Témoignage: Être gaie, une dure réalité


Je voulais partager ce qu’est parfois, malheureusement, la réalité d’être gaie. Cela fait partie de ce que je vis quotidiennement. Et je constate de jour en jour qu’il vaut mieux apprendre à ignorer ces mots blessants…
Chaque jour, quelque chose me rappelle qui je suis et il m’arrive parfois de recevoir du même coup une claque en pleine face. J’ai tellement hâte au jour où les gens comprendront que nous n’avons pas fait un choix, et j’ai hâte aussi au jour où nous serons considéré comme tout le monde : «normal».
Voici un exemple de situation blessante que j’ai vécu dans ma vie gaie. Depuis toujours les gens écrivent dans les vestiaires… simple besoin de s’exprimer et souvent d’exprimer l’un des plus beau sentiment qu’est celui de l’amour. Dans le vestiaire que je fréquente pour mes cours de mise en forme aquatique, il était écrit : «Dans le silence et dans la douleur, je t’aime Julie. Signé Isabelle G.» S’il n’y avait eu que cela d’écrit, je n’aurais pas reçu la claque aussi forte… même malgré le fait que cette phrase exprimait si bien et si entièrement la douloureuse réalité que je vis depuis toujours.
La claque venait de Geneviève, cette inconnue, qui croyait bien faire, qui croyait que tout le monde était derrière elle, qui croyait n’affecter que cette Isabelle en répondant par cette phrase : «Criss (sic) de lesbienne dans ce vestiaire. Voyeuse. Cachons-nous. Et toi, fous-nous la paix». Mais quelle paix recherches-tu Geneviève? Comment la paix peut-elle régner autour de toi avec tant d’hostilité! Ce n’est pas la première phrase du ce genre que je lis, et ce n’est sûrement pas la dernière. Cela ne devrait plus m’affecter, mais j’en suis incapable. Je pense à toutes ces jeunes filles qui viendront se changer là un jour, toutes jeunes, adolescentes, en pleine crise… comment ne peuvent-elles pas craindre de s’afficher? Moi-même je suis déjà passée par là et le souvenir est encore très frais à ma mémoire. Ces petites blessures, mais si régulières que la douleur et la peur ne font que s’amplifier.  Je voudrais dire à toutes ces Geneviève qui n’ont pas d’autre chose à faire que le mal, de ranger leurs crayons ou tout simplement d’apprendre à s’en servir et de cessez de répandre ce plomb qui blesse tant.
Je voulais partager ce qu’est parfois, malheureusement, la réalité d’être gaie. Cela fait partie de ce que je vis quotidiennement. Et je constate de jour en jour qu’il vaut mieux apprendre à ignorer ces mots blessants, car de toute façon qu’est-ce que les paroles de ces inconnus peuvent nous apporter? Ce sont plutôt les paroles de ceux que l’on aime, ceux qui nous aiment et qui nous appuient qui ont le plus de valeur.


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.


Leave a comment

6 thoughts on “Témoignage: Être gaie, une dure réalité

  • niNi[4HEr]

    AH les vestiaire….
    À l’école secondaire dans les vestiaires comme on était plusieurs groupes de plus d’un niveau des filles de tous ages se changeait. Comme j’était dans une pas tres grande école et que le 3/4 des gens me connaissait par mon orientation, certaines filles changeait de vestiaires ou bien attendait que j’ailles au toilette pour se changer… Je n’ai pas trouver ça blessant mais plutot drole. Comme si parce que je suis lesbienne je m’interesserais a toutes les filles du vestiaires!!!! C’est de la foutèse. J’aime mieux en rire qu’en pleurer … meme si je n’ai aucunement envie de pleurer quand j’y penses.

  • meli

    Bah je ne pense pas encore etre dans une situation pareille mais j’imagine un peu le portrait! Nan, c’est pas parce que t’es hétéro que tu sautes sur tout les gars/filles que tu vois!!

  • camille

    se genre de fille se crois belle et s’imagine que pasqu’on est lesbienne on va leur sauté dessu moi japel sa des prétencieuse de plus elle ne dégage généralemen rien d’atirant et si c’est le cas alor elle sont tro conne pour avoir envie de les regarder………………

  • @ude

    Pour le vestiaire, moi aussi, j’ai déjà vu des écritures semblables. Les filles ne connaissaient pas mon orientation sexuelle bien que des sales prétentieuses en ont sûrement douté. Heureusement, ça pas dégénérer en mouvement de foule et toutes les filles se sont pas toutes ruées vers les genres de cabines de peur qu’on les observent… Y avait rien qui paraissait. Ca aurait été autrement si y avait su que j’étais aux filles par contre. hum…
    Je suis bien contente d’avoir lu ton témoignage. Et j’aimerais ( si tu veux) prendre contact avec toi, genre par msn… poulet101@hotmail.com
    Au plaisir de te parler 🙂

  • MLB

    ses plutot comique se qui se peux se passer dans les vestiere…ce n’est pas les filles mais moi qui me cachais dans le fameux vestiere et oui si je le fesais pas jaurrais pas ete capable de faire mon cours de gym jaurrais trop ete cramper….puis si que il a des choses d’ecrit il n’y a que les “Prep” qui en fait toute une histoire mais dieux merci que on rie d’elle aussi…maniere de dire que a mon ecole on sen fous de se que les gens ecrit car sa rend l’ecole plus jolie

  • regae

    Je voudrais reagir sur un de tes passages. Les personnes qui marquent ces saloperies-la, ne savent meme pas de quoi ils parlent premierement. On dirait qu’ils font ca en loisir…de quoi je me mele ??? Puis-je le demander ?? Pourquoi je demolie ce qui a de plus beau chez les autres??? Par mechanceté, par jalousie ??? J’aimerais comprendre…
    J’imagine la fille de 15 ans, en pleine crise d’identité….en voyant ca, peut-etre que le lendemain, vas-t-elle mettre la fin a ses jours…et j’ imagine les parents qui apprennent la nouvelle, a cause d’une bande de caves… Beaucoup d’homos, se piquent, se drogues et prennent beaucoup d’alcool… On a meme pas a se questionnner…et on dirait que cest normal, d’avoir des problemes…
    Nous sommes en 2008. La societe tolere avec des consequences… On nomme ca du harcelement psychologique, dans ton cas ennoncé. Yien a….pourtant nous fermons les yeux… Ca fait mal aux yeux !!! Ces gens qui osent faire ca, sont souvent des etres qui se conforment a tout et qui s’ecoute jamais…
    Il faut avoir une crime de bonne estime de soi-meme, pour passer au travers de tous ces commentaires-la….
    La population est malade au meme titre que l’economie, l’environnement…nous sommes en regression…
    Mais bon, faut marcher la tete haute dans la vie…! Cé le message!