J’ai plusieurs questions concernant mon orientation sexuelle, mon orientation romantique et la manière dont je me projète dans le futur…


Je préviens d’avance, ce message est long, vraiment très long… et organisé en trois partie pour plus de clarté.
PROJECTION FUTURE ET INQUIÉTUDE :
Bonsoir, J’aimerais recevoir l’avis d’un.e professionnel.les au sujet de ma situation. Aussi savoir si je suis la seule dans ce cas (ce qui, rationnellement, m’étonnerait) et ainsi me sentir un peu rassurée. J’ai déjà écrit sur cette plateforme mais suis toujours en quête de réponse. Enfin voilà, je constate que je rencontre un mal fou à me projeter. Je m’explique : je me questionne quotidiennement sur mon orientation sexuelle et romantique. J’en ai fait part à quelques membres de mon entourage dont ma cousine. Celle-ci m’a souvent demandé si je me projetais plus tard avec une femme. Je pense avoir un schéma assez bref mais clair de ce que peut être un couple homosexuel. Alors je ne comprends pas pourquoi je bloque face à la soudaineté de cette question. Est-ce parce que je manque de représentations (ce que je ne pense pas), ou encore parce que je me prends trop la tête, que je m’embrouille toute seule en m’imaginant un trintrin quotidien d’un couple imaginaire. C’est pas très clair, mais dès que cette question fait surface, j’essaye de me dessiner, de me projeter quelque images animées dans ma tête, d’une relation avec une femme, puis avec un homme. Alors c’est peut-être ça le problème, ce cinéma mental. Donc peut-être que je m’y prends mal ?  Mais dans ce cas-ci, à quoi suis-je censée pensée lorsque cette question m’est posée. Construire toute une scénographie et représentation future spirituelle, ou c’est autre chose. Ou dois je plutôt penser à si vivre avec une femme me dérangerait ou pas ? À quoi suis-je supposée pensee, que dois-je -me dire, comment puis-je répondre à cette question ? Je vois des gens pour lesquels la réponse à ce style de questiond semble toute simple. Une copine qui m’a dit lors d’une conversation quelconque, que le seul fait de voir des couples lesbiens la confortait dans l’idée qu’elle désire la même chose. Moi non, ca ne fonctionne pas. Quand on me demande de me projeter. J’essaye de prendre la place de l’une des femmes du couples que je vois. je m’imagine à sa place. Et j’ai du mal à percevoir ce que je ressens. Idem avec un garçon. Vous allez me dire, mais de toute façon, toutes tes émotions sont quasi inexistantes en ce moment. Mais, je fais ca depuis un moment, et j’en ressors toujours avec ce même ressenti de résultat qui n’abouti pas et n’aboutira jamais.
Par conséquant, j’ai l’impression de ni avoir l’envie, ni le besoin de me mettre en couple. Est-ce normal, sachant que j’ai 16 ans et tout bientôt 17 ? Je n’en ressens aucune envie. Je n’ai aucunement cette envie soudaine qui me percute pour me faire comprendre que “tindin, c’est le moment, j’en ai envie !”. Peut-être que je rencontre du mal à m’imaginer en couple parce que je ne sais pas vraiment à quoi ça ressemble, ou exclusivement de l’extérieur, même si bon… mes parents sont une figure quotidienne (pourtant) ?? Alors peut-être que je suis bizarre, seule. Peut-être que je suis aromantique étant donné que j’en n’ai pas spécialement envie. Peut-être également que c’est temporaire, que je suis encore un peu jeune. Mais dans ce cas-ci, pourquoi certains adolescents de mon âge sont déjà focalisés sur cette idée de concubinage ?? Ce manque de projection signifie t-il que je suis aromantique ??? Je me dis aussi, peut-être que je suis lithromantique. Mais ça me paraît assez horrible de délaisser une personne qu’on aime… Pouvez-vous rapidement m’éclairer sur cette orientation sexuelle ? Après tout ce que je vous ai débité, est-il possible que je sois lithromantique ou ça peut-être autre chose, comme le manque de maturité ou n’importe quel autre facteur ? En même temps, je ne pense pas être aromantique car j’ai déjà ressenti les principaux symptômes amoureux (bouffées de chaleur, envie de voir la personne ciblée, de la fréquenter, de lui parler…) je pense que c’est bel et bien de l’amour. Non ?????
ATTIRANCE SEXUELLE :
J’entends également parler de l’attraction sexuelle comme un desir de faire l’amour. Est-ce vraiment ça ou bien plus complexe. Je m’explique. Bien que pas encore très certaine, je pense être principalement homosexuelle. Et pourtant, comme le laisse comprendre la définition de l’attirance sexuelle, je n’ai jamais eu cette envie de coucher avec une femme, qui incontestablement m’attirait. Ou alors de manière plus diffuse (je vais y venir). Donc qu’est-ce que plus precisément, l’attraction sexuelle, mis a part ce désir de faire des galipettes ? Est-ce de l’attirance physique ou sexuelle étant donné que j’étais attirée par leur formes ? Je tiens aussi à préciser que j’étais assez jeune et n’avais jamais réellement nulle part entendu parler d’homosexualité. Cependant, malgré mon jeune âge, j’ai parfois eu l’envie incontrôlable de la.les toucher, bien que le plus souvent, j’étais seulement omnubulée par ce que j’avais sous les yeux (son posterieur par exemple, son abdomen la plupart du temps, ses épaules…). Est ce de l’attraction sexuelle ? Ou physique ? Ou pas de l’attraction du tout finalement ??D’ailleurs, quelques fois, quand je regardais un film qui avait réalisé une scène de luxure, il m’arrivait me semble t-il de me mettre à la place de l’homme. Toujours cette même question, est-ce de l’attirance sexuelle ? Parce que je n’ai jamais eu cette envie nette et précise de passer à l’acte. Alors que d’autres personne homo qui s’ignorait, si. Autre chose, quand on parle d’attirance, est-ce que cela fait seulement référence à l’attirance sexuelle ? Très important, le fait de ressentir des coups de chaud peut-il être un symptôme d’attirance romantique aussi bien que sexuelle ?????? Plus jeune, j’avais aussi chercher, mots pour mots “femme nue qui se déshabille lentement” sur YouTube. En visionnant la vidéo, j’avais une nouvelle fois ressenti un énorme coup de chaud à la vue d’un corps de femme nue. Est-ce de l’attirance sexuelle ou plus physique, parce que conformément à la défénition, je n’ai pas eu l’envie de lui faire l’amour ?
ATTIRANCE ROMANTIQUE :
J’ai du mal à cerner mon orientation romantique, je sais que je suis pas hétéro, c’est un bon début même s’il m’arrive encore aujoud’hui d’en douter. Le problème c’est que je ne parviens pas a déterminer si je suis plus bi ou lesbienne. J’ai d’ailleurs pas mal de mal avec ce mot, lesbienne. Peut-être parce que je ne le suis pas ou que cette étiquette ne me correspond pas. Peut-être que je ne veux pas reconnaître que je suis bi parce-que je préférerais être lesbienne, être avec une femme si un jour je m’accouple. Mais “bisexuelle” est une étiquette qui ne me colle pas non plus. Peut-être que je fais un refus de toutes les cases mais ressens tout de même le besoin de m’enfermer dedans pour me justifier. Peut-être qu’en me comparant à mon amie, j’ai l’impression qu’elle partage ce point commun, l’homosexualité avec mon autre ami. J’ai pas forcément envie qu’il soit plus proche d’elle que moi… J’ai pas envie d’être attirée par des garçons depuis que j’ai découvert l’homosexualité. Encore avant quand on me posait la question de mon style de garçon, je répondait “blond aux yeux bleus”, bien que je m’arrêtais souvent sur des garçons intelligents, sans pour autant ressentir quoi que ce soit je précise (c’est de l’attirance du coup ????) Est-ce possible de répondre que j’ai un style de garçon alors que je suis lesbienne (sans le savoir) ?? Mais en même, j’ai l’impression de me mentir à moi-même quand j’affirme être totalement lesbienne… le problème, c’est que mes sentiments pour les femmes sont plus forts et existants que ce que pour les hommes (la plupart du temps, je l’ai regardé sans rien ressentir… je pense pas que ça soit de l’attirance. Qu’en dîtes-vous, à part “tu n’es la seule”” ???)
Suis-je lesbienne, si plus jeune, c’est comme s’il y avait, avec tout les hommes et garçons que je croisais, un jeu de séduction, comme si, obligatoirement, je me devais d’être séduisante. C’est un peu complexe à expliquer. Je ne voulais pas vraiment les draguer et ce n’était pas vraiment de la drague, à 10 ans en même temps. Je ne sais pas ce qu’il se passait vraiment.  C’est un peu lourd, merci d’avance pour votre retour.

Bonjour à toi!

 

Wow, ce sont de bonnes pistes de réflexion que tu as et je suis contente de savoir que tu reviens nous contacter, ça démontre une belle confiance envers notre équipe! Je vais faire mon possible pour répondre à plus de questions possibles que tu as soulevé, en n’espérant ne pas en oublier 🙂

 

Pour résumer ma compréhension de ta question, tu te demandes s’il est normal de ne pas arriver à imaginer ton avenir en couple avec une personne, peu importe son genre et tu veux savoir quelle en serait la cause. Tu te demandes si tu ne serais pas aromantique ou bien lithromantique, en voulant en savoir plus sur cette dernière orientation romantique. Ensuite, tu te demandes qu’est-ce qui définit en soi l’attirance ou l’attraction sexuelle car, en pensant être principalement homosexuelle, tu n’as tout de même pas ressenti l’envie d’avoir une relation sexuelle avec une femme, mais tu aimes regarder leur corps et tu as parfois l’envie de les toucher. Finalement, tu te poses aussi des questions sur ton orientation romantique. Tu n’es pas certaine d’être biromantique ou lesbienne.

 

Pour répondre de la même manière que tes questions, je vais les ordonner dans le même sens.

 

Projection future et inquiétudes:

 

Pour répondre à ta difficulté de te projeter dans le futur, je considère moi-même que tout genre de question qui nous demande de s’imaginer notre vie dans plusieurs années est très complexe et plus difficile à répondre que ce que l’on peut penser. De mon côté, par exemple, je ne sais pas si je veux une maison, si je souhaite être en couple et habiter avec une personne et pourtant, j’ai 25 ans! Je comprends alors absolument le blocage que tu as lorsque tu te fais poser cette question. Je pense que la meilleure manière de faire du sens avec cette question serait de la reformuler en pensant plutôt au présent. Par exemple, te verrais-tu présentement en couple avec une femme? Il ne serait pas question d’habiter avec une femme, mais plutôt de partager une intimité avec elle, de recevoir et donner de l’affection, de faire des activités ensemble et de discuter d’une manière assez fréquente. Oui, il est normal de ne pas ressentir l’envie d’être en couple avec quelqu’un, peu importe notre âge. Parfois, il y a certaines choses que nous considérons plus importantes que de commencer une ou des relations amoureuses, parfois, nous ne sommes pas dans un état mental pour avoir ce genre d’intérêt, nous pouvons manquer de temps et d’énergie à offrir. Ou alors, comme tu le mentionnes, il y a aussi des personnes qui sont aromantiques et c’est aussi très normal! Ce n’est tout de même pas nécessairement ton cas. Il y a beaucoup de facteurs qui peuvent faire en sorte que tu ne ressens pas l’intérêt à être dans une relation amoureuse présentement et le temps que ça peut prendre dépend de chaque personne. Il ne faut pas oublier que, pour être dans une ou des relation·s amoureuse·s, il faut ressentir une attirance amoureuse pour une ou plusieurs personnes. Il se peut alors que tu n’as pas encore rencontré une personne qui te ferait développer un intérêt amoureux et il n’y a aucune presse! Certaines personnes ont leur première relation amoureuse à 23 ans, tout comme d’autres peuvent l’avoir à 56 ans et d’autres à 13 ans, ainsi que d’autres qui ne seront jamais en couple. Il n’y a pas de norme ou de temps limite pour cela. Si jamais tu es aromantique, cela ne t’empêche pas non plus de vivre des relations intimes, affectives, sexuelles, émotionnelles, etc.

 

Tu te demandes pourquoi certain·e·s adolescent·e·s de ton âge sont déjà concentré·e·s sur cette idée de relations romantiques. En fait, le développement sexuel à l’adolescence et les sentiments amoureux, émotions, désirs sexuels ne se font jamais au même rythme selon chaque personne. J’entends alors les doutes que ce que tu vois dans ton entourage peuvent t’apporter, mais il se peut, en effet, que tu commences à ressentir de la curiosité amoureuse/sexuelle et à vouloir vivre des expériences plus tard! De plus, il y a beaucoup d’influence par les pair·e·s qui se fait à l’adolescence, qu’est-ce que ça veut dire? En fait, si, parmi un groupe d’ami·e·s, plusieurs commencent à avoir des relations amoureuses et/ou sexuelles, il se peut que leurs autre ami·e·s du groupe souhaitent vivre les mêmes expériences et se retrouvent, par conséquence, dans des relations amoureuses et/ou sexuelles, sans nécessairement en ressentir le désir. 

 

Ensuite, tu te demandes aussi si tu es lithromantique. Être lithromantique, ça signifie d’avoir la capacité de ressentir de l’attirance romantique envers une personne, en ne souhaitant pas que ces sentiments soient réciproques. Tu pourrais donc, par exemple, être en amour avec une personne, mais ne pas vouloir être en couple avec celle-ci ou alors, ressentir des sentiments amoureux pour une personne et ressentir un inconfort/malaise si cette personne te dit ressentir la même chose. Sinon, il serait aussi possible pour une personne lithromantique de souhaiter être dans une relation avec l’autre personne, mais sans que celle-ci soit considérée comme une relation amoureuse « officielle ». Est-ce que tu te retrouves parmi cette définition et ces exemples? 

 

Finalement, en effet, les signes que tu décris peuvent être considérés comme de l’amour. Mais encore, il peut être difficile parfois de définir ce qui représente l’amour et comment il se manifeste. Ça peut être de vouloir passer du temps et du bonheur avec cette personne, ça peut être de vouloir une proximité affective, de vouloir coller la personne par exemple. Ça peut aussi être une envie de séduction, ou simplement d’en apprendre plus sur l’autre personne. Donc oui, ce que tu rapportes comme désirs peut s’apparenter à l’amour!

 

Attirance sexuelle:

 

L’attirance sexuelle peut se définir comme le fait de vouloir avoir une relation sexuelle avec certaines personnes, mais c’est en effet un terme qui peut être un peu plus complexe. Non seulement la sexualité peut être expérimentée et définie différemment selon chaque personne, mais les attirance aussi. Par exemple, il est possible d’être attiré·e sexuellement par une personne et souhaiter seulement l’embrasser. Il est aussi possible de trouver une personne belle, de ressentir un intérêt sexuel, mais de ne pas souhaiter avoir de relation sexuelle avec elle. Cela dépend de nos envies, de notre ressenti. Ça peut aussi dépendre de l’(a)sexualité et de l’attirance romantique. Ce que tu décris avoir ressenti envers les femmes peut être de l’attirance physique, mais ça peut aussi être de l’attirance esthétique ou bien de l’appréciation physique. Ce que je veux dire par là, c’est que ce n’est pas parce que nous trouvons une personne belle que nous sommes sexuellement attiré·e·s par celle-ci. Au final, tu es la seule personne qui peut savoir si ce que tu ressentais était de l’attirance sexuelle, considérant le fait que ça n’amène pas automatiquement l’envie d’avoir une relation sexuelle avec l’autre personne. Finalement, le mot attirance peut représenter plusieurs types d’attirances autres que sexuelles. Il existe, en autre, l’attirance sensuelle, l’attirance esthétique, l’attirance émotionnelle, l’attirance intellectuelle, l’attirance romantique, l’attirance platonique, etc.

 

Attirance romantique:

 

Pour ton orientation romantique, tu mentionnes savoir que tu n’es pas seulement intéressée par les hommes, mais ne pas être certaine si tu es biromantique ou lesbienne. Tu n’es déjà pas trop à l’aise avec le mot lesbienne, mais tu mentionnes que tu«  ne veux pas reconnaître que tu es bi parce que tu préférerais être lesbienne ». Ce que j’aimerais te poser comme question, c’est, malgré le fait que tu mentionnes ne pas avoir envie d’être attirée par les garçons, ressens-tu ou as-tu déjà ressenti de l’attirance romantique pour un garçon? Car en tant que telle, l’orientation sexuelle n’est pas un choix, alors il se peut que tu ressentes de l’intérêt aussi pour les garçons, mais ça n’efface pas ton appartenance à la communauté 2SLGBTQIA+. Oui, il est possible de dire quel est ton style de garçon sans toutefois ressentir tout type d’attirance envers eux. Ce serait dans ce cas plus le fait d’apprécier leurs traits, beauté, etc. 

 

Il se peut très bien que ton inconfort avec le terme « lesbienne » soit dû à ton incertitude du moment. Ça peut aussi être causé par les idées négatives et stéréotypes sur les lesbiennes qui sont véhiculés dans notre société. Peu importe, je t’assure qu’il serait entièrement valide de t’identifier comme lesbienne, même en étant incertaine. Si c’est le mot que tu préfères pour le moment, qu’il en soit ainsi! Sinon, pour ce qui est du terme biromantique, celui-ci n’est jamais vraiment à 50-50. Ce qui veut dire qu’une personne biromantique ne ressent pas obligatoirement une attirance à 50% pour un genre et 50% pour l’autre. Être bi, ça peut aussi inclure tous les autres genres, et il est très possible d’être bi et d’avoir une préférence pour les femmes, ou alors être bi et ne jamais avoir été en relation avec un autre genre que des femmes.

 

Sinon, as-tu déjà entendu parler du terme « queer »? Celui-ci peut être utilisé par toute personne dont l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre sort des normes hétéronormatives et cisnormatives. C’est un terme qui peut donc englober bien des choses. Il peut permettre aussi aux personnes en questionnement, mais qui savent qu’elles font partie de la communauté 2SLGBTQIA+ de l’utiliser pour se définir ainsi. N’oublie pas, il est normal et commun d’être en questionnement, certaines personnes restent même en questionnement toute leur vie! Ça peut aussi être considéré comme une orientation sexuelle, si jamais c’est quelque chose avec lequel tu serais confortable. Sinon, tu as la liberté de t’approprier le terme qui te représente le plus et il se peut que ton ressenti face à ce terme change au fil du temps, comme tout orientation sexuelle et romantique peut aussi changer avec le temps. Tu peux donc aussi changer de terme si tu en ressens le besoin plus tard!

 

Je ne peux pas te dire si tu es lesbienne ou pas, puisque tu es la seule personne qui connait cette réponse et qui a la possibilité de définir ton orientation sexuelle/romantique, mais, pour répondre à ta dernière question, oui, il est possible d’être lesbienne tout en ayant déjà eu des comportements de séduction avec des garçons. Nos comportements, qu’ils soient dans le passé ou le présent, ne sont pas le seul facteur pouvant influencer notre orientation. Il serait possible, par exemple, pour un homme d’avoir des relations sexuelles avec d’autres hommes et de tout de même se définir comme hétérosexuel. Son orientation sexuelle n’en est pas moins légitime! 🙂

 

J’espère avoir répondu de la manière la plus complète possible à tes questions. N’hésite pas à nous recontacter pour quoi que ce soit!

 

Émilie (elle/she), AlterHéros

 


About Émilie Grandmont

Émilie (elle/she) est une femme bisexuelle et polyamoureuse. Elle possède un baccalauréat en sexologie de l’UQAM. Elle est entrée dans ce programme avec le but d’en apprendre davantage sur la diversité sexuelle et de genre, sur la santé sexuelle et sur l’éducation sexuelle intersectionnelle. Aujourd’hui, elle souhaite venir en aide aux survivant.es d’agressions sexuelles et offrir une écoute inclusive et sécuritaire à toute personne faisant partie de la communauté LGBTQIA2S+. Ses ami.e.s la décriraient comme passionnée des animaux, effrayée par les papillons et difficile à réveiller aux petites heures du matin.

Leave a comment