Est-ce que c’est possible de suivre une thérapie de conversion?  Est-ce que mon mari peut redevenir hétéro et se contenter de moi seulement?


Bonjour, 
J’espère que vous allez bien depuis notre dernier mail ! 
Je reviens vers vous avec des nouvelles: 
Ça  ma pris beaucoup de temps  pour pouvoir en parler a mon mari, ca m’a demandé beaucoup  de courage mais j’ai fini par le faire le 14 septembre 2019 par l’occasion de notre un an des fiançailles.
Mon mari a été tres honnete et directe, il m’a avoué que c’est vrai, qu’il a eu des aventures homosexuelles mais, il ma dit qu’il ne m’a jamais trompé réellement et que ce qu’il faisait etait juste Virtuel sur facebook pour ne pas refoulé (d’apres ce qu’il dit) et qu’il regrette vraiment de m’avoir fait subir toute cette douleur.  Il a meme pleuré, il a versé  les larmes  de son corps en me demandant  le pardon et en me disant qu’il ne s’accepte pas ainsi, qu’il n’accepte pas  le fait qu’il est homo et qu’il veut changer cela a tout prix, il disait aussi quil m’aimer de toutes ses forces et qu’il a développé des sentiments amoureux pour moi et qu’il refuse l’idée de me perdre que j’etais tout pour lui et qu’on le laissant j écrirais sa FIN. 
il dit je t’ai choisi comme epouse parceque je sais que tu seras a mes cotés que tu me donne la force pour surmonter  ça. 
Je lui ai demandé si il a deja pensé  a voir un psy il ma dit oui a plusieurs  reprise mais il n’avait pas le temps pour le faire. Et si je compte l’aidé il va voir un psy pour pouvoir s’en débarrasser de cette orientation. 
Je viens pour vous aujourd’hui encore une fois pour que vous me conseillez et vous m informez et vous m’orienter. 
 Est ce que c’est possible de suivre une Thérapie  de conversion ? 
Est ce que mon mari peut redevenir  hétéro et se contenter de moi seulement ?
 Comment pourrais je l’aidé sur ca ? 
Par ou doit on commencer ?
Franchement  je suis perdu je n’arrive pas  a me décider si je dois l aidé ou le quitté.  Je passe un moment très  difficile je vous prie de m’aider ! 
Real eyes
Bonjour Real eyes,
J’ai pris connaissance de l’échange que vous avez eue avec ma collègue Marie-Claire. Je vous remercie de revenir vers nous. Tout d’abord, je vous adresse toutes mes félicitations. Vous vous êtes mise en action et avez discuté directement avec votre mari. Communiquer avec franchise, c’est souvent la première étape pour résoudre un problème. Cela n’a pas dû être facile, mais cela vous a permis de faire un pas en avant.
À ce stade-ci, vous vous demandez s’il serait possible que votre mari suive une thérapie de conversion avec un psychologue – vous considérez tous les deux cette option afin de l’aider à « redevenir hétérosexuel ». De plus, vous êtes indécise : devriez-vous l’aider à cheminer, le supporter, ou plutôt le quitter ? Cette situation est très difficile à porter pour vous. Je peux bien me l’imaginer.
Votre mari vous a affirmé lors de votre dernière discussion vous aimer et regretter les gestes posés. Vous avez, pour votre part, nommé l’aimer aussi. De prime abord, vous savez, il est possible que ses propos soient véridiques et que son amour pour vous soit sincère. Il peut avoir de très forts sentiments amoureux à votre égard, tout en éprouvant un désir sexuel envers certains hommes – désir sexuel qu’il a visiblement actualisé en adoptant ces comportements sur Internet. L’orientation sexuelle est rarement une question de noir ou blanc – les nuances sont multiples. Entre les pôles 100% hétérosexuel.le et 100% homosexuel.le, il existe des milliers de possibilités pour définir nos attirances, désirs et configurations relationnelles. Que faire alors ?
Vous abordez la possibilité de débuter un suivi psychologique. Certes, le soutien et l’oreille attentive qu’un.e professionnel.le peut fournir pourrait constituer une aide précieuse afin de vous aider à faire du sens de cette épreuve douloureuse que votre couple traverse.
Toutefois, permettez-moi de clarifier certains points en ce qui concerne le fait d’aider quelqu’un à « redevenir hétérosexuel » ou les prétendues Thérapies de conversion. J’utilise de façon volontaire le terme « prétendues », puisque ces techniques n’ont jamais prouvé leur efficacitéIl est compréhensible que vous désiriez une solution pour apaiser vos souffrances, d’autant plus que la situation vécue se retrouve complexifiée, chez vous, par un contexte légal et social fortement répressif envers les minorités sexuelles. Toutefois, je ne crois pas que les « traitements » qui prétendent parvenir à modifier l’orientation sexuelle puissent réellement constituer la solution que vous recherchez.
En effet, il est important de savoir qu’il a été démontré par la recherche que ces thérapies sont « au mieux » inefficaces (c’est-à-dire que les personnes ne changent pas d’orientation sexuelle après les avoir suivies), … et au pire, nocives. Certaines études démontrent que ces procédés causent du tort et risquent de susciter une plus grande détresse chez les personnes qui consultent : anxiété, dépression, augmentation du risque suicidaire, isolement social. Ainsi, de nombreuses associations de médecins, psychologues et psychothérapeutes s’opposent à ces « traitements » et ne les considèrent pas éthiquement corrects. Je t’invite à lire la position de l’Ordre des psychologues du Québec au sujet Des interventions qui visent à changer l’orientation sexuelle. De plus, dans une autre ligne d’idées, un ancien grand leader de thérapies de conversion aux États-Unis a récemment fait une sortie publique pour dénoncer le tort qu’il avait causé à des milliers de personnes en avouant que ces thérapies ne fonctionnent pas, qu’elles sont nocives pour l’ensemble de la population. Il y a un article à ce sujet en cliquant ici. Il s’agit certes d’un article de journal et non pas d’une source scientifique, mais cela peut donner une idée sur l’ampleur du phénomène. 
En ce sens, l’attitude à privilégier avec une personne ayant de la difficulté avec son orientation sexuelle, en est davantage une d’acceptation, de validation, d’ouverture et de support. La personne souffre beaucoup, certes, et il faut demeurer sensible à cette souffrance. L’écouter, respecter son rythme, s’assurer qu’elle soit en sécurité. Cependant, attention – son orientation sexuelle n’est pas, en soi, pathologique, et sa souffrance n’est pas synonyme d’une nécessité de changement. Ce qui cause la souffrance, la plupart du temps, c’est le fait de devoir évoluer dans un environnement social hostile et stigmatisant vis-à-vis des minorités sexuelles. Ce stress, conjugué avec, par exemple, les violences, la peur du rejet, le poids de devoir porter un secret, la honte ressentie, etc., entraîne lesdites difficultés psychologiques. En demeurant conscient.e de cette importante nuance, on comprend mieux pourquoi les tentatives de conversion sont inefficaces. Dans un monde idéal, c’est l’environnement que nous devrions convertir… Afin que celui-ci soit plus doux et agréable à vivre.
Il est possible que vous ayez vous aussi besoin de soutien pour vivre le deuil de l’homme que vous aviez imaginé, et de la relation que vous aviez espéré avoir avec lui. Il est normal que vous ressentiez vous aussi une souffrance importante, que vous vous sentiez blessée et que vous ayez vos propres craintes et appréhensions. Je vous invite donc à aller chercher du support, peut-être vous confier à un proche de confiance que vous savez ouvert, qui saura écouter vos réflexions et vous soutenir dans la décision que vous aurez prise – que celle-ci soit de demeurer aux côtés de votre mari, ou de mettre fin à la relation. Cette décision, ultimement, vous appartient.
 
Bon courage,
Jessica, pour AlterHéros.  

About Jessica

Jessica est présentement étudiante au doctorat en psychologie à l’Université de Sherbrooke. Elle détient un DEC en sciences humaines, profil action sociale et médias (2011) et un baccalauréat en psychologie de l'UQÀM (2014). Elle a travaillé dans le domaine de l'intervention à temps plein pendant un an et demi avant d’intégrer le doctorat. Son grand intérêt pour la communauté LGBTQ+ l'a amenée à s'impliquer en tant qu'intervenante bénévole au sein de l'équipe Parles-en aux Experts en mai 2015. Lorsqu'elle n'est pas en train d'étudier ou de travailler, elle aime bien aller nager ou marcher, faire du camping, jouer de la musique et flatter ses deux adorables chats. :-)

Leave a comment