Est-ce une bonne idée de taire l’existence de l’homosexualité avec mes enfants?


Est-ce une bonne idée de taire l’existence de l’homosexualité avec mes enfants?

Beaucoup de parents entendent faire un tabou total de l’homosexualité avec leurs enfants. L’idée, avouée ou non avouée, est qu’en n’en parlant pas, voire en parlant de l’homosexualité en termes négatifs, ils évitent de faire germer en eux l’idée de pouvoir “choisir” cette voie. Et dans le cas où ce désir germe malgré tout, la pression doit être suffisamment forte pour que les enfants refoulent au mieux leurs désirs.

Ces parents songent donc que la lutte contre son homosexualité propre doit se faire coûte que coûte et en solitaire, c’est à dire sans pouvoir en parler à ses parents.
Ce choix n’est pas motivé par le raisonnement mais par la peur. Il contient plusieurs erreurs.
La première erreur, c’est que même avec un tabou total sur le sujet, l’homosexualité existe. Les tristes années du XXe siècle ont été celle d’une répression accrue de l’homosexualité et donc une époque de honte et de peur (pensons à Oscar Wilde, condamné aux travaux forcés et décédé peu après sa libération, pensons aux homosexuels déportés, pensons à la loi française de 1960 faisant de l’homosexualité un “fléau social” avant qu’une loi de 1981 la dépénalise). Les homosexuels n’ont pourtant jamais disparu. Cela signifie-t-il autre chose que l’homosexualité ne s’attrape pas par contact avec d’autres homosexuels ni par connaissance du sujet ?
La deuxième faille dans ce raisonnement, c’est que ces parents pensent que l’homosexualité peut-être refoulée par un combat intérieur mené au bon moment. En supposant que cela est juste, on constate que ces parents préfèrent faire un total tabou du sujet et découvrir donc l’homosexualité de leur enfant que lorsque celui-ci décide de faire son coming-out et qu’il est alors bien trop tard pour essayer d’en parler. Si l’enfant décide de parler à ses parents de son homosexualité alors que ceux-ci ont toujours mis à l’index les homosexuels soit par leur silence, soit par leur véhémence, cela signifie que le jeune est sûr de son homosexualité. Il est bien évident que s’il doute de ses propres désirs, il ne va pas aller les claironner à des personnes qu’il aime et qui pourraient le rejeter s’il leur avouait cette réalité. Un coming-out, les parents doivent s’en convaincre, n’est jamais fait à la légère. C’est humain de penser que l’homosexualité de son enfant ne sera peut-être juste qu’un passage, mais il ne faut pas trop espérer si c’est votre enfant qui a pris son courage à deux mains pour vous l’apprendre.
Enfin, et c’est là que réside la plus dangereuse faille, si vous, parents, décidez d’éluder totalement le sujet devant vos enfants, vous mettez la vie de vos jeunes en péril. L’homosexualité non acceptée représente une importante cause de suicide chez les jeunes.
Plutôt que de se dire sans fin que son enfant ne sera pas homosexuel et qu’en parler est de ce fait, superflu, pourquoi ne pas ouvrir le dialogue sur le sujet avec vos enfants pour les amener à parler de ce désir s’ils le partagent ? Est-ce que ce dialogue, peu à peu, ne vaut pas mieux que des milliers de jeunes qui sautent devant un train ou avalent un tube de médicaments, et que découvrir brutalement, du jour au lendemain, que toute la vie hétérosexuelle qu’on ne peut s’empêcher d’imaginer pour son enfant n’aura pas lieu ?
Le jour où l’homosexualité sera totalement acceptée sera le jour où les parents ne feront plus grand cas de l’homosexualité de leur(s) enfant(s).


About Équipe -Pose ta question!-

L'équipe d'intervention de Pose ta question! est composée d'intervenant.e.s bénévoles issu.e.s des domaines d'études de sexologie, travail social, psychologie, toxicomanie, développement social et tout autre domaine connexe ! L'équipe est entièrement composée de personnes LGBTQIA2S+ et d'allié.e.s formidables de nos communautés !

Leave a comment