long terme, que tu souhaites avoir des échanges plus approfondis et mieux adaptés à ta réalité ou encore ta situation te cause beaucoup de tristesse, de frustration ou d’anxiété et que ces sentiments deviennent envahissants, je te propose de consulter un.e sexologue. Si tu le souhaites, tu peux nous réécrire pour nous en donner des nouvelles ou pour nous poser d’autres questions. AlterHéros est là pour toi !

 

Au plaisir,

Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.

Leave a comment