Comment se passe le sexe entre deux femmes? Y a-t-il des précautions à prendre?


Bonjour

C’est Emma. J’ai 17 ans.
En couple depuis 6 mois mon amie et moi envisageons d’avoir notre toute première relation sexuelle de notre vie.

Nous nous sentons donc un peu angoissées pour notre première fois.
Je voulais savoir avec elle comment ça peut se passer entre 2 femmes et si il y avait des protections particulières à prendre pour des relations sexuelles entre 2 filles ?
Nous pensons que ça devrait se limiter à des bisous, à des câlins et éventuellement à des caresses intimes.
Risquons nous quelque chose ?
Dans quelle pratique sexuelle il y a un risque pour notre santé.
A mon école il y a eu des cours d’éducation sexuelle sur tout ca mais s’appliquant aux couples hétérosexuels et rien en ce qui concerne les couples non hétérosexuels. Donc nous sommes un peu perdues, pour nous il n y a aucune précaution à prendre entre 2 femmes sauf dans certaines pratiques mais nous aimerions être sures toutes les 2 ?

Merci pour votre réponse et votre site.

Emma

Salut Emma!

 

Merci d’avoir fait confiance à AlterHéros pour ta question !

 

Si je comprends bien, toi et ta copine envisagez d’avoir des relations sexuelles pour la première et cela vous angoisse un peu. Tu te demandes comment les relations entre femmes se passent. Tu cherches aussi à savoir s’il y a des pratiques sexuelles plus à risque et comment se protéger lors de relations sexuelles.

 

Premièrement, je tiens à dire que tu n’es pas la seule à avoir ces questionnements ! Les débuts sexuels avec une partenaire peuvent être angoissants puisque rien ne nous y prépare vraiment. En plus, les cours d’éducation à la sexualité étant tellement hétéronormatifs, il est complètement normal de se questionner sur les réalités de la sexualité entre femmes. Il n’y pas vraiment de formule magique, mais tu peux te permettre d’explorer avec ta partenaire des touchers et sensations pour voir ce qui vous plaît et ce qui vous plaît moins.

 

Le point le plus important à garder en tête est la communication. Cela peut sembler banal, voire même cliché, mais la communication joue un rôle important quand on parle de sexualité. Communiquer avec ta partenaire te permettra de vérifier son consentement et de discuter des diverses pratiques sexuelles auxquelles vous voulez participer (baiser, caresse, toucher, pénétration, masturbation, etc.). Il est aussi important de communiquer à ta partenaire comment tu te sens avant, pendant et après votre relation sexuelle. Parler de ce qui t’angoisse avant peut permettre à ta partenaire de te rassurer et de te mettre plus en confiance. Lors de la relation, tu peux simplement vérifier si elle aime ce que tu fais : « est-ce que tu aimes quand je fais ça ? », « est-ce que tu veux que je continue ? », « est-ce que ça te fait mal quand je fais ça ? » etc. Discuter de comment on s’est senti.es après la relation peut aussi aider à verbaliser ce qu’on a aimé et ce qu’on a moins aimé pour apprendre et s’adapter aux besoins de l’autre. Ces discussions vous permettront de développer votre intimité et de discuter ouvertement sur vos besoins, vos envies ou vos inconforts.

 

En ce qui concerne la protection et le sécurisexe (safer sex) pour les relations entre femmes, les cours d’éducation à la sexualité ne sont généralement pas complets. Les relations sexuelles entre femmes ne sont pas exemptes de risques de transmission d’ITSS (infections transmissibles sexuellement et par le sang) : VIH, hépatite, chlamydia, herpès, etc. Il est suggéré d’utiliser des moyens de protection dite « barrières ». On y retrouve des condoms internes (que l’on met dans le vagin ou l’anus) ou externes (que l’on met sur des jouet sexuel par exemple) pour la pénétration, des gants pour les caresses génitales/anales et la pénétration, et des digues dentaires pour le sexe oral. Je t’encourage à aborder le sujet avec ta partenaire et à en discuter pour savoir si vous voulez les incorporer dans votre sexualité. Néanmoins, je tiens à préciser qu’une ITSS se transmet d’une personne porteuse à une personne non porteuse : une ITSS n’apparaît pas par magie! Pour risquer de contracter une ITSS, il faut que l’une de vous soit déjà porteuse. Conséquemment, si toutes les deux n’avez jamais eu de rapports sexuels, n’avez jamais consommé de drogues par injection ou n’avez jamais reçu un tatouage ou un piercing avec du matériel non-stérile… alors les risques sont plutôt absents! En cas de doute, il est toujours possible de réaliser un test de dépistage des ITSS pour en avoir le coeur net! 🙂 Par ailleurs, si ta partenaire et toi avez toutes les deux une vulve, alors on peut naturellement exclure toutes les mesures visant la prévention des grossesses non désirées. 🙂

 

Je te propose de consulter aussi ce petit dépliant Sexe au Féminin qui a été créé spécialement pour les femmes de la diversité qui se questionnent sur le sécurisexe. Tu y trouveras mention des différentes ITSS, leur explication, ainsi que leur mode de transmission. Ce petit guide mentionne aussi diverses pratiques sexuelles ainsi que leurs risques de transmission d’ITSS associés. Par exemple, le partage de jouet sexuel non protégé présente un risque élevé de transmission. C’est pour cela qu’il est recommandé de ne pas partager des jouets sexuels ou sinon de mettre un condom externe dessus.

 

Finalement, pour paraphraser un extrait de cette réponse à cette question (Est-ce qu’il y a des risques de contracter une MST avec la sodomie si mon partenaire et moi sommes vierges?), «la décision de porter un condom [gants, digues dentaire, etc] ou non pendant un rapport sexuel nécessite une conversation entre [ta] partenaire et toi. Le condom [gants et digues dentaires] est la technologie la moins coûteuse et la plus facile pour prévenir la transmission du VIH et d’autres ITSS. Toutefois, pour plusieurs raisons qui appartiennent aux personnes concernées, certaines personnes prennent la décision de ne pas utiliser de condom [ou gants ou digues dentaires]. Si tel est le cas, l’important est de connaître les différentes stratégies disponibles à adopter avec [ta] partenaire (ou tes futur.e.s partenaires!) : notamment le dépistage régulier, le traitement advenant un résultat positif à une ITSS et une communication constante sur la santé sexuelle!».

 

J’espère que ma réponse t’aura aidé dans tes questionnements. N’hésite surtout pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin! Et surtout, quoi qu’il en soit, je te souhaite, à toi et ta partenaire, de vous amusez, de passer de beaux moments de découvertes et à apprendre à vous connaître d’une toute autre façon. L’important, c’est que vous puissiez adopter les pratiques sexuelles qui vous conviennent le mieux, dans le plaisir et le consentement! 🙂

 

Anaïs, bénévole pour AlterHéros


About Anaïs

Anaïs est un.e etudiant.e non-binaire au baccalauréat en Sexologie à l'UQAM. Elle parle beaucoup (trop) de vélo et des cossins véganes qu'elle découvre.

Leave a comment