D’où proviennent ces douleurs menstruelles? Comment les contrôler sans augmenter le taux d’oestrogène?


Bonjour !
Désolé de vous déranger avec ma question qui pourra vous sembler futile, mais je ne savais pas à qui d’autre m’adresser…
Voilà, en ce moment j’ai des problèmes avec mes r*gles, et étant un mec trans (non hormoné pour préciser), cela m’apportes pas mal de problèmes.
Je n’ai jamais été très dysphorique de cet aspect là, mis à part lorsque je devais en parler, chose que je ne faisais donc pas, je prenais simplement des protections dans les tiroirs de ma mère et personne n’en savait rien. J’ai commencé à les avoir vers mes 14 ans, et d’aussi loin que je me souvienne, ça ne m’avais jamais vraiment fait mal, ou alors juste un peu, j’oubliais parfois que je les avaient.
Mais aujourd’hui, je suis entré dans un nouveau cycle, et… ça n’a pas été du tout.
Je me suis réveillé sans avoir mal, et une fois levé, j’ai commencé à avoir des douleurs aiguës dans le bas ventre, et les reins. Je n’arrivais pas à me déplacer sans faire des efforts monumentaux et en continuant d’avoir mal, et aucune position de me soulageait. Je déteste réellement parler de ça, ça me fait me sentir mal et “comme une fille” (pas que ce soit une mauvaise chose, mais je ne sais pas vraiment comment expliquer). Donc je n’en ai pas parlé à mes parents. Enfin, j’ai attendu deux heures avant de leur parler.
La douleur devenait vraiment insupportable, j’en pleurais et j’ai tenté de me blesser ailleurs pour me focaliser sur autre chose. Ma mère m’à donné un doliprane qui n’à eut aucun effet. Puis elle m’a surveillé et confié une bouillotte, m’a installé dans un lit, mais la douleur était la même, elle se calmait parfois quelques secondes pour revenir plus fortes ensuite.
Mes symptômes étaient de fortes nausées, une douleur aiguës dans le bas ventre, des sensations de courbatures, des douleurs dans les reins, des sueurs froides.
On à essayé de me faire prendre un bain chaud mais cela n’à agi que quelques secondes …
Puis j’ai pris un spasfon, eut mal encore une heure, je suis parvenu à m’endormir, et à mon réveil j’allais mieux.
En tout, tout ça à duré 6 heures et demi.
Puis, vers 20h, j’ai recommencé à sentir une douleur dans mon ventre, beaucoup moins forte, mais comme j’étais terrifié à l’idée de revivre la même chose, j’ai repris un médicament.
Je donne beaucoup de détails car je ne sais pas vraiment e qui pourrait être important ou non, désolé.
Donc, j’aimerais vous demander:
– Quelles pourraient être les causes de tout ça? ça ne m’étais jamais arrivé en deux ans de … règles.
– Es-ce que ça va revenir chaque mois?
– Si oui, qu’es ce que je pourrais bien faire?
J’aimerais également rajouter que suite à cela, mon père à emmis le souhait que je prenne la pillule. Je ne sais pas véritablement de quelle pilule l’on me parle, mais je ne connais que la pillule contraceptive.
Je veux bien que cela me soulage mais… La pilule augmente le taux d’eostrogène, non? C’est bien la dernière chose que je veux. J’ai lu que cela augmenterait mes “formes feminines” , et réduirait ma masse musculaire, et ça… Je ne pourrais vraiment pas le supporter.
Si ce sont bien les effets qu’apporteraient la pilule à mon organisme, comment expliquer la notion de dysphorie à mon père, comment lui expliquer que c’est un geste qui m’est impossible?
Et quels sont les effets en général de la pilule?
Merci de m’avoir lu, et merci d’avance pour votre réponse. Désolé pour toutes ces questions d’un seul coup.
-Pâris

Bonjour Pâris,
Déjà, je te remercie de nous écrire et de toute la confiance que tu portes envers AlterHéros. Je vais tenter tant que possible de te guider vers certaines pistes de réflexion.
Si je comprends bien, tu as des douleurs intenses qui sont apparus lors de tes dernières menstruations et tu te questionnes sur les causes, la récurrence de cette douleur et les moyens à prendre pour gérer ce type de situation. Ton père t’a également proposé de prendre la pilule comme solution à cette douleur et tu te questionnes sur l’effet de la prise d’hormones sur ton corps et sur la façon d’aborder la notion de dysphorie avec lui.
Déjà, en tant qu’homme trans, au-delà de la douleur physique, c’est normal que ce genre de situation t’amène son lot de questionnements et d’enjeux. Dans une société où on associe encore largement les menstruations à une expérience genrée et binaire, je comprends qu’il peut être difficile de trouver ta place dans tout ça. Je tenterai donc par ma réponse de t’orienter un peu dans tout ça.
Permets-moi de te poser quelques questions pour mieux comprendre : la douleur est-elle survenue à ton premier jour de menstruation? Est-ce que ton cycle est régulier normalement? À combien sur une échelle de 1 à 10 évaluerais-tu la douleur? Est-ce que ton flot est abondant? Toutes ces questions sont importantes pour toi et pourraient être utiles si jamais tu consultes un.e professionnel.le de la santé à ce sujet. Plus tu auras de connaissances sur ton propre cycle menstruel et plus tu seras en mesure de réagir par rapport aux douleurs ou aux singularités de tes règles. À ce propos, je te suggère de tenir un petit carnet et de noter ces informations. Si tu préfères et que tu as un téléphone intelligent, je te conseille deux applications que je trouve intéressante : Clue et Period Tracker. L’application Period Tracker n’utilise aucun langage genré, mais Clue offre plus d’options pour suivre les différents symptômes associés au cycle menstruel.
Dans un premier temps, sache qu’il est commun d’avoir des douleurs menstruelles, surtout durant l’adolescence. Sache toutefois que si ces douleurs deviennent persistantes ou invalidantes et qu’elles interfèrent sur ta qualité de vie ou ton moral,  je te conseille fortement d’aller consulter un.e médecin. Les douleurs que tu me décris semblent être intenses et donc, il serait important que tu continues d’observer la situation de près.
Tu te demandes également quelles peuvent être les causes des douleurs menstruelles. Je te dirais qu’il y en a plusieurs. Les règles douloureuses (dysménorrhée) peuvent tirer leurs origines dans plusieurs causes.  « Les douleurs ressenties au bas-ventre ou au bas du dos peuvent être liées aux contractions de l’utérus. […]Chez certaines [personnes], l’utérus se contracte plus intensément. Il s’agirait de la principale cause des douleurs menstruelles. Ce phénomène s’explique par une surproduction de prostaglandines, des substances sécrétées entre autres par l’endomètre et qui déclenchent les contractions. (Les prostaglandines agissent aussi sur d’autres muscles que l’utérus, ce qui explique les malaises qui peuvent accompagner la dysménorrhée : nausées, vomissements, maux de tête.) » (Source). Certaines personnes ressentent aussi plus de douleur lors des crampes si elles utilisent un tampon ou une coupe menstruelle. Comme je ne suis pas médecin, il n’est pas possible pour moi de déceler la cause précise de tes douleurs. Je sais toutefois qu’il y a plusieurs facteurs de risque, comme le stress/anxiété, les antécédents familiaux de dysménorrhée, l’alimentation ou encore les habitudes de vie qui peuvent influencer la dysménorrhée. Encore là, ce ne sont que des hypothèses et plusieurs autres facteurs peuvent être en cause.
Tu demandes également si cette douleur va revenir chaque mois. Je ne peux pas non plus répondre à cette question, ce sera à toi de voir comment tu te sens lors de tes prochaines règles. Le fait de noter tes douleurs et symptômes dans un cahier ou sur une application de permettra de comparer l’intensité d’une fois à l’autre.
Il est vrai que certains médicaments peuvent aider à réduire les douleurs menstruelles, notamment la pilule contraceptive. Cependant, c’est normal de se questionner sur les effets que cela peut avoir sur ton corps. Aussi, dans certains cas et selon les corps et la cause des douleurs, il n’est pas garanti que la pilule diminuera nécessairement la dysménorrhée. Dans un premier temps, deux types d’hormones sont utilisés dans les contraceptifs hormonaux : l’œstrogène et la progestérone. Certains types de pilules contiennent une combinaison de ces deux hormones alors que d’autres contiennent uniquement de la progestérone. La prise de la pilule (peu importe le type utilisé) peut effectivement modifier la forme ainsi que la composition du corps, mais les pilules contenants seulement de la progestérone n’ont généralement pas d’effet féminisant et peuvent amener dans certains cas un arrêt des règles. C’est donc une médication qui est utilisée par beaucoup de personnes transmasculines qui ne désirent pas ou ne peuvent pas prendre de testostérone. Tu peux en lire plus à ce sujet, et sur les autres méthodes pouvant être utilisées par les personnes transmasculines pour arrêter leurs menstruations dans ce petit guide, Hormones et parcours trans. Si tu cherches un.e gynécologue trans-positivif pour mieux t’informer par rapport à ces options, tu peux consulter cette liste de gynécologues féministes et habitué.e.s à l’accompagnement de personnes trans.
Cependant, chaque personne réagit différemment à la prise d’hormone. Si c’est un stress pour toi, il est donc tout à fait valide de choisir de ne pas prendre la pilule si ce n’est pas quelque chose que tu souhaites. Si tu désires aborder la notion de dysphorie avec ton père, je te suggère de lire la réponse très complète de Steff.e.s à ce sujet : Existe-t-il une bonne façon d’aborder la dysphorie de genre avec ses parents?
Aussi, sache que si tu n’as pas envie de parler de ta dysphorie avec ton père, tu peux simplement lui indiquer qu’il y a d’autres façons d’amoindrir cette douleur et que le choix de la pilule contraceptive ne te convient pas. Il s’agit de ton corps, cette décision te revient donc à toi et à personne d’autre.
Comme je te disais, la pilule contraceptive n’est pas la seule manière de prendre ces douleurs en charge ! Il est d’ailleurs conseillé d’opter pour l’usage d’anti-inflammatoires non stéroïdiens  (AINS), comme  l’ibuprofène ou le naproxen, qui empêchent la formation des prostaglandines dont je t’ai parlé plus tôt. Tu peux te procurer de l’ibuprofène en vente libre à la pharmacie, ce serait déjà quelque chose que tu pourrais essayer lors de tes prochaines règles. Il serait donc préférable d’opter pour ces médicaments au lieu du doliprane et spasfon. Tu peux aussi consulter lea pharmacien.ne afin de lui demander conseil sur l’usage de médicaments en vente libre pour atténuer tes douleurs.
Je me permets également de te donner certains conseils pour tenter d’atténuer les douleurs par toi-même : le bain ou la chaleur peuvent être aidant au moment où tu as tes douleurs, mais tu peux avoir recours à ces techniques de manière préventive quelques jours avant des règles. De plus, pratiquer une activité relaxante comme le yoga ou la relaxation peut aider de manière préventive. Les infusions de feuilles de framboisier peuvent être utilisées pour soulager les douleurs. Aussi, si jamais c’est quelque chose qui est accessible pour toi, l’acupuncture est une excellente façon de réguler son cycle et de réduire les douleurs menstruelles.
Tous ces conseils peuvent s’avérer utiles (ou non), mais je te rappelle que si la douleur persiste, je te recommande de consulter un.e médecin à ce sujet.
En terminant, je te partage un petit vidéo réalisée pour les personnes trans ayant des règles avec certains conseils pour naviguer les menstruations en tant que  personne trans.
Je te souhaite que tout se passe pour le mieux ! J’espère que ma réponse t’éclaire un peu. N’hésite pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin ! Je t’envoie plein de support virtuel.
Cat


About Cat

Détentrice d'un baccalauréat en développement social, iel s'intéresse à l'(in)visibilité des personnes bisexuelles dans la sphère publique, au mouvement de défense des droits des personnes travailleuses du sexe, sur les enjeux liés à la non-binarité et sur la représentation des sexualités marginalisées en contexte de ruralité.

Leave a comment