Est-ce que mes boutons sur mon pénis sont des condylomes ou de l’irritation liée à un problème de lubrification?


Condylomes ou pas ?

Cela fait deux jours (vendredi soir et samedi soir) que je me masturbe couché – et non assis en regardant du porno (1) – et à moment donné quand j’ai déjà passé un certain temps (> 10 mon), je ressent des boutons sur une partie de mon pénis (verge), Ce ne sont pas des crêtes de coqs, Samedi après-midi, je me suis rasé la verge en pensant que c’était du à des poils qui en repoussant et avec le mouvement tirerait un peu. J’ai aussi pensé à une mauvaise lubrification, en effet, quand je suis assis, je laisse ma salive tombé le mon pénis et ma main gauche et donc le pénis est bien mouillé, mais quand je suis dans mon lit, je travaille de la main droite et je vais chercher la salive avec ma main, hors, les boutons sont côté gauche de la hampe de mon pénis . Donc, peut-être moins mouillé.

Donc, comment savoir si condylomes ou juste un problème de lubrification..

(1) la pièce n’est pas correctement chauffée, il fait trop froid.

Stéphane

Salut Stéphane! 🙂

C’est toujours un plaisir d’avoir de tes nouvelles! Et encore une fois, je tiens à te remercier pour la confiance que tu accordes à nos services. Par ailleurs, je tiens à te féliciter pour l’ensemble de tes démarches visant à t’outiller dans tout ce qui concerne la santé sexuelle! C’est tout à ton honneur!

Résumons la situation. Tu affirmes avoir ressenti des boutons sur une partie de ton pénis. En réaction à cette découverte, tu dis t’être rasé en pensant que c’était lié à des poils qui pouvaient irriter en repoussant. Tu suggères également l’hypothèse que ces boutons pourraient être liés à une mauvaise lubrification.

Pour commencer, je ne crois pas que le fait que la pièce où tu te masturbes ne se soit correctement chauffée puisse causer des boutons sur ton pénis. Or, je suis conscient qu’il peut être désagréable de se masturber lorsqu’il fait froid. Je suis certain que tu as des stratégies pour améliorer ton confort dans cette situation!

Revenons à nos boutons! Puisqu’un examen visuel auprès d’un‧e professionnel‧le de la santé est plus valide que cette présente réponse web, je t’encourage à consulter un‧e professionnel‧le de la santé afin de pouvoir répondre adéquatement sur la signification de ces boutons! Dans tous les cas, je comprends que c’est stressant de voir apparaître des boutons son pénis, tu as bien fait de nous écrire, mais la meilleure solution reste l’avis d’un‧e professionnel‧le de la santé.

Pour commencer, j’aimerais t’inviter à ne jamais essayer de percer les boutons blancs sur des organes génitaux. Cela peut créer des infections supplémentaires, être douloureux et, au final, ne pas aider du tout la situation. Si ces boutons peuvent être retirés, alors un‧e professionnel‧le de la santé s’en occupera de façon sécuritaire!

 

Grains de Fordyce

D’abord, abordons la questions des grains de Fordyce. Les grains de Fordyce correspondent à la majorité des situations liées à des boutons blancs sur les testicules et le pénis. Pour citer cette réponse (J’ai plein de petits boutons sur le pénis et les testicules. Est-ce que c’est des grains de Fordyce?), les grains de Fordyce  «sont des glandes qui produisent du sébum. À l’adolescence, il est fréquent de développer davantage de boutons liés à la quantité plus importante d’hormones et de sébum dans le corps. Or, les grains de Fordyce ne sont pas dangereux ni contagieux. C’est comme un grain de beauté ou une tâche de rousseur : une particularité physique qui, dans le cas des grains de Fordyce, se retrouve chez près d’une personne sur deux.»

Irritation

Ensuite, explorons la possibilité liée à l’irritation! Tu soulèves la possibilité d’un manque de lubrification lorsque tu te masturbes, notamment parce que tu utilises ta propre salive. Ce n’est effectivement pas impossible, mais il est toutefois fort possible qu’avant d’avoir des boutons d’irritation, tu risques d’avoir la peau du pénis sensible liée à l’irritation. Toutefois, une astuce simple serait d’utiliser du lubrifiant de qualité ou même de l’huile de coco pour te masturber (attention, l’huile de coco n’est pas compatible avec les préservatifs en latex!). C’est plus résistant que la salive. 🙂

Toujours au niveau de l’irritation, je ne sais pas exactement à quoi ressemble ton hygiène personnelle entourant le nettoyage de ton pénis. Pour citer cette réponse : «n’oublie pas qu’un excès d’hygiène ou de désinfections trop fréquentes au niveau du gland et du pénis en général peut entraîner des irritations avec des petits boutons. La solution? Utiliser un savon doux au pH neutre pour éviter les irritations et ne pas utiliser trop de produits. On rince abondamment à l’eau claire et tiède! Et finalement, on évite les produits parfumés ainsi que les produits deux en un (gel douche + shampooing) qui sont souvent très irritants.»

 

Kystes sébacées ou poils incarnés

Au final, cela peut également être de simples kystes sébacées ou même des poils incarnés (particulièrement si tu te rases ou t’épile la région pubienne). En effet, on sous-estime parfois les boutons pouvant être liés au fait de se raser! Certaines crèmes dépilatoires, par exemple, peuvent créer une réaction allergique, irriter ou même brûler la peau. Pour citer cette réponse : «La crème dépilatoire contient généralement de l’acide thioglycolique permettant de dissoudre la kératine (principal constituant des poils) et permettant ainsi d’éliminer les poils. Ce type de crème doit être utilisée avec beaucoup de précaution (temps de réaction, zone où déposer la crème, etc), car les risques de brûlures ou de réactions allergiques sont très fréquentes. […] Il faut noter que l’épilation pubienne irrite et entraîne une inflammation des follicules pileux (la cavité dans laquelle le poil prend naissance) et peut favoriser l’apparition de poils incarnés. Cette irritation peut effectivement prendre la forme de petits boutons. D’ailleurs, le choix de raser, couper, épiler ou non tes poils pubiens est d’abord et avant tout un choix personnel. Il s’agit de ton corps et c’est une décision qui te revient entièrement. Je désirais simplement te nommer qu’il ne s’agit aucunement d’une obligation esthétique. Contrairement à la croyance populaire, il est moins hygiénique de s’épiler le pubis que de conserver ses poils. Pourquoi? Car en s’épilant le pubis (avec un rasoir, une crème épilatoire ou à la cire), on crée des microtraumatismes au niveau de la peau. Mélange cette irritation de la peau à un environnement naturel humide dans nos sous-vêtements… et hop! On crée un environnement propice pour n’importe quelle bactérie [ou boutons!]».

Conséquemment, il est possible que ta peau au niveau de tes organes génitaux a besoin d’une petite pause de rasage ou de crème dépilatoire..! Ce genre de bouton m’est également déjà arrivé et l’idéal est de laisser la peau se reposer le plus possible. Si tu souhaites diminuer la présence des poils, tu peux les couper au ciseau pour les garder courts. Cette option diminue grandement les risques d’irriter la peau du pénis.

 

Condylomes

Tu soulèves l’hypothèse que ce soit des condylomes. Tu précises qu’il ne s’agit pas de crêtes de coq, mais bien de boutons. Cela peut possiblement s’agir d’un condylome. Ces derniers sont généralement de couleur chaire plutôt que blancs, mais sont communément appelé verrue génitale, causé par le virus du papillome humain (VPH). Le VPH se transmet par contact sexuel direct, avec ou sans pénétration, ou par contact avec les sécrétions génitales d’une personne infectée. Les condylomes se traitent super facilement en allant chez le médecin à l’aide. Il suffit généralement de les brûler à l’aide d’azote! (ça paraît pire que c’est, mais je te garantie, on ne sent presque rien! Je parle par expérience!). Le VPH est parmi les ITSS les plus répandues et dans la majorité des cas, le corps traitera l’infection par lui-même. Néanmoins, un petit coup de main du médecin pour brûler les condylomes peut être appricé! Encore une fois, seul‧e un‧e professionnel‧le de la santé pourra confirmer s’il s’agit bel et bien d’un condylome.

N’hésite pas à nous adresser de nouveau une question si tu en ressens le besoin! On est là pour ça!

Solidairement,

Guillaume (il/he) pour AlterHéros


About Guillaume Perrier

Parcours universitaire en Développement social à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume (il/lui) est passionné par la représentation de la diversité sexuelle et de la pluralité de genre en contexte de ruralité. Militant de défense de droits des travailleurs et travailleuses du sexe et de prévention VIH, il adore également déposer ses orteils dans l'eau salée du fleuve et passer des heures sous ses couvertures à chaque matin.

Leave a comment