J’ai des gros doutes sur mon orientation romantique et sexuelle.


Je m’identifiais comme lesbienne depuis l’âge de 15 ans jusqu’à tout récemment. (J’ai maintenant 22 ans) L’année dernière, j’ai commencé à re questionner mon orientation romantique et sexuelle car j’ai réalisé que mes sentiments (romantiques et sexuels) n’étaient pas tout à fait comme ce que les autres ressentent. Par exemple, Je n’ai eu qu’un « crush » (et maintenant je ne suis même plus sûre que ç’en était vraiment un) dans toute ma vie et c’était sur une de mes amies au secondaire.

Depuis 2-3 mois, je commence à penser de plus en plus que je suis « aromantique » et « asexuelle » (mais j’ai quand même une préférence pour les femmes au niveau platonique, esthéthique et sensuel – enfin je crois…)

Je trouve que je peux beaucoup « relater » à ces 2 étiquettes. De plus, ça expliquerait pourquoi je me suis toujours sentie
inconfortable d’utiliser l’étiquette de « lesbienne ».

J’ai rejoint des groupes de communauté «aroace» sur Reddit et ça m’arrive souvent ces jours çi de tomber sur des gens qui post un truc du genre « Je quitte la communauté, j’ai réalisé que je n’était pas Aro (et, ou) Ace , mais que je suis juste homosexuel(lle). » et ça m’a fait pensé : Mais si je m’étais mentie à moi même pendant toutes ces années et que dans le fond je suis juste hétéro?!

Honnêtement je ne me suis jamais sentie à l’aise avec les gars (autre que les membres de
ma famille). Je ne sais pas d’où ça vient exactement, mais c’est vraiment intense au point où j’ai vraiment de la misère à être amie avec un gars. Je ne les déteste pas du tout, mais je trouve que c’est tellement plus facile de « connecter » avec une fille qu’un gars sous toutes les facettes.

Et puis je me dit si j’arrivais à changer comment je vois les gars et donc changer mes pensées, est-ce que ça débloquerait quelque chose dans mon cerveau et que je réaliserais que je suis hétéro??!

Aussi, depuis quelques temps, je remarque qu’il m’arrive de trouver des gars beaux et presque attirants, ce qui ne m’arrivait jamais avant? Le truc c’est que je ne trouve pas de filles «attirante» de la même façon, même si je pense que je serais plus à l’aise d’être en relation avec une fille.

Je ne sais pas… Peut-être que je m’inquiète pour rien ou que je pense trop…

Merci!

Une fille bien confuse.

Salut fille bien confuse!

 

Merci beaucoup de nous partager tes questions et tes émotions. Tu fais bien de vouloir mieux te comprendre et je ne pense pas que tu exagères ou que tu réfléchisses trop. Je sens que c’est quand même quelque chose qui te chicotte et ça me ferait plaisir d’en parler avec toi 🙂

 

Ça peut arriver n’importe quand d’avoir des questions sur son orientation sexuelle/romantique ou de vivre de nouvelles expériences qui nous font prendre conscience de certaines choses que l’on évitait ou que l’on ne réalisait tout simplement pas. 

 

Je crois que le plus simple serait de passer en revue chaque des identités que tu considères et de te donner quelques précisions sur celles-ci. Même si je sépare ma réponse en sections distinctes, je veux quand même souligner qu’il est possible de s’identifier à plusieurs de ces termes, que ce soit en même temps ou dans différents contextes, par exemple en ayant une orientation sexuelle différente de son orientation romantique. Un peu dans le même sens, il est possible que son identité, ses attirances et ses comportements ne soient pas totalement en accord sans que cela n’invalide ou n’annule quoi que ce soit.

 

  • Ace/Aro

En effet, certaines personnes asexuelles et/ou aromatiques n’ont pas beaucoup ou pas du tout de crush, mais ce n’est pas nécessairement le seul critère. Il y a différentes définitions et façons de vivre son asexualité/aromantisme. Pour certain.e.s, il s’agit de ne pas ressentir de besoin, de désir ou d’intérêt pour les relations sexuelles/romantiques. Il ne s’agit pourtant pas d’abstinence ou de célibat, ce n’est pas un choix personnel mais bien une orientation sexuelle/romantique en soi. 

 

Au sein du spectre de l’asexualité se trouvent aussi d’autres identités plus spécifiques, comme la greysexualité (une attirance qui est peut être présente de temps en temps, quoique plus faible ou plus rare) et demisexualité (une attirance qui ne se produit qu’après avoir créé un lien émotif fort avec une personne).

 

  • Lesbienne

Tu aurais le droit de t’identifier comme aro/ace avec un légère préférence pour les femmes, tu aurais tout autant le droit de continuer de t’identifier comme lesbienne et d’avoir une libido plus basse que la moyenne. Il n’y a pas une seule et unique façon d’être lesbienne. Les attirances ce n’est pas la même chose pour tout le monde, certaines personnes en ressentent moins que d’autres.

 

Tu mentionnes un inconfort avec l’étiquette lesbienne, il est possible que cela provienne du fait que tu ne crois pas avoir suffisamment d’expérience pour t’identifier comme telle. Il y a aussi beaucoup d’idées négatives et de stéréotypes qui circulent encore aujourd’hui sur les lesbiennes. Parfois ces idées peuvent nous affecter de façon inconsciente. Mais je veux aussi prendre le temps de souligner que la culture, l’histoire et la vie des lesbiennes sont remplies de couleurs, de rayons de soleil et de belles choses.

 

  • Hétéro

Ah les garçons. Des fois ils sont cutes, mais beaucoup sont difficiles à supporter! Mais sérieusement, il y a aussi plein de garçons différents dans le monde et je t’assure que certains sont moins malaisants que d’autres. Il n’y a rien de mal à découvrir une attirance pour les gars et cela ne signifie pas que tu te mentais à toi-même. Cela ne supprime pas toutes tes expériences et tes réflexions jusqu’à maintenant. Ma question pour toi serait : est-ce que le genre masculin est exclusivement le seul genre qui t’attire?

 

  • Bi

Tu n’as pas mentionné la bisexualité, mais je me permets tout de même de t’en glisser un mot. Être bi c’est le fait d’être attiré.e par des personnes de différents genres, pas nécessairement tout le monde ni tout en même temps. Ces temps-ci, j’entends beaucoup de personnes opposer la bisexualité à la pansexualité pour dire que le dernier est plus inclusif ou une meilleure orientation. C’est quelque chose que je voulais mentionner aussi, mais les personnes trans et non-binaires par définition sont (et ont toujours été) inclu.e.s dans toutes les orientations sexuelles, même si certains mots sont créés spécifiquement pour inclure (ou exclure) certaines identités.

 

Tu dis que tu trouves plus facile de connecter avec les filles et que tu préférerais une relation avec l’une d’elles alors que ton attirance envers les garçons est différente. Souvent les personnes bisexuelles ne vont pas vivre exactement les mêmes attirances dans une proportion égale à 50/50. Pour beaucoup, l’expérience de l’attirance, de la séduction et des relations est légèrement différente en mesure des différents genres.

  • +

Ce n’est pas tout! Il y a encore d’autres identités qui pourraient te correspondre.  Queer, par exemple, est une identité qui peut être revendiquée par toute personne qui n’arrive pas à se retrouver dans le modèle binaire, cisgenre et hétérosexuel. Certaines personnes s’identifient comme étant en questionnement pendant une plus ou moins longue période, et il n’y a rien de mal à ne pas avoir toutes les réponses. Enfin, certaines personnes refusent catégoriquement de s’identifier dans les catégories actuellement disponibles.

 

Finalement, toutes ces possibilités-là sont légitimes. Je sais que ça ne répond pas vraiment à ta question, qui est comment est-ce qu’on peut savoir. Je te dirais d’y aller avec ton instinct, avec ce qui semble plus juste pour toi en ce moment, avec la/les communautés avec la/lesquelles tu t’identifies et tu te sens à l’aise. Et si tu changes d’idées plus tard et que tu réalises de nouvelles choses à propos de toi-même c’est vraiment correct! Tu peux jeter un coup d’oeil à cette question si tu le souhaites! (Ça ne pourrait pas être plus simple, savoir si on est hétéro, gay, bi, asexuel?)

 

Je te souhaite beaucoup de bonheur et des réflexions fructueuses,

 

Maxime, intervenant.e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment