#ami
#exemple
#félicitation
#orientation
#Questions
#salut
#truc
1 December 2004

J'ai vraiment de la misère à m'accepter

J’ai vraiment de la misère à m’accepter, surtout que je ne suis pas sure de mon orientation. Je crois être lesbienne. Pourquoi? Je veux rien savoir des gars, ou bien quand j’en croise un qui est mignon selon mes amies je me dis: c’est que sur une fille ça ferait bien ce genre de regard, ce genre de choses. Je ne suis pas vraiment attirée par les gars. Ça me fait rien ou presque mais par contre les filles… ex: pour moi les vestiaires c’est tout un calvaire, donc je m’arrange toujours pour ne pas voir les autres filles. Je serais trop portée à regarder.
Je crois que ce qui m’écoeure le plus c’est quand mes amies de filles disent « tu vas voir, on va toute finir par se trouver un chum l’an prochain pour notre bal de finissant. » Ça me fait tout le temps l’impression d’un coup au coeur, un pincement. On m’a souvent dis que ça prend une certaine période pour être sure qu’on est où non homosexuelle. Combien de temps? Ça fait tout de même 2 ans que je réfléchis. Je commence à déprimer pis a avoir des idées noires. Svp aidez-moi! Je serais vraiment homosexuelle? Aidez-moi à remonter la pente, je commence à penser au suicide. – Marie

Équipe -Pose ta question!-

Salut Marie!

J’ai reçu ta question et je tiens à te dire félicitations d’avoir eu le réflexe d’en parler. Souvent certaines personnes vont avoir tendance à garder leur idées noires pour eux-mêmes et c’est pas vraiment aidant, ça fait du bien d’en parler.

Tu sais, on dit que ça peut prendre du temps accepter son orientation sexuelle, mais il n’y a pas de manuel d’usage qui dit 3 ans et c’est fini. Tout cela dépend de ton niveau de confiance en toi, de tes relations avec les gens qui t’entourent, etc. Par exemple, si tu as des amies très ouvertes d’esprit et de qui tu es très proche, en parler est facile, mais le contraire pourrait arriver.

Il est normal de ne pas être certaine de ton orientation, moi même, j’ai été mélangée pendant longtemps.

Je te comprend pour les vestiaires, tu dois te sentir vraiment mal à l’aise. Par contre, en tentant de ne jamais te placer de façon à voir les autres est un truc que tu t’es trouvé et ça prouve que tu te débrouilles bien sans même t’en rendre compte! C’est en te trouvant des petits trucs comme ça que ça va t’alléger la vie. Pour ton bal, par exemple, il y a toujours moyens d’y aller entre ami.es (ou encore avec une blonde, qui sait!). Il y a toujours des personnes seules qui ne veulent pas nécessairement y aller à deux. Mais c’est compréhensible que ça te fasse mal en dedans, ça fais juste te différencier des autres encore plus, et ça fait mal ça. Je te trouve très courageuse parce que, accepter qui on est, c’est pas toujours facile.

Si tu penses au suicide, tu dois en avoir beaucoup sur le coeur. Je crois qu’il serait important que tu parles à un.e professionnel.le si tu as des idées aussi sombres. Ça peut être un.e psy à l’école ou encore un organisme qui a des intervenant.es pour les urgences (tu peux généralement les contacter par clavardage, par téléphone ou même par texto). Il y a par exemple Interligne que tu peux contacter et Suicide Action Montréal si tu te sens vraiment au bord du gouffre.

 

Prends soin de toi,

 

Alexandra, bénévole/stagiaire au Projet 10

Similaire