Est-ce que d’aller à la Pride avec ma mère pourrait la sensibiliser à utiliser les bons pronoms avec moi?


Mon premier coming out à ma mere c’est très mal passé, et depuis impossible de parler lgbt avec elle. Comment faire pour arranger les chose et la convaincre d utiliser mes pronoms et mon prénom? Est ce que allez a la pride parade avec elle est une bonne idée ou devrais-je y allais seul?

Sam

Salut Sam!

 

Merci de nous contacter aujourd’hui. Je suis vraiment désolé.e d’apprendre que ton coming out ne s’est pas déroulé comme tu l’aurais mérité. Ta mère semble assez réticente à ouvrir la discussion, ce qui n’aide pas sa cause. Je vais essayer de voir avec toi comment adresser ce type de réaction. 

 

Premièrement, les coming out peuvent se passer de plein de façons différentes selon les personnes et les contextes. Par exemple mon premier coming out d’orientation sexuelle à ma mère a été un désastre, mais mon coming out non-binaire quelques années plus tard s’est plutôt bien passé. L’inverse aurait pu être possible aussi. Mais de façon générale, la plupart des coming out ne sont pas parfaits et ne sont pas un échec total. On peut regretter certains aspects d’un coming out réussi, ou avoir un peu d’espoir suite à coming out difficile. Dans tous les cas, je tiens à te féliciter, cela a pris du courage de parler de ton identité à ta mère pour une première fois.

 

Le truc à propos des coming out trans et non-binaires qui n’est pas toujours dit est qu’il s’agit souvent davantage d’un processus, que d’une discussion limitée dans le temps. L’entourage peut continuer de poser des questions et de faire des erreurs, de mégenrer et de morinommer pendant un certain temps. Cela peut être dû à leurs habitudes, des erreurs d’inattention ou encore un refus d’accepter la réalité. Plusieurs personnes proches ont besoin d’un temps d’adaptation, et passent par différentes émotions comme le choc, le déni, la colère ou la tristesse. Certain.e.s qualifient même cette période de “deuil”, même si évidemment ton changement de nom et de pronom n’est pas une perte, tu restes toujours la magnifique personne que tu as toujours été! Éventuellement, plusieurs proches finissent par s’habituer et comprendre. Toujours est-il que ce passage demande beaucoup de patience, d’énergie et de travail à la personne trans qui se retrouve injustement à en payer les conséquences.

 

Le soutien parental est un élément super important, qui fait une différence significative sur le bien-être de beaucoup de jeunes trans et non-binaires. Le soutien c’est de respecter ton identité, ton autonomie et ton droit à l’autodétermination de ton genre. C’est un élément sur lequel tu peux essayer d’insister, par exemple en lui montrant le tableau assez explicite provenant de ce dossier sur le soutien familial des jeunes trans

 

Mais toi, que peux-tu faire dans tout cela? Si tu veux convaincre ta mère, je dirais qu’il faudrait commencer par comprendre ses arguments, sa logique et ses valeurs. Cela est loin d’être facile, certaines personnes ont des idées très tordues ou étranges sur les rôles de genre, et cela peut être extrêmement fâchant, fatigant et décourageant à écouter. Par exemple, il y a des gens qui croient que les ados sont trop jeunes pour se connaitre, que les identités non-binaires sont nouvelles et à la mode, que les gens trans sont malheureux.euses, dangereux.euses ou en danger ou encore que le sexe assigné à la naissance détermine tout un ensemble de charactéristiques. Ces idées peuvent être déconstruites, mais il faut partir d’où elle est pour arriver à l’éduquer et la convaincre. Nous avons toujours existé sous différents noms, et il est possible pour nous de trouver le bonheur, la sécurité et le confort.

 

Il est possible aussi comme tu dis que ta mère refuse strictement d’aborder le sujet, ce qui complique un peu les choses. Mais le principe est généralement le même, d’essayer de lui amener le sujet, de participer comme tu peux à son éducation et sa sensibilisation. 

 

Plus spécifiquement, pour arriver à ce qu’elle utilise les bons pronoms et prénom est-ce qu’il y a un.e allié.e dans ta famille ou tes proches qui pourrait s’assurer d’utiliser les bons termes et la corriger au besoin? Avoir un modèle qui fait la bonne chose peut aider. Sinon, tu peux essayer de toujours utiliser les accords que tu préfères par toi-même, à l’écrit (par texto/messenger par exemple) et à l’oral. Tu peux essayer d’avoir une conversation sur tes motivations et sur les émotions positives que cela te fait ressentir lorsque tu es genré.e au neutre. 

 

Pour la parade de Pride, si ta mère a une certaine ouverture il est possible que de voir des personnes aux expériences multiples et diversifiées ainsi que leurs revendications politiques l’aide à accepter un peu mieux les différences. Il est aussi possible qu’elle refuse ou qu’elle exprime une opinion négative face aux célébrations. Tu pourrais commencer par lui demander ce qu’elle en pense.

 

J’aime croire au potentiel des gens et j’essaye d’être optimiste dans la vie. Si certains parents expriment des craintes pour leurs jeunes trans et non-binaires, j’aime mieux penser que cela vient d’un désir de les protéger et d’un manque d’expérience et d’informations. Ce deuxième point peut être adressé. De ton côté, je t’invite donc à te renseigner le plus possible afin de pouvoir lui répondre adéquatement. Je vais te laisser quelques articles, témoignages, pamphlets et vidéos que tu peux consulter toi-même et/ou lui partager :

 

Si tu préfères les vidéos j’en ai quelques-unes à te proposer aussi! 

 

Enfin, je te mets les liens (je sais que j’en mets beaucoup haha mieux vaut trop que pas assez ^^) vers des questions de notre site qui ont sans doute d’autres pistes intéressantes auxquelles je n’ai pas pensé. 

En passant, tu peux parler de nous à ta mère si tu veux, il nous arrive souvent de parler à des parents qui ne savent pas par où commencer et de les aider à écouter et à soutenir leurs enfants. Il y a également La fédération trans et intersexe de France ou l’Association Nationale Transgenre (ANT) qui pourraient offrir de l’accompagnement dans ta région. Les groupes Facebook comme NB Francophone : Non-Binaire Queer Androgyne Genderfluid Agenre Xénogenre sont aussi des bons endroits pour partager ses difficultés et trouver des solutions.

 

Au final, je ne sais pas s’il y a une technique parfaite qui fonctionnera à tous les coups. Malheureusement, certaines personnes continuent d’être réfractaires peu importe nos meilleurs efforts. J’espère que ce ne sera pas le cas de ta mère. Je t’encourage à prendre soin de toi, à faire des choses qui te font du bien, à prendre de la distance avec les personnes qui te manquent de respect et à te rapprocher des gens qui te comprennent et t’apprécient. 

 

Bonne chance et n’hésite pas à nous donner des nouvelles ou nous poser d’autres questions si tu en as envie!

 

Bien amicalement,

 

Maxime, intervenant.e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxime-iel

Impliqué.e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxime a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent.e amateur.e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment