Devrais-je vraiment me faire opérer pour changer de sexe ?


Bonjour!

Je te remercie pour la confiance que tu nous accorde. J’espère qu’en faisant le tour des sections du site, tu as pu constater que tu n’es pas la seule personne qui se sent comme toi. En résumé, tu dit avoir une identité masculine profondément ancrée en toi. Agir et t’habiller en femme te semble de plus en plus difficile. Tu penses que la transition de genre (le changement de sexe) est la solution à ce que tu vis, mais tu as des doutes, en partie à cause de ton orientation sexuelle.

Selon ce que tu m’as écrit, il est très possible que tu vis ce qu’on appelle le transsexualisme. C’est le sentiment profond que son identité de genre (homme ou femme) de correspond pas au sexe physique (mâle ou femelle). Les personnes transsexuelles ressentent une frustration comme celle que tu décris, et cette frustration devient bien souvent très souffrante. La science n’explique pas encore vraiment pourquoi certaines personnes se sentent comme ça. Pour la très grande majorité des personnes transsexuelles, la seule solution qui puisse enlever cette souffrance est de faire la transition de genre, c’est à dire de changer son corps et son rôle social afin qu’il corresponde à son identité intérieure. Ce qui, dans ton cas, pourrait être un « changement de sexe » afin de devenir un garçon.

Il ne faut pas mélanger les notions d’identité de genre et d’orientation sexuelle. Ce sont deux réalités tout à fait différentes. Selon ce que tu m’écris, tu te sens homme et tu es attiré par les hommes… Hé bien cela ferait de toi un homme gai, aussi simplement que ça. Tout comme moi, je suis une femme trans lesbienne. En fait, selon mes observations personnelles, la moitié des personnes trans sont en fait gais ou lesbiennes. Tu es loin d’être seul. Le fait d’être gai ne doit en aucun cas te faire douter de ton identité, et si un psychologue ou médecin te dit le contraire, je t’invite à ne plus recourir à ses services.

Évidemment, il n’est pas en mon pouvoir de te dire si la transition est la bonne voie pour toi. Pour t’aider à voir tout cela au clair, je te conseille fortement d’en parler avec un(e) psychologue, sexologue ou intervenant(e) communautaire spécialisé en questions de genre. Assure toi de bien choisir les personnes avec qui tu travailleras, afin d’avoir un cheminement le plus facilité possible. La transition est loin d’être quelque chose de facile. Pour les hommes transsexuels, la transition signifie d’adopter une identité d’homme, c’est à dire de changer son prénom, de parler de soi au masculin, etc… C’est une étape difficile car souvent les gens autour de soi n’acceptent pas ce changement. Il est très fréquent que les personnes transsexuelles subissent des actes de discrimination.

Mais malgré les difficultés, le simple fait de pouvoir s’afficher en tant qu’eux-mêmes apporte un grand soulagement aux hommes transsexuels. Le secret d’une transition heureuse c’est de côtoyer d’autres hommes trans afin d’en apprendre sur le vécu et de pouvoir partager le tien, dans les bon moments autant que dans les moments difficiles. Je te suggère de contacter Le MAG (www.mag-paris.fr), une association dont l’objectif est d’aider les jeunes gais, bi, lesbiennes et trans à sortir de leur isolement et à partager leur vécu. Si tu habites près de Paris, je crois qu’il s’agit là de la meilleure ressource. Même si tu n’habites pas à Paris, je t’invite à les contacter afin qu’ils puissent te rediriger vers une association régionale.

Je te suggère également le livre « Mauvais Genre » de l’auteur et photographe Axel Léotard. À mi-chemin entre la fiction et l’autobiographie, ce roman raconte le processus de transition d’un homme transsexuel en France. L’auteur, que j’ai eu l’occasion de rencontrer, est impliqué depuis de nombreuses années dans les milieux trans… je n’ai aucun doute que son livre pourrait te venir en aide.

Bonne chance dans tes prochaines démarches. N’hésite pas à nous réécrire si tu as d’autres questions sur la transition.

Élyse


About Élyse Vander

Élyse est enseignante au secondaire depuis 2005, ce qui l’a amené à développer sa capacité d’intervention auprès des jeunes. De plus, elle a une expertise dans le domaine de la transsexualité, ayant œuvré dans le milieu dans divers organismes depuis 2007.

Mon implication à AlterHéros me donne confiance que dans les prochaines années, les jeunes pourront de plus en plus assumer et vivre harmonieusement leur homosexualité, bisexualité ou transsexualité, particulièrement à l’école secondaire.

Leave a comment