J’ai des pensées intrusives d’ordre sexuel qui me gâchent la vie depuis l’adolescence


 
Bonjour,
j’ai 29 ans je pense souffrir d’un TOC depuis l’adolescence, je vous explique, c’est pas évident de parler de cela, d’ailleurs je l’ai jamais fais. Ce sont des pensées intrusives qui m’ont gâchés des moments dans ma vie à cause de l’angoisse suscité.
Se sont des pensées envahissante d’ordre sexuel, je suis hétéro mais depuis l’adolescence j’ai des pensées qui remette en compte mon intensité du désir avec les femmes, ma sexualité, c’est des intrusions que j’avais réussis à gérer, je vivais normalement avec cela.
Je suis d’un ordinaire négatif et anxieu même si je suis un bon vivant.
Je suis célibataire depuis 8 mois et cela est revenu en trombe, je sors d’une dépression dont j’ai dû mal à me sortir, le gros de la crise est passé mais j’ai des passages en dent de cie.
Je n’ai tjrs pas mon retrouver mon désir sexuel entièrement depuis cet été et cela m’inquiète , je me sent encore vide même si j’ai évoluer depuis cet été
Pouvez vous m’apporter qques réponses
Merci
Med2312
Bonjour Med2312, merci de vous confier à AlterHéros.
Vous avez des pensées d’ordre sexuel que vous qualifiez d’envahissantes. Cela vous crée beaucoup d’anxiété, à un tel point que ces pensées ont gâché des moments de votre vie. En ce moment, vous vous relevez d’une dépression et votre désir sexuel n’est pas à son niveau habituel, ce qui vous inquiète également. Je comprends que la situation est très problématique et anxiogène pour vous. Essayons ensemble d’y voir plus clair, d’accord?
Avant tout, une petite clarification s’impose: un TOC est un trouble obsessionnel compulsif. Il est vrai que des pensées envahissantes mêlées à de l’anxiété peuvent être de l’ordre de la pensée obsessionnelle. Le Centre d’études sur les troubles obsessionnels compulsifs et les tics de l’Institut Universitaire en Santé Mentale de Montréal (IUSMM) explique en ces mots ce qu’est une obsession:  “Les obsessions sont des pensées ou des images mentales qui surgissent à répétition et qui sont difficiles à chasser de l’esprit. Les obsessions peuvent générer beaucoup de détresse, de peur, de malaises et/ou de dégoût.” Dans votre cas, ces pensées difficiles à chasser semblent créer de la détresse.
Toutefois, vous ne mentionnez pas la présence de compulsions (comportements ou rituels) dans votre message. Disons donc que vous avez des pensées envahissantes, des fantasmes sexuels qui prennent beaucoup trop de place à votre goût dans votre imaginaire, sans pour autant souffrir d’un TOC.
Maintenant, de retour au vif du sujet! Vous parlez de fluctuations de votre désir sexuel, présentement et par le passé. Il faut savoir que le désir et l’énergie sexuelle, la libido, peuvent varier grandement avec le temps et selon les événements vécus, que l’on soit homme, femme, un peu des deux ou aucun des deux. Lors d’une dépression, il est très commun que le désir sexuel et la libido chutent drastiquement. En période de dépression, certaines personnes perdent le goût de manger, de dormir, de faire des activités sociales, et d’autres perdent le goût de vivre une sexualité active. À certains moments, toute pratique sexuelle peut même paraître dégoûtante. Même lorsqu’on est en grande forme, il peut arriver que notre désir diminue ou que l’on ait moins envie d’investir temps et énergie dans des rapports sexuels.
Vous parlez également d’un sentiment de vide, aussi très commun lorsqu’on parle de dépression. Avez-vous consulté à ce sujet? Avez-vous accès à des soins de santé? À un.e médecin, psychologue, travailleur.se social.e, sexologue? Pensez-vous prendre de la médication pour vous donner un coup de pouce? Quoi qu’il en soit, il est important de ne pas rester isolé lorsqu’on est en détresse. Même si vous êtes sur la voie de la guérison, il est nécessaire de rester bien entouré. Et rappelez-vous: vous n’êtes pas seul. Au Québec, près d’une personne sur cinq sera atteinte d’un trouble de santé mentale au cours de sa vie.
Revenons aux désirs, maintenant. Il est aussi tout à fait normal que l’objet de vos désirs varie. Il est possible que vous ayez parfois beaucoup de désir pour les femmes… et un peu pour les hommes. Il se peut que quelques mois plus tard, votre désir pour les hommes soit un peu plus fort, puis que votre désir pour les femmes occupe toutes vos pensées pendant un moment.
Vous vous identifiez comme hétérosexuel et cela reste valide même si vous avez des fantasmes sexuels concernant d’autres hommes. Peu de gens le savent et encore moins l’admettent (même si c’est loin d’être honteux!), mais beaucoup de personnes homosexuelles ont des désirs hétérosexuels et vice-versa! Vous avez du désir envers les femmes. Vous avez la possibilité de tomber amoureux d’une femme? Vous vous projetez dans le futur avec une femme? Si c’est le cas, pas de doute, vous êtes attiré par les femmes.
Retournons maintenant la question. Vous avez parfois du désir envers les hommes. Êtes-vous déjà tombé amoureux d’un homme? Si nous vivions dans un monde exempt d’homophobie, d’exclusion et de jugements liés à l’orientation sexuelle, est-ce que vous pourriez vous imaginer en couple avec un homme, en vous projetant dans le futur avec lui? Si c’est le cas, il y a possibilité que vous soyez bisexuel.
Rappelons-nous que même si l’hétérosexualité est plus commune, ce n’est pas une orientation sexuelle “supérieure” ou “meilleure”. Toutes les orientations sexuelles sont valides. De plus, on ne choisit pas qui on aime et vers qui nos pensées et désirs se dirigent, n’est-ce pas?
Et maintenant, que fait-on avec ces informations? Il faut savoir que lorsque vous avez des fantasmes sexuels, peu importe qui ils mettent en scène, personne ne peut les voir: cela se passe dans votre tête! (C’est une bonne chose que nos fantasmes restent dans nos têtes parce que sinon, les gens pourraient en voir de toutes les couleurs.)
Le défi, maintenant, est de faire la paix avec ces pensées qui, pour l’instant, sont très envahissantes et dérangeantes pour vous. Qu’est-ce qui vous dérange exactement dans ces pensées? Est-ce la possibilité de ne pas être hétérosexuel? Est-ce la fréquence ou l’intensité des images et pensées qui vous inquiètent? En sachant que vous êtes le seul à être au courant de ces pensées, que votre orientation sexuelle hétérosexuelle est toujours valide même si vous avez des fantasmes homosexuels et qu’il est normal que le désir connaisse des fluctuations, êtes-vous un peu rassuré?
J’espère vous avoir donné un peu d’espoir. N’hésitez pas à nous réécrire si vous avez des questions et surtout, ne restez pas seul avec votre détresse. Des médecins, psychologues et autres professionnel.le.s de la santé sont là pour vous donner un coup de pouce. Même si c’est très difficile pour vous, je vous invite à leur parler de vos pensées envahissantes, qui ont un grand impact sur votre santé mentale. D’accord?
Prenez soin de vous, Med2312, et si vous fêtez Noël, que ce soit une occasion pour vous faire du bien!
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.

Leave a comment