J’ai fait mon coming out trans mais je n’arrive pas à me lancer dans les démarches, je ne sais pas quel spécialiste voir ni où aller…


Bonjour ! J’ai 19 ans et cela fait maintenant 5 mois que j’ai fais mon coming out transgenre FtM à ma familles et mes amis et je n’arrive pas à me lancer dans les démarches, je ne sais pas quel spécialiste voir, je ne sais pas où aller, c’est comme si j’était seul contre le monde, ma famille me pousse beaucoup pour y arriver mais je ne fait rien pour cela, non pas parce que je ne le veut pas bien au contraire j’attend que ça mais j’ai peur des jugements, du médecin, psychiatre, psychologue.. Je n’ose aller voir personne.. Pouvez vous me dire si je peut faire ma demande de changement de prénom sans prendre de testostérone et surtout le chemin qu’il faut faire pour avoir ce que je veux le plus, la testostérone ?

Merci beaucoup de votre aide !! 😉

Bonjour Liam!

 

Merci de nous avoir écrit. Je peux absolument imaginer comment tu te sens. Faire son coming out à ses proches est une étape importante mais suite à cela il peut être difficile de trouver les prochaines étapes. Même lorsqu’on sait ce qu’on veut faire et comment, trouver le courage de faire face aux professionnel.les de la santé parfois transphobes, à la quantité de paperasse administrative et aux différents obstacles n’est pas facile. J’ai moi-même eu besoin de plusieurs mois pour recharger mon énergie avant d’entreprendre la prochaine section de mon parcours de transition.

 

Tu te questionnes sur l’accès au traitement hormonal, faire des recherches et recueillir de l’information peut être une façon moins confrontationnelle de faire des progrès. Je t’écris du Québec, je n’ai donc pas tous les détails concernant les procédures en France mais je peux te partager ce que je sais. La première étape serait de trouver un.e médecin généraliste ou spécialiste (endocrinologue, gynécologue ou urologue) qui accepterait de te rédiger une prescription. Si tu as déjà un.e médecin que tu vois régulièrement et à qui tu fais confiance, tu pourrais commencer par lui demander. Sinon, je te conseille de contacter une association trans près de chez-toi, voici quelques options :

 

Certain.e.s médecins vont demander une lettre ou une attestation de diagnostic de dysphorie de genre, une sorte de “preuve” que tu es trans. D’autres médecins travaillent sur une base de consentement éclairé, et vont donc te prescrire les hormones à la seule condition que tu comprennes les effets et les risques. Cette deuxième option est plus rare, mais beaucoup plus simple et rapide si tu arrives à y avoir accès.

 

Une fois que tu as ton médecin, il s’agira d’un bilan médical général, avec au minimum une prise de sang pour évaluer tes taux d’hormones en ce moment et déterminer les bons dosages. Après avoir obtenu ta perception, tu peux récupérer la testo en pharmacie. Tu devra avoir des rendez-vous de suivis aux 2-3 mois la première année, pour surveiller les changements et ajuster les doses, puis aux 6 mois voir moins souvent par la suite.

 

Tu demandais aussi si tu avais besoin d’avoir commencé la testo pour changer légalement de nom, et pas du tout. Tu peux justifier un changement de nom et de mention de genre simplement en disant que tu es connu ainsi par tes proches et que ce changement correspond à ton identité de genre. Le changement de nom est parfois une étape un peu moins intimidante si tu aimerais commencer par là.

 

J’espère que ma réponse t’aidera dans ta transition, je te souhaite la meilleure des chances avec celle-ci!

 

Au plaisir,

 

Maxim·e, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutre


Avatar photo

About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.