J’ai peur d’annoncer ma transsexualité au collège


Bonjour j’ai 14 ans je suis une fille mais depuis le collège je ne me sens plus à l’aise avec les filles j’ai l’impression de ne pas faire partie d’elles d’être différent. En primaire j’aimais jouer au foot avec les garçons et je voulais me couper les cheveux mais ma mère ne voulait pas. Mes amies m’appellent evans mais mon père quand je lui ait demander de m’appeler comme ça il n’a pas voulu. J’ai demander à ma mère si je pouvais me couper les cheveux.le problème c’est que j’ai peur du jugement des gens surtout au collège. Je n’aime pas avoir de la poitrine ça me dégoûte je suis jaloux des autres gars et même de mon frère qui n’a que 8 ans. J’en suis venu à détester les filles. Je m’habille en garçons et ma mère à mit du temps à l’accepter. Une fois elle ma forcer à m’être une robe et j’ai eu honte de me montrer comme ça. Je met des bandeau sur ma poitrine car je ne peux pas acheter de binder toute seule. Je ne sais pas comment leur parler j’ai peur qu’ils ne me prennent pasauxsérieu
Evans

Bonjour Evans, merci d’adresser ta question à AlterHéros.

Tu expliques que tu as été assigné fille à la naissance, mais que tu souhaites vivre ta véritable identité de genre (garçon) au grand jour. Toutefois, tu as peur du jugement des gens, surtout au collège, et tu ne sais pas comment aborder le sujet avec tes proches.

Je constate que tu as déjà des allié.es autour de toi, des personnes en qui tu as confiance et à qui tu as déjà fait ton coming-out, c’est-à-dire des gens à qui as révélé ta transsexualité. Tes amies utilisent le nom « Evans » pour te désigner et ta mère accepte que tu utilises des vêtements traditionnellement plus masculins.

Ce sont de très bonnes nouvelles: tu n’es pas seul. Tu n’es pas non plus le seul à vivre cette situation, à être une personne trans au collège et à vivre la peur d’y faire ton coming-out. À ce sujet, je t’invite à lire l’excellente réponse de ma collègue Élyse, à qui un jeune trans avait adressé sa question il y a quelques temps.

Comme elle l’explique, chaque élève a un petit secret qui lui est propre… nous avons tous et toutes des particularités dont nous avons peur de parler en public! En ce qui te concerne, c’est une situation qui est angoissante puisque les gens autour de toi doivent s’adapter à plusieurs changements: ton nom, ton apparence, les pronoms à utiliser lorsqu’ils s’adressent à toi ou parlent de toi… et oui, parfois, les réactions sont plus ou moins agréables! Il est bon de se préparer à toute éventualité durant cette période, et d’être bien appuyé par des proches. Toutefois, une fois que le coming-out est fait, tu n’as plus à te cacher. 

Tu dis que tu as peur que les gens ne te prennent pas au sérieux. Crois-tu que les personnes autour de toi connaissent la transsexualité? Pourrais-tu demander de l’aide de tes amies pour effectuer ton coming-out? Présenter de la documentation à tes profs, au personnel de ton collège? Tu peux visiter la section « transsexualité » de notre site web pour trouver d’autres informations qui pourraient t’être utiles. La section d’information pour les jeunes trans du site canadien Jeunesse, J’écoute pourrait aussi te donner un coup de pouce.

Certaines personnes auront peut-être besoin de plus de temps pour s’habituer à ta véritable identité. Est-ce le cas de ton père? C’est possible. Quoi qu’il en soit, je suis contente de savoir que ta mère commence à saisir l’importance de respecter ton identité de genre.

Pour annoncer ta transsexualité, tous les moyens (ou presque!) sont bons. Toutefois, ce n’est pas quelque chose d’urgent: tu as toute la vie pour être “out”! Si un bon matin, tu te sens très à l’aise et prêt, tu peux te présenter à l’école avec les vêtements dans lesquels tu es à l’aise. S’ils sont très différents de ce que tu portes habituellement au collège, le mot se passera rapidement… un coming-out de masse, avec ses avantages et ses inconvénients. Tu peux aussi écrire une lettre à des personnes proches de toi, en leur exposant la situation, en leur expliquant que tu préfères être appelé Evans et qu’on utilise des pronoms masculins avec toi. À toi d’utiliser ta créativité et les moyens avec lesquels tu es à l’aise.

Concernant les bandeaux que tu utilises, je reprendrai les propos de ma collègue Elizabeth: il est important de prendre la taille qui te convient, puisque cela ne doit pas affecter ta respiration. Si tu le portes en journée, je t’invite à l’enlever la nuit pour garder un corps en santé. Aussi, pense à prendre soin de ta peau!

En souhaitant que tout se passera comme tu le désires.
Si tu as d’autres questions, nous sommes là pour toi, d’accord?

Si tu en ressens le besoin, je t’invite à consulter un.e sexologue ou psychologue, si c’est possible pour toi. Ces professionnel.les sauront t’assurer un suivi plus complet et répondre à tes interrogations en temps réel. Tu peux aussi t’adresser à d’autre personnes trans sur notre groupe de discussion “Trans Power”.

Bonne route, Evans.
Prend bien soin de toi!

Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.

Leave a comment