J’aimerais être une fille, mais je ne sais pas comment le dire à mes parents.


Bonjour je m appele Julien j ai 12 ans et je me sens pas un gars j aimerais être une fille mais je sais pas comment dire a mes parent est ce que vous pouvez m aider s il vous plaît

Julien

Bonjour à toi!

 

Merci d’avoir posé ta question à AlterHéros! J’espère que tu trouveras dans ma réponse le soutien et les ressources nécessaires pour exprimer ce que tu ressens à tes parents.

 

Dans un monde idéal, les gens seraient mieux informés par rapport à l’identité de genre. Les personnes trans, comme toi et moi, seraient libre d’explorer et de célébrer leur(s) genre(s) ressenti(s) dès la petite enfance, et ce, sans limitation ni avoir à se dévoiler. Je suis désoléx que tu aies à passer par là! Malgré que tout cela puisse être éprouvant, j’aimerais te dire que rien ni personne ne peut t’enlever ta valeur ni ton identité. Tu es important.e et ce que tu vis a toute sa place. Pour ma part, je n’ai aucun doute que tu es une personne incroyable et j’espère que ton entourage saura t’accueillir avec toute la compassion et la bienveillance que tu mérites. 

 

Comme pour tout ce qui relève de partager ton intimité et ton monde intérieur, j’aimerais souligner que faire son coming-out est un choix tout à fait personnel et optionnel. Rien ne t’y oblige. J’espère que tu ne te mets pas cette pression! Ceci étant dit, je suis conscientx de l’importance du soutien parental et je comprendrais tout-à-fait que tu souhaites leur en parler. J’aimerais aussi adresser le passage où tu mentionnes que tu « aimerais être une fille ». Je me permets de te faire part des pensées que j’ai eue à la lecture de ton message que tu n’as rien à faire pour devenir une fille. Tu as tous les droits de réclamer ton identité de genre, et ce, avec ou sans coming out à tes parents, avec ou sans transition. La seule et unique condition nécessaire pour être une fille est ce que tu vis en toi.

 

Histoire de t’accompagner dans tes réflexions, j’ajoute ici quelques pistes à explorer avant de te confier à tes parents. Malgré la nervosité (normale!) liée au dévoilement, comment te sens-tu à l’idée de t’ouvrir sur ton genre réel. As-tu pensé à ce qui t’incite à vouloir faire un coming out? Espères-tu être soutenue dans d’autres démarches? Aimerais-tu faire une transition, soit légale, médicale ou encore sociale? Il se peut que tu recherches certains changements pour être plus à l’aise dans tes relations et dans ton corps au quotidien. Certaines personnes trans, mais pas toutes, ressentent un inconfort (ou dysphorie) par rapport à certaines de leurs caractéristiques physiques et se tournent vers les ressources médicales. On appelle ces démarches une transition médicale. Tu pourrais aussi considérer une transition sociale, cela peut ressembler à changer son style vestimentaire, sa coiffure ou encore demander de se faire appeler autrement ou d’utiliser d’autres pronoms (par exemple “elle” ou “iel” au lieu de “il”). Avec le soutien parental, il est d’ailleurs possible de faire une transition légale en changeant de prénom ou de genre légalement. Souviens-toi, rien de tout ça n’est nécessaire pour être “suffisamment” trans ou suffisamment fille. Souviens-toi, chaque expérience est différente et tous les choix sont valables. Je t’invite simplement à considérer tes besoins… Tu es l’expert.e de ta vie après tout! 

 

Passons maintenant au cœur de ta question : le coming-out! J’adore cette réponse donnée par Séré, aussi intervenant trans chez AlterHéros, qui identifie plusieurs possibilités pour faire son coming-out et qui décrit les éléments à prendre en compte afin de te préparer tant que possible à cette discussion importante avec tes parents. Je te copie-colle donc directement ses propos ci-dessous :

« Si tu n’es pas certain.e de la position de tes parents par rapport aux enjeux trans, tu pourrais d’abord tâter le terrain en abordant le sujet sans parler de ton identité. Par exemple, tu pourrais dire qu’un.e élève à ton école a fait un coming-out ou que tu as entendu parler du sujet dans une émission de télé. Cela pourrait te donner une bonne idée de leur niveau d’aisance avec le sujet et de pouvoir te préparer en conséquence pour faire ton coming-out.

Maintenant, parlons de coming-out en tant que tel! Si tu décides que tu veux parler de ton identité de genre à tes parents, tu peux choisir de le faire soit en personne ou par lettre/message/courriel.

Si tu veux le faire en personne, l’idéal est de le faire à un endroit où tu te sens bien et où tu as la possibilité de t’isoler ou de quitter si jamais tu en ressens le besoin. Je te conseille aussi de bien te préparer afin de répondre à leurs questions. Ce qui aide beaucoup quand on fait un coming-out trans est de nommer les choses que l’on veut changer et l’aide que tu aimerais obtenir de tes parents. […] Tu peux aussi parler de ce qui ne changera pas! Souvent, lorsqu’on fait un coming-out à nos parents, iels se sentent un peu bousculé.e.s, car iels se sont fait des attentes par rapport à notre genre assigné à la naissance. Ça peut alors être utile d’insister sur le fait que tu restes la même personne que tu as toujours été, que tu restes leur enfant et que tu gardes la même personnalité et les mêmes intérêts, que de faire ce coming-out est en fait une façon de te sentir authentique avec elleux.

Si tu veux faire ton coming-out en personne, mais que tu n’y arrives pas quand tu es en face de tes parents, tu peux essayer de ne pas leur faire face : c’est beaucoup plus facile de commencer une conversation difficile quand tu es côte à côte avec une personne plutôt qu’en face d’elle. Tu pourrais par exemple faire ton coming-out pendant une marche en famille ou bien lorsque tu es assis.e à côté de tes parents à une table ou sur un divan. 

Faire un coming-out par écrit, soit en donnant une lettre à tes parents ou en leur envoyant un courriel, permet de préparer tout ce que tu veux dire à l’avance sans avoir à craindre d’être interrompu.e. Cela permet aussi de prévoir un espace pour que tes parents puissent réagir à cette nouvelle et gérer leurs sentiments par rapport à cela sans que tu aies à en être témoin. Par exemple, tu pourrais leur remettre la lettre juste avant d’aller prendre une marche. Un autre avantage de cette méthode est de permettre de leur donner des ressources. Par exemple, j’aime bien ce vidéo qui permet de faire ton coming-out non-binaire à ta place! (Voici l’équivalent pour les femmes trans, et pour les hommes trans) Tu pourrais aussi leur envoyer des articles, comme celui-ci qui donne des conseils aux parents d’ados LGBTQ+ ou celui-ci qui explique que les enfants et ados trans se sentent autant fille ou garçon que les enfants et ados cisgenres. »

 

Voilà! Merci encore une fois pour tes questions! J’espère que ma réponse t’auras été utile. Le soutien parental peut faire toute la différence, Je t’encourage à aller de l’avant si c’est une option sécuritaire et que cela fait du sens pour toi. Tu peux prendre tout ton temps pour savoir ce qui te convient. Souviens-toi, tu n’es pas seul.e et il y a de quoi être fier.e de qui tu es et de ton cheminement! N’hésite surtout pas à reprendre contact avec AlterHéros si tu as besoins d’informations supplémentaires ou si tu as d’autres questions. Puisque tu habites en France, tu peux aussi contacter l’association C’est Comme Ça spécialisé orienté pour offrir du support aux jeunes LGBTQ+ ou en questionnement. 🙂

 

Bonne route,

 

Éli, 

Art-thérapeute et intervenant pour AlterHéros


About Éli

Titulaire d’une maîtrise en Thérapies par les Arts de l’Université Concordia, le travail d’Éli est ancré dans la justice sociale et met de l’avant le potentiel revendicateur de l’art et ses bienfaits sur la santé mentale. Avec une pratique qui allie art-thérapie et zoothérapie (thérapie assistée par l’animal), y offre du soutien et un espace d’expression bienveillant sans jugement aux personnes touchées par le stress minoritaire. En dehors de son travail d’accompagnement, vous retrouverez probablement Éli en train de broder ou encore entouré.s de ses plantes et compagnons à pattes!

Leave a comment