#couple
#enfant
#femme
#identité
#processus
#situation
#Transition
25 février 2024

J'ai envie de devenir une femme...

Depuis 8 ans je m’habille avec des vêtements de fille et de femme, j’ai envie de devenir une femme.
J’ai des enfants avec une autre femme je ne me sens plus a ma place, je me sens attiré vers tous ce qu’une femme fait, je me maquille, je me suis percé les oreilles je voudrais devenir femme mais j’ai peur…

Élyse Vander

Bonjour,

Je vous remercie de la confiance que vous nous portez. Les premiers pas d’une démarche de transition sont très effrayants et vous faites la bonne chose en tentant de trouver réponse à vos questions. La première chose que je tiens à vous dire est que je comprends votre peur, étant passée moi-même par celle-ci il y a quelques années. Mais je peux également vous dire qu’une transition harmonieuse est une chose possible. Je dirais même qu’au fur et à mesure que la société et le milieu du travail s’ouvrent à cette possibilité, les transitions sans heurts deviennent la norme. L’important est d’avoir la conviction profonde de son identité ainsi que ce changement est essentiel afin de pouvoir vivre sa vie à 100%.

Vous dites que vous vous habillez en femme depuis 8 ans. Mais la transsexualité, c’est plus que ça. C’est une situation où l’identité de genre ne correspond pas au sexe physique, et ce depuis une longue période de temps. Cette situation cause un inconfort dans plusieurs des sphères de la vie : sociale, physique, professionnelle, amoureuse, etc. C’est donc une condition qui affecte l’ensemble d’une personne, bien au-delà de son vêtement. Votre lettre dit peu sur ce que vous vivez au quotidien. Est-ce que votre sentiment d’être une femme ressemble à ce que je viens de décrire? Si oui, il est possible que vous soyez transsexuelle. Mais il est évidemment impossible pour moi de le dire, ce sera à vous de le déterminer, avec au besoin l’aide d’un psychologue, sexologue ou intervenant communautaire spécialisé en identité de genre.

Quant à votre situation familiale, elle apport un niveau de complexité à une éventuelle transition mais elle n’est en rien un obstacle. Êtes-vous toujours en couple avec la mère de vos enfants? Est-elle au courant de ce que vous vivez. Une chose est sûre, elle sera impliquée de force dans un processus pour lequel elle n’avait pas signé au départ, et vous allez devoir faire preuve de beaucoup de compréhension et de patience. Chez la plupart des couples que je connais où l’un des parents a fait une transition, rarement le couple a survécu mais en général les relations sont restées cordiales et la collaboration a été présente afin de faciliter la chose pour les enfants. Si vous commencez une transition, il est souhaitable pour vos enfants de voir une solidarité entre vous et leur mère. Il est possible de consulter un(e) spécialiste en psychologie de la famille afin d’aider dans le processus. Mais je me doute déjà que la meilleure façon de procéder sera de ne pas dramatiser et d’utiliser des mots très simples. Plus leurs parents vivront la transition de façon harmonieuse, plus cela sera facile pour eux de s’adapter.

Il serait également intéressant de rencontrer d’autres femmes transsexuelles afin de partager votre vécu et d’en apprendre sur le processus de transition. Il serait plus facile alors de faire un choix éclairé. De plus, la peur que vous vivez, qui est très légitime, pourrait être amoindrie. Par exemple, de rencontrer d’autres femmes trans ayant des enfants pourrait vous rassurer. Ou vous pourriez trouver plus facilement les ressources médicales et psychologique dont vous aurez de besoin. Le réseau médical français est un vrai dédale pour les personnes trans, mais avec les bons conseils vous pourriez sauver temps et argent. Pour entrer en contact avec d’autres personnes trans, je vous invite à contacter Le MAG (http://www.mag-paris.fr, c’est un homme trans français qui m’en a fait la recommendation). C’est une association qui s’adresse plus particulièrement aux moins de 30 ans mais je n’ai aucun doute qu’ils pourraient vous référer aux bonnes ressources où à un groupe de soutien près de chez vous.

Je vous souhaite bonne chance dans vos démarches. N’hésitez pas à nous réécrire si vous avez d’autres questions.

Élyse

Similaire