J’ai un TOC homosexuel et je suis constamment dans le doute


Bonjour madame
Je m’adresse à vous dans l’espoir que vous pourrais m’aider
Je suis suivi actuellement par un psychiatre pour un toc homosexuel et des phobies d’impulsion
Ceci est apparu maintenant 10 ans lors d’un rapport sexuel avec ma copine de l’époque je nai pas réussi à avoir d’érection ce qui m’a conduit a me poser toutes sortes de questions dont la question suis-je attirer plutôt par les garçons
Depuis ce moment je n’arrête pas de ruminer la dessus je me teste en permanence et je n’arrive plus à trouver la sérénité dune orientation hétérosexuelle
J’ai eu depuis d’autres rapport ou cela a très bien fonctionner mais malgré ça je reste dans le doute constamment
Je suis attirer par les filles avec lesquelles je sens une véritable attirance
Mais je doute encore et encore
Je fais de nombreux reves hetero auquel je sens vraiment de l’attirance et du plaisir au point d’éjaculer pendant ces reves
Malgré toutes ces preuves dune heterosexualite je reste constamment dans le doute
Mon psychiatre ma conseiller une tcc c’est pour cela que je m’adresse à vous
Merci à vous

o
Bonjour Mathieu!
Merci de faire confiance à AlterHéros pour tes questions! À ce que je comprends, tu vis beaucoup d’anxiété depuis plusieurs années en lien avec des pensées intrusives (phobies d’impulsion) qui te font douter de ton orientation sexuelle. Tu es présentement suivi par un professionnel à ce propos. Tu dis que ces remises en question ont pris leur racine dans une relation sexuelle avec une femme durant laquelle tu as eu de la difficulté à avoir une érection. Toutefois, depuis, tu as eu d’autres relations sexuelles avec des femmes par la suite sans difficulté à ce niveau. Par ailleurs, tu es attiré par celles-ci, mais te demandes toujours si tu es bien hétérosexuel et compte entreprendre un processus thérapeutique pour calmer tes angoisses.
Tout d’abord, puisque tu ne mentionnes pas explicitement si tu as un diagnostic officiel de “toc homosexuel” ou s’il s’agit seulement de ton motif de consultation en psychiatrie, je me permets de citer un extrait d’une réponse de mon collègue Guillaume à ce sujet :

« Chez AlterHéros, nous sommes généralement très prudent.e.s à aborder le sujet du TOC homo. Pourquoi? Parce qu’il s’agit d’un concept en psychologie utilisé par des thérapeutes professionnel.le.s et qu’il est souvent mal interprété et mal utilisé au quotidien par les internautes. De plus, c’est un concept sur lequel il est possible de trouver une tonne d’informations fausses sur Internet. En effet, ce concept est trop souvent utilisé afin d’invalider des questionnements sains et normaux dans le développement identitaire d’une personne. Ceci peut donc contribuer à une forme d’homophobie intériorisée en offrant la prémisse que les questionnements sur l’orientation sexuelle sont liés à un trouble psychologique et non pas à un développement psychologique normal. Alors avant d’approfondir la question du TOC homo, rappelons-nous ces quelques éléments :

  • Il est complètement sain d’avoir des questionnements sur son orientation sexuelle. Il n’y a pas d’âge ou de moments précis pour avoir des questionnements, des réflexions ou des idées érotiques au sujet de l’orientation sexuelle.
  • Toutes les orientations sexuelles sont aussi belles les une que les autres. Aucune orientation sexuelle n’est meilleure ou inférieure à l’autre.
  • Les orientations sexuelles ne sont pas limitées à l’hétérosexualité ou l’homosexualité, mais que les personnes bisexuelles, pansexuelles et asexuelles existent. Il est donc possible que nos désirs et comportements ne s’inscrivent pas dans une case précise.
  • Les orientations sexuelles comprennent plusieurs composantes liées aux attirances physiques et aux attirances romantiques. Il est donc possible d’être romantiquement attiré par un type de personnes et sexuellement attiré vers plusieurs types de personnes.
  • La sexualité est quelque chose de fluide : nos préférences, besoins, intérêts, désirs et libido peuvent varier avec le temps, selon les contextes et selon les rencontres que nous faisons.
  • Ce n’est pas parce que quelqu’un a eu une idée, une attirance, un questionnement ou un fantasme homosexuel que cela nie son hétérosexualité. »
En bref, il faut faire attention à ne pas confondre un diagnostic officiel de trouble obsessionnel compulsif émis par un.e professionnel.le et un questionnement sur son orientation sexuelle, ce qui est on ne peut plus sain et normal! Il n’y a rien de mal à s’interroger, tout comme il n’y a rien de mal à ressentir de l’attirance pour différents types de personnes. T’es-tu demandé pourquoi tu as peur d’être attiré par les hommes? Est-ce parce que tu as peur de “ne pas être normal”? Est-ce parce que tu aurais peur de la réaction de ton entourage si c’était le cas? Tu écris aussi que tu as eu des relations avec des femmes et que tu as des rêves érotiques les concernant, ce qui te convainc de ton hétérosexualité. En fait, rien n’empêche que tu sois en effet attiré par les femmes, mais que tu le sois aussi par les hommes par exemple. Ça serait tout à fait correct et ne ferait de toi ni une mauvaise personne ni une personne anormale!
C’est aussi important que tu saches que le bonheur n’est pas réservé aux hétéros! On peut tout à fait être bi, gay, pan, etc. et vivre une vie heureuse et épanouie! Je ne te dis évidemment pas que c’est ton cas, car toi seul peut savoir quels sont tes désirs et tes attirances, mais je t’invite à explorer tes fantasmes et à te questionner sur tes désirs sans jugement. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse quand il est question de notre orientation sexuelle.
Si je me penche maintenant sur la difficulté que tu avais vécu en lien avec ton érection, il est important de comprendre que l’excitation sexuelle (soit la réaction physiologique du corps face à un objet de désir réel ou imaginaire) fonctionne mieux dans un état de détente. Ainsi, les premières relations sexuelles, par exemple, peuvent occasionner du stress qui peut nuire à cette réaction, tout comme des pensées anxiogènes. Il est absolument normal d’avoir des difficultés érectiles de temps à autres, notamment pour cette raison. Cela veut aussi dire que ce n’est pas parce que l’érection n’a pas lieu en présence d’une femme que c’est parce que tu n’es pas attiré par ces dernières. Il peut y avoir de nombreuses raisons qui rendent l’érection difficile et, d’ailleurs, tu mentionnes avoir eu d’autres relations avec des femmes par la suite sans avoir de problème à ce niveau.
Tu dis enfin que tu nous contactes parce que ton psychiatre t’a recommandé de faire une thérapie cognitivo-comportementale. Je ne suis pas certaine de saisir ce que tu attends de nous à ce propos, mais il n’est évidemment pas possible que l’on offre ce type de service. La thérapie cognitivo-comportementale est un type de thérapie souvent utilisé dans les cas de pensées intrusives anxiogènes, de phobies et de troubles obsessionnels et ne peut être offerte que par des professionnel.les qualifié.es en santé mentale. Il peut notamment s’agir de s’exposer progressivement à l’objet anxiogène, de verbaliser les causes de son anxiété ou d’analyser ses comportements. Il faudrait ainsi te renseigner auprès d’une personne qui travaille dans le domaine de la psychologie à ce sujet. Par contre, tu peux réfléchir par toi-même aux causes de ton anxiété en lien avec la peur de ne pas être hétérosexuel.
En bref, je t’invite à t’interroger sur l’origine de ta peur d’avoir du désir pour les hommes parce que, lorsque les gens font référence à un TOC homo (non-diagnostiqué), c’est souvent lié à de l’homophobie intériorisée. N’oublie pas que les orientations sexuelles sont toutes aussi valides les unes que les autres et qu’il est tout à fait normal de s’interroger sur nos attirances et nos désirs. Par ailleurs, une difficulté érectile peut avoir de nombreuses causes autres qu’une absence d’attirance pour le genre de la personne avec qui tu te trouves. Prends le temps de réfléchir à ce qu’une attirance pour les hommes a de menaçant pour toi, ce qui fait son caractère anxiogène, sans te juger. Tu peux également consulter un.e psychologue pour t’aider dans tes questionnements et ton cheminement à travers tout ça.
J’espère avoir pu te donner quelques pistes! Je te souhaite de trouver une tranquillité d’esprit face à tes angoisses et t’invite à nous réécrire si tu le souhaites. Prends soin de toi!

About Marion Brodeur-Laperrière

Diplômée du baccalauréat en sexologie de l'UQÀM, Marion s'intéresse particulièrement aux enjeux LGBTQ+ et souhaite apporter son aide à cette communauté qu'est la sienne. Musicienne chevronnée et poète à ses heures, elle est un peu trop accro à Harry Potter.

Leave a comment