Est-ce qu’il y a des chances d’être enceinte si ma partenaire est une femme trans?


Allo,
Je vous explique ma situation: ça fait deux mois que je n’ai pas eu mes règles et juin dernier, j’ai « dry-hump » avec ma copine (trans féminine/MTF ayant un organe masculin). J’ai éjaculé un peu dans ma culotte et elle eu un peu de liquide pré-séminal dans ses sous-vêtements. Elle prend des hormones et ses médecins lui ont confirmés que ça la rendrait strérile. Dans mon cas, je ne prend pas la pilule.

Alors je me demandais s’il y ait de chances qu’elle m’est accidentellement mise enceinte et si oui, de combien sont ses chances ?

Je suis extrêmement inquiète que ce soit le cas car, notre relation était en quelque sorte secrète (mes amis.es sont au courant mais pas ma famille) car, je suis encore dans le placard et je ne souhaite aucunement tomber enceinte.

Rachel

Salut Rachel ! 🙂

Merci grandement pour la confiance que tu portes envers AlterHéros

 

Si je comprends bien ta situation, tu n’as pas eu tes règles depuis deux mois. Tu te demandes si tu ne serais pas enceinte à la suite d’un rapport sexuel de type dry-hump avec ton amoureuseCelle-ci est une femme trans ayant un pénis et qui sous hormonothérapie.

 

Tu affirmes ressentir beaucoup de stress à l’idée d’être potentiellement enceinte, notamment parce que ta famille ne connaît ni ton orientation sexuelle et ni l’existence de ta relation avec ta copine. Dans ce contexte, tu ne souhaites pas tomber enceinte.

 

Je te remercie encore une fois de nous faire confiance. Il est vrai que les informations concernant la contraception et la grossesse chez les personnes trans sont assez limitées. Les médecins ne sont pas toujours super bien formé.e.s sur cette réalité, alors que les personnes les mieux placées pour nous informer sur ces réalités sont les personnes trans elles-mêmes! Néanmoins, je comprends entièrement tes questionnements, et ton stress, et je vais tenter de te répondre du mieux que je peux.

En premier lieu, tu affirmes que ton amoureuse prend des hormones dans le cadre de sa transition. Bien que les anti-androgènes (inhibiteurs de testostérones) et l’œstrogène aient un impact direct sur la fertilité des personnes transféminines en diminuant l’habilité à produire le sperme, il n’est pas impossible qu’une personne avec un pénis qui prend des oestrogènes et/ou des anti-androgènes puisse être fertile et provoquer une grossesse chez un.e partenaire. Mon avis est donc plus nuancé que son médecin, car les différents processus d’hormonothérapie ne rendent pas systématiquement chaque personne stérile.
Ceci étant dit, analysons plus en détail ta situation. Tu affirmes avoir pratiqué un rapport sexuel de type dry-hump. Un rapport sexuel de type dry-hump, si je comprends bien ta situation, est un rapport sexuel dont les partenaires conservent des vêtements sur leurs organes génitaux. Cette pratique vise à faire des caresses sexuelles sans pénétration et sans échanges de fluides (je ne trouve pas de meilleure traduction pour le verbe humping à part caresses... des idées?). Même si certains fluides de ta copine ou de toi se sont ramassés dans vos sous-vêtements respectifs, les chances d’être enceinte sans que le sperme ou le liquide séminal soit directement en contact avec ton vagin sont plutôt nulles. En effet, la pratique du dry-humping, si elle est effectivement effectuée sans pénétration pénis-vagin tout en conservant des vêtements rend impossible une quelconque grossesse. Il y aurait eu une possibilité de grossesse extrêmement minime avec présence de liquide pré-éjaculatoire si ce liquide avait été en contact direct et rapidement avec l’entrée de ton vagin : ce qui n’est pas le cas!
Néanmoins, la meilleure façon d’être certaine d’être enceinte ou non, en cas de doute, est de faire un test de grossesse ou de consulter un.e professionnel.le de la santé si ton inquiétude persiste. Il est possible de te procurer un test de grossesse dans n’importe quelle pharmacie au Québec. Si tu aimerais obtenir une référence d’un.e professionnel.le de la santé qui soit LGBTQ+ friendly dans ta région pour parler de santé sexuelle et contraception, n’hésite pas à nous contacter et nous ferons ces recherches pour toi. 🙂
Plusieurs facteurs, comme l’alimentaire ou le stress, peuvent influencer le début de tes menstruations, leur intensité et même leur durée. En ces temps de pandémie internationale, par exemple, plusieurs personnes avec utérus notent une perturbation de leurs menstruations à cause de l’anxiété que cette période incertaine provoque chez plusieurs d’entre nous. Il est aussi possible que les différentes préoccupations concernant la dynamique familiale à ta maison en ce qui concerne un possible dévoilement de ton orientation sexuelle puisse être une source de stress importante.
À ce sujet, si tu ressens le besoin de parler de ta famille et de ton orientation sexuelle, n’hésite surtout pas à nous formuler une question à ce sujet. Il nous fera plaisir de te lire et t’accompagner dans ce processus.
Finalement, pour citer un court extrait de la réponse de mon collègue Séré à cette questions (Avez-vous des ressources concernant la contraception et la grossesse pour les personnes trans?) : «Par ailleurs, l’utilisation de condoms externes ou internes est tout à fait appropriée pour les personnes trans et non-binaire et est bien sûr la seule méthode de contraception qui protège aussi contre les ITSS.» Je te laisse aussi cette ancienne réponse que j’ai composée abordant le plaisir sexuel et l’érection chez les personnes transféminines prenant des hormones.

J’espère que cela répond à ta question et a la possibilité de te rassurer un peu. N’oublie pas que tu as toujours la possibilité de nous écrire de nouveau si tu en ressens le besoin.

Cordialement, Guillaume pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment