Est-ce normal que, malgré ma quasi certitude d’être lesbienne, je me sente excitée par du contenu assez provocant du sexe masculin?


Bonjour, je m’appelle Emmanuella et j’ai 16 ans. Récemment j’ai ressenti des émotions fortes pour une de mes amies et je pense que c’était reciproque car on se caressait parfois. Toutefois on en parlait jamais, on faisait comme si c’était normal alors que c’était pas un comportement amical normale. J’ai toujours ressenti une certaine attirance pour le sexe féminin mais c’est la première fois que je me pose des questions sur mon attirance sexuelle. Je suis quasiment certaine d’être attirée par les femmes mais je pense être attirée par des vidéos et photos sexy(notamment)mes chanteurs préférés de sexe masculin. Ma question est donc est-ce que les lesbiennes ne ressentent de l’attraction sexuelle qu’envers les femmes, sont-elles d’une certaine façon immunisé contre le sexe masculin? Est-ce normal que malgré ma quasi certitude d’être lesbienne, je me sente excitée par du contenu assez provocante du sexe masculin? Cela me trouble énormément car je ne sais pas dans quelle catégorie me placer, bisexuelle ou lesbienne?
Merci pour votre réponse.

 

Bonjour Emmanuella,

 

J’espère que tu vas bien et je te remercie pour la confiance que tu nous accordes. Si j’ai bien compris ta situation, tu es presque certaine d’être lesbienne, mais tu ressens parfois de l’attirance pour certains hommes alors tu te demandes si cela est normal ou si cela signifie que tu serais d’une autre orientation sexuelle (bisexuelle, pansexuelle, etc). Tu dis être troublée de ne pas savoir à quoi t’identifier et donc, je crois comprendre que cela t’inquiète. Est-ce bien cela?

 

Il est vrai que de mettre un mot sur notre orientation sexuelle peut être rassurant afin de mieux comprendre qui l’on est et de faciliter la compréhension des autres personnes sur notre identité. En effet, être hétérosexuel est souvent considéré comme la « norme » et donc, de se rendre compte qu’on ne fait pas partie de la « majorité » est possiblement déstabilisant et angoissant. C’est pourquoi connaître les alternatives en matière d’orientation sexuelle ou de genre et de s’identifier à l’une ou plusieurs de celles-ci peut aider à diminuer ce sentiment de confusion ou même de « flou » par rapport à nous-mêmes. Et toi, est-ce que tu trouves cela rassurant d’utiliser un terme pour définir ton orientation sexuelle? Toutefois, il ne faut pas oublier que d’explorer ces parties de son identité est tout à fait normal et sain. L’orientation sexuelle et de genre sont des concepts fluides dans le temps, ce qui signifie qu’ils peuvent potentiellement changer lorsqu’on grandit et que l’on apprend à se connaître de plus en plus. Où je veux en venir, c’est qu’il est normal de se poser des questions et d’avoir des doutes, mais qu’au final, il n’y a que toi qui peux déterminer ton orientation sexuelle et qu’il est même possible qu’elle change dans le temps, donc pas de panique. Personnellement, je me suis identifiée comme lesbienne, puis queer et ensuite je suis revenue vers le terme lesbienne. En ce moment je me sens bien avec ce terme, mais je ne peux pas savoir comment je vais me sentir dans 10 ans avec ce terme et donc, je me dis que je verrai rendue là . Est-ce que le fait que l’orientation sexuelle peut potentiellement changer te stresse dû à l’incertitude? Ou cela te rassure de savoir que ce n’est pas irrévocable? Être attiré·e davantage vers un genre ne signifie pas non plus que c’est nécessairement à 100%.

 

Aussi, la façon de s’identifier à une orientation sexuelle dépend de ce qui te rend le plus à l’aise et non de certains standards. Prenons l’exemple d’une personne qui préfère avoir des relations sexuelles avec des femmes en grande majorité. Cette personne pourrait s’identifier comme lesbienne puisqu’elle a des relations avec majoritairement des femmes, mais elle pourrait également se considérer bisexuelle, car elle a également des relations avec des personnes qui ne s’identifient pas comme femmes. Il n’existe pas d’étiquette qui mentionne que, pour être lesbienne, il faut absolument être attiré·e·s à 99% par les femmes toute sa vie (et une chance, car ce serait assez rigide comme façon de voir la sexualité). Tout dépend de toi . Voici un extrait d’une ancienne réponse qui pourrait t’aider : « Il est tout à fait valide de vouloir connaître son orientation et d’être tracassé·e à essayer de comprendre ce que l’on ressent à l’intérieur. Il est important de comprendre que nos fantasmes ne sont pas un reflet de notre orientation sexuelle. Par contre, ceux-ci peuvent bien évidemment guider notre questionnement. Tu expliques te questionner à savoir si tu es bisexuelle ou lesbienne, voici les définitions pour t’aider.

 

  • Bisexuelle : une personne bisexuelle est attirée physiquement, sexuellement, affectivement ou romantiquement envers plus d’un genre (homme, femme, non binaire, agenre, etc.), ou envers une personne peu importe son genre. il existe également plusieurs sous-catégories telles que omnisexuelle, polysexuelle ou pansexuelle
  • Lesbienne : Une lesbienne est une femme qui éprouve de l’attirance physique et/ou émotionnelle pour les femmes. Cette identité inclut aussi les personnes non binaires et certaines personnes non binaires vont s’identifier comme lesbiennes. »

 

Pour ce qui est de l’attirance envers certains hommes, majoritairement en vidéos et images si j’ai bien compris, c’est normal. Une personne charmante reste une personne charmante! De plus, certaines sociétés apprennent aux jeunes filles qu’il « faut » plaire aux garçons et qu’ils devraient être l’objet de nos désirs et attention. Peut-être que ce n’est pas le cas pour toi, mais si oui, cela peut influencer notre façon de voir les hommes. Par exemple, à ton âge, j’étais en amour avec les personnages masculins de mes séries préférées et j’adorais parler d’eux avec mes amies. Toutefois, avec le temps, je me suis rendue compte que ce que j’aimais vraiment, c’était potiner avec mes amies. Aussi, le fait que ces hommes soient inaccessibles renforçait possiblement mon « attirance » puisque je savais que je n’allais jamais les rencontrer. Finalement, comme plusieurs de mes amies les trouvaient attirants et que les seuls modèles de couple que j’avais vus comprenaient un homme et une femme, mon envie d’être comme les autres a probablement influencé mes sentiments. Mais même à ce jour, alors que je me considère lesbienne, je trouve certains hommes attirants. Est-ce que tu as déjà ressenti de l’attirance sexuelle ou romantique avec des garçons que tu as rencontré? Est-ce que tu te vois en relation avec un garçon? « Est-ce que tu peux faire la différence entre trouver une personne charmante, belle, intelligente, et avoir le béguin pour elle ? »

 

Mon conseil est de te faire confiance et de te laisser le droit de douter et de te questionner avec bienveillance. Si, en ce moment, tu te sens davantage lesbienne, alors tu peux te décrire comme tel si cela te fait du bien de mettre ce mot sur ton vécu. Si un jour tu ressens que ce terme ne convient plus, tu pourras te remettre en question à ce moment-là. Comme le dit si bien ma collègue Tam dans cet extrait de réponse : « Par ailleurs, on ne devient pas bi, tout comme on ne devient pas lesbienne ou hétéro… c’est quelque chose que l’on découvre, tout simplement!

Il existe également La licorne du genre qui pourrait t’aider. L’attirance sexuelle et romantique sont 2 concepts différents. Il est possible que tu sois attirée sexuellement par les hommes et les femmes, mais que romantiquement, tu sois plus attirée davantage vers les femmes. Les possibilités sont infinies et toutes aussi valides les unes que les autres.

Le modèle de la licorne du genre

 

 J’espère avoir pu t’aider, mais si tu as encore des interrogations ou même d’autres questions, n’hésite pas à nous écrire à nouveau!

 

Mégane

 


About Mégane

Je m'appelle Mégane (elle/la) et je suis étudiante en ergothérapie à l'Université du Québec à Trois-Rivières. De nature curieuse, j'adore en apprendre plus sur les gens qui m'entourent et les différentes expériences qu'iels peuvent vivre. Je m'intéresse particulièrement à la grossophobie, au racisme et à la santé mentale. Je suis également l'heureuse propriétaire de 2 chats, Marguerite et Tournesol, et j'espère un jour vivre dans un petit cottage dans le milieu de la forêt entouré de fleurs et d'un jardin ce qui illustre bien ma nature optimiste considérant mon incapacité à garder un cactus en vie.

Leave a comment