Depuis ma rupture amoureuse, j’ai peur d’être bisexuelle. Que m’arrive-t-il?


Depuis peu, je vis une réelle inquiétude.Je me suis séparée de mon ex copain il y a quelques mois,et je suis très triste d’avoir dû le quitter mais mes sentiments n’étaient plus les bons.Suite à cette séparation,j’ai passé tout mon temps avec une camarade pour éviter de déprimer.Comme il n’y avait qu’elle dans mon entourage à la fac que je connaisse, j’ai passé tout mon temps libre avec elle par défaut pour éviter l’ isolement.Puis un jour,j’ai ressenti une attirance en apercevant sa poitrine à la cantine quand elle enlevait son manteau.Depuis,je n’arrête pas de me questionner et ça n’a fait qu’empirer: j’ai commencé à lui trouver du charme, quelque chose de touchant, et même à prendre du plaisir à regarder ses mains, être près d’elle alors que je la trouvais laide auparavant et qu’elle ne me correspondait pas même en amitié! Maintenant j’ai peur d’avoir du désir alors je fuis Que m’arrive-t-il,Est-ce de l’attirance ou des sentiments?Suis-je bi ou est-ce une peur qui me joue des tours?
Gladys
Bonjour Gladys!
Merci de faire confiance à AlterHéros!
Depuis votre rupture avec votre ex-copain et plus particulièrement depuis que vous avez ressenti de l’attirance envers une camarade, vous avez peur d’être bisexuelle. Sentiments réels? Simple attirance? Jetons un coup d’oeil à tout cela ensemble!
Lors de votre rupture, vous avez compté sur cette personne pour éviter la déprime et l’isolement. Vous dites que la situation “n’a fait qu’empirer” avec le temps et au fil de vos questionnements. Pourtant, n’éprouvez-vous pas plus de plaisir à côtoyer une personne que vous trouvez jolie, charmante et touchante qu’une personne que vous décriviez même comme laide et avec qui vous n’aviez que peu d’affinités? Vous vous êtes rapprochées, vous lui avez fait confiance, lui avez sans doute fait certaines confidences et vice-versa. Il est normal que dans une telle situation, alors que vous aviez besoin de réconfort, votre relation avec cette personne ait changé et que vous vous soyez rapprochées. Il s’agit peut-être de la simple naissance d’une amitié. Il est aussi normal que votre vision d’elle, autant au niveau physique qu’émotionnel, se soit modifiée.
Vous dites maintenant avoir peur de ressentir du désir. Il y a toute une marge entre le fait d’être intriguée/attirée par une partie du corps d’une personne qui nous est proche et le fait d’éprouver du désir sexuel ou une attirance amoureuse. Où vous situez-vous exactement face à cette personne, émotionnellement? Également, avez-vous envie d’avoir des rapports sexuels avec elle? De la laisser vous découvrir et vice-versa?
Avez-vous envie de partager votre intimité sexuelle ou amoureuse avec elle? Est-ce le cas avec d’autres femmes? Avez-vous déjà ressenti une forte attirance envers des personnes du même sexe que vous? Si ce n’est pas le cas, ne parlerait-on pas plutôt d’une certaine curiosité envers la poitrine de votre amie?
En terminant, quelque chose dans votre message attire particulièrement mon attention: votre peur d’être bisexuelle. En quoi cela serait-il un événement malheureux ou difficile pour vous? Cela ne changerait pas votre personnalité, ni ce que vous retirez de vos expériences vécues, ni la possibilité d’être en relation avec des hommes à l’avenir. La bisexualité n’a rien de dangereux, tout comme l’hétérosexualité et l’homosexualité. 😉
Je vous invite à consulter les groupes de discussion de notre site web, dont celui concernant la bisexualité et celui concernant l’orientation sexuelle.
Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous réécrire.
Prenez bien soin de vous, Gladys!
Marie-Édith, B.A. sexologie, pour AlterHéros


About Marie-Édith Vigneau

Marie-Édith est une femme lesbienne acadienne étudiante à la maîtrise en travail social. Elle est grande fan de la mer, de féminisme, de santé sexuelle, de justice sociale, de musique, d'espresso, de bières de microbrasseries, de bas de laine et de grilled-cheese.


Leave a comment

One thought on “Depuis ma rupture amoureuse, j’ai peur d’être bisexuelle. Que m’arrive-t-il?