Identité de genre masculine en ligne, relation virtuelle et attirance envers les femmes… qui suis-je?


Bonjour, bonsoir
Je m’appelle Caro. Je prends mon courage à deux mains et je me décide à vous écrire car il se passe depuis des années des choses bizarres en moi et je ne sais plus quoi penser. Je vous remercie par avance de me lire car je ne me suis jamais donné l’autorisation de me livrer comme je compte le faire dans les prochains instants, ce qui fait que j’ai beaucoup de choses à dire, beaucoup de questionnements. Merci également pour vos réponses ou conseils..
Commençons par mon enfance. Mes souvenirs par rapport à mon identité de genre commencent à partir de mes 5 ou 6 ans. À cette époque je savais que j’étais une petite fille mais je me souviens très bien que j’aimais mettre mes t-shirt à l’intérieur de mes pantalons, tel que le faisaient les hommes de mon entourage. À cette même période, je me souviens avoir eu un rapprochement avec une de mes cousines, on s’était fait des caresses innocentes (encore aujourd’hui je n’explique pas d’où j’ai bien pu savoir ça à un si jeune âge). En grandissant, j’ai compris que cette attirance pour les filles étaient quelques choses “d’anormal“, en tout cas aux yeux de ma famille et de la société dans laquelle j’ai grandit. J’ai donc commencé à le cacher même si, en voyant les photos de mon adolescence, je trouve que c’est quand même assez visible : ado très très treees garçon manqué, réservée, timide. J’avais eu quelques copains au collège mais je me souviens surtout m’être d’avantage sentie attirée par mes camarades filles.
Vers mes 13-14 ans, lorsque ma mère travaillait de nuit, je m’amusais à me faire passer pour un jeune garçon sur les jeux de chat en ligne. Je me sentais d’ailleurs très bien en faisant ça, pas du tout gênée, c’était très naturel. Je piquais les photos de quelconque sur internet et me faisait passer pour ce garçon. C’est alors que je commençais à construire un personnage masculin. Skyblog, Facebook, j’avais créé ces comptes et les tenaient à jour régulièrement puisque je m’étais fait beaucoup d’amis virtuels. Jusqu’ici on va dire que c’était bon enfant.. Je ne savais pas encore ce qui allait se passer..
En 2011, j’ai reçu sur mon faux compte un message d’une ado qui me demandait si je faisais parti de son lycée. C’est de là qu’est parti 5 ans de relation virtuelle… Effectivement, on a beaucoup parlé, bien sûr elle ne savait pas que j’étais en faite une fille. Après 1 an de discussion plus ou moins amicale (en tout cas de ma part ça l’était jusqu’alors), j’ai pris conscience de la gravité de mes actes et j’ai laissé ce compte à l’abandon pendant 3 mois (il faut savoir que je parlais à cette fille quotidiennement, pendant plusieurs heures). Quand je me suis re connectée après ce lapse de temps, cette fille m’a avoué qu’elle allait très mal à cause de moi et qu’elle avait même essayé de me chercher partout, jusqu’à demander à son grand frère de l’accompagner au commissariat.. Je me suis rendu compte à ce moment-là que j’étais tombée amoureuse d’elle, et elle, était tombée amoureuse d’une personne qui n’existait pas, d’un garçon qu’elle n’avait jamais vu mais surtout qui n’en était pas un. Je nous ai laissé du temps pour nous dire au revoir car j’étais vraiment décidée à arrêter de lui faire du mal et à quitter ce cercle vicieux que j’avais créé de toute pièce. Ce fut les pires mois de ma vie, j’ai beaucoup souffert et je m’en suis énormément voulu. Les messages qu’on s’échangeaient étaient affreusement tristes et j’en ai voulu à la vie de ne pas m’avoir permis d’être réellement un garçon et l’avoir aimée pleinement. Si vous saviez comment cette fille m’a marquée. Aujourd’hui, je n’ai toujours pas ressenti quelque chose de similaire. C’est horrible d’être amoureuse d’une personne et de devoir se séparer d’elle parce que tu n’as pas été honnête, et ne pas savoir lui expliquer pourquoi tu la laisses, simplement que tu la quittes par amour.. Après ça, j’ai supprimé définitivement ce fameux compte Facebook et mes conversations avec elle. Mais elle m’a recontacté par mail et c’était rebelote, la même histoire. Bon, aujourd’hui j’ai appris à vivre avec, il faut dire aussi qu’elle a refait sa vie et qu’elle est d’ailleurs maman d’un petit garçon. Mes prières sont enfin exaucées : je voulais qu’elle soit heureuse et aimée, elle l’est.
Ma mère a grillé ce compte plusieurs fois. Heureusement il n’était jamais ouvert et a juste pensé que je faisais rentrer un garçon à la maison quand elle n’était pas là. Je ne sais plus ce qui s’est passé après, si elle s’en doutait ou pas, mais elle a arrêté de m’interroger.
Je me sens encore fortement attirée par les femmes mais je me vois difficilement en relation avec une d’elles, j’ai jamais osé sauter le pas avec une d’elles, en tout cas en tant que Caro. Je ne sais pas si je suis lesbienne car je me sens malgré tout également attirée par les mecs. Même si j’ai affreusement du mal à me projeter avec eux. Je finis par me lasser ou je flippe et arrête tout semblant de relation. Je n’ai pas de problèmes avec mon corps même si dans ma tête j’imagine régulièrement des scénarios où je suis un homme. Je n’ai pas de problèmes avec ma féminité, au contraire, j’aime plaire même si je manque peut-être de confiance en moi. Je pense juste que je ne serais jamais capable d’accepter aux yeux de tout le monde que je suis également attirée par les femmes. Je ne veux pas blesser plus de monde et surtout pas ma mère, elle est tout pour moi et cela serait une grosse déception pour elle. Je tiens juste à préciser que, quand j’incarnais ce personnage masculin, quelque chose de bizarre se passait en moi. C’est comme si j’oubliais complètement qui j’étais réellement, comme si mon véritable moi faisait la part des choses entre Lui et Moi, comme si je n’étais plus la même. C’était spontané et naturel, comme si j’étais vraiment Lui. Suis-je folle ? S’il vous plaît, je suis ouïe à toute réponse. Dois-je voir un spécialiste ? Je suis perdue… Aidez-moi je vous prie..
Merci de m’avoir lu.
Caro
Salut Caro,
Premièrement je tiens à te féliciter d’avoir pris le temps de nous écrire à AlterHéros. Cette démarche prend beaucoup de courage et je tenais à te le souligner. Tu as gardé beaucoup de choses à l’intérieur de toi depuis plusieurs années et en te permettant de les laisser s’échapper de ton esprit, de ton cœur, tu te crées un chemin vers la guérison.
Tu expliques qu’à l’âge de 5 ou 6 ans tu te questionnais déjà sur ton identité de genre, mais aussi sur ton orientation sexuelle. Je ne sais pas si tu es familière avec les notions d’identités et de genre, mais je pense qu’un survol de ces concepts pourraient t’aider à répondre à ta première question.
L’identité de genre est la façon dont tu te sens au fond de toi, c’est-à-dire si tu te vois comme un homme, une femme, comme une combinaison des deux, ou même comme aucun des deux. Cette identité n’est pas déterminée par le sexe/genre qu’on t’a assigné à la naissance, ni à ton orientation sexuelle, mais à ton sentiment profond. C’est donc toi qui peux déterminer quel genre te correspond le mieux. Je te laisse un lien vers notre dossier sur les réalités trans, cela peut peut-être t’aider à répondre à certaines de tes questions.
Ensuite, ton expression de genre est comment tu décides de te présenter au monde et aux gens qui t’entoure. Cela peut passer par les vêtements que tu portes, la façon dont tu te coiffes, la façon dont tu parles etc. Mais, il est important de préciser que toutes ces expressions de genre peuvent être interchangeables et ne définissent pas toujours une identité de genre et encore moins une orientation sexuelle. Par exemple, simplement, avoir les cheveux courts ne veut pas absolument dire être un garçon ou nécessairement avoir une attirance romantique et ou sexuelle pour les filles. D’ailleurs, tu peux explorer de nouvelles façons de te présenter chaque jour, selon ton envie. Pour répondre à ta question où tu te demandes si tu es “folle”… eh bien non. Tu es tout à fait normale. Je pense qu’il est important de revenir sur l’identité de genre en te demandant si tu as déjà considéré vouloir te présenter comme un garçon et pas uniquement sur les réseaux sociaux? Si tu en as envie et que tu te sens en sécurité, cela est peut-être à considérer dans ton processus.
Concernant l’histoire d’amour que tu as vécue en ligne (et hors-ligne!) – malgré la grande douleur que cette histoire a pu te causer, ce sont de belles émotions que tu as vécues et je crois que c’est important de les laisser aller. Est-ce que tu aurais aimé pouvoir te présenter à elle en tant que fille ou en tant que garçon, si on évacuait la question de l’orientation sexuelle? Car je comprends que cette dimension a énormément d’importance pour toi lorsque tu écris ceci: “En grandissant, j’ai compris que cette attirance pour les filles étaient quelques choses “d’anormal“, en tout cas aux yeux de ma famille et de la société dans laquelle j’ai grandit. “, puis “Je pense juste que je ne serais jamais capable d’accepter aux yeux de tout le monde que je suis également attirée par les femmes. Je ne veux pas blesser plus de monde et surtout pas ma mère, elle est tout pour moi et cela serait une grosse déception pour elle. ” 
C’est une grande pression sur tes épaules, ce sentiment de la possibilité de décevoir ta mère, ta famille et la société dans laquelle tu as grandi. Je comprends que tu te poses mille questions et que cela occupe beaucoup tes pensées. Est-ce que tu crois que tu as intégré cette vision de l’attirance pour une / des personnes de même genre, comme si c’était quelque chose d’inacceptable pour toi aussi ? Crois-tu que pour cette raison, c’était plus facile de te présenter en garçon qu’en femme qui aime les femmes ? Est-ce que cette envie de te présenter en homme dépasse les situations où tu as des sentiments envers les femmes, ou elle est plutôt restreinte à ces situations? Si c’est plutôt la dernière option qui correspond plutôt à ce que tu vis, il ne s’agit probablement pas d’enjeux liés à un vécu trans, mais plutôt en lien avec ton orientation sexuelle. Qu’en penses-tu?
La sexualité et l’orientation sexuelle, c’est fluide et ça peut se présenter de plusieurs façons : hétérosexualité, homosexualité, bisexualité, pansexualité… Je ne crois pas qu’il soit important de se catégoriser dans une case, mais plutôt de savoir vers qui on est attiré.e – en gardant en tête l’aspect de la sécurité et de l’intégrité si on choisit d’en parler autour de nous.
Il n’y a que toi qui peut répondre sincèrement à cette question concernant ton orientation sexuelle et romantique. Je tiens à préciser que tu peux être attirée romantiquement et ou sexuellement par des personnes d’un ou de plusieurs genres sans jamais avoir expérimenté avec d’autres personnes de ce(s) genre(s). C’est un mensonge que de faire croire que l’on doit absolument expérimenter pour “être certain.e” !
Lorsque tu expliques avoir expérimenté des caresses innocentes avec ta cousine et que tu ne savais pas d’où cela provenait, j’aimerais te dire que les enfants sont souvent sans jugement à la base et n’ont pas le regard sexualisé que les adultes posent parfois sur leurs gestes. Ils répliquent des comportements qu’ils voient au quotidien et/ou recherchent le plaisir, simplement. À cet âge on explore beaucoup les corps, l’anatomie, nous avons un maximum de questions. Je crois que c’est ce qui a pu se passer, sans que cela confirme une orientation sexuelle. C’est tout à fait normal d’agir ainsi. D’ailleurs, pour t’offrir un exemple personnel qui pourrait aider à te rassurer, lorsque j’avais 6 ans, mon amie de l’époque et moi avons utilisé un ourson en peluche pour nous donner du plaisir et mes parents nous ont pris.es en flagrant “délit”. Je ne savais pas ce que je venais de vivre, seulement que l’acte m’avais procuré du plaisir. Je fus réprimandé.e pour cela sans aucune explication et je n’ai jamais revu cette amie. C’est pourquoi je dis qu’il est important d’être toujours à l’écoute de nos enfants !
Enfin, je me permets de te laisser ici un graphique qui résume plutôt bien les différentes nuances qu’offre la diversité sexuelle et de genre!
https://alterheros.com/files/2017/11/wir.skyrock.jpg
 
Tu te pose beaucoup de questions et il est normal d’être surchargé.e d’émotion. Je pense qu’il est bon de consulter pour diverses raisons, mais qu’il est important que cela soit entamé dans un processus de guérison émotionnelle plutôt que par peur de perdre les pédales. Tu es déjà dans un processus. C’est déjà un grand pas en avant !
Je t’envoie de l’amour à profusion et n’hésite pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin.
Cordialement,
Mel

Leave a comment