#Amour
#attirance
#biphobie
#Bisexualité
#catholique
#christianisme
#coming out parents
#Famille
#homophobie
#meilleure amie
#religion
18 mars 2024

Comment faire pour supporter les commentaires homophobes de mes parents? Comment faire pour surmonter mes sentiments amoureux non réciproqués par ma meilleure amie?

Bonjour, je suis bisexuelle et j’ai plusieurs questions à propos de ma sexualité. Déjà, je voulais vous dire que j’ai déjà fait une sorte de coming out, j’ai parlé du fait que je suis bisexuelle à mes amis il y a un an en leur demandant de ne pas raconter ça à tout le monde. (D’ailleurs ils ont été très ouvert là dessus et j’en étais très heureuse.) Cela fait maintenant plusieurs semaines que je partage l’information avec des camarades de classe tout en veillant à ce que elle n’atteigne pas les oreilles de ma famille (que se soit ma sœur qui est avec moi au collège ou le reste de ma famille ) car comme ils sont de confession chrétienne, être en couple avec une personne du même sexe est considéré comme une faute grave. Alors voilà ma première question, comment faire pour supporter les commentaires homophobes de mes parents ? Je ne souhaite pas leur dire pour l’instant que je suis bisexuelle mais si un jour je souhaite leur dire comment faire pour qu’ils comprennent que je ne suis ni hétéro ni lesbienne et que je ne peux pas « choisir » entre les deux ? Déjà que le fait que j’aime les filles soit assez mal reçu en plus il faudrait qu’ils comprennent que j’aime aussi les garçons… De plus, j’ai une autre question, il se trouve que je suis amoureuse de ma meilleure amie, cela fait maintenant un an et demi et c’est grâce à ça que je me suis rendu compte que je suis bisexuelle. Je suis vraiment amoureuse d’elle mais elle m’a certifié qu’elle était hétéro… Comment faire pour surmonter ça ? J’ai déjà essayé de sortir avec d’autres personnes mais ça n’a jamais fonctionné… 

Enfin bref, je vous souhaite une continuation 🙂

Maxim-e

Bonjour!

 

Merci beaucoup de nous avoir écrit! Content.e de lire que ton coming out avec tes ami.e.s se soit aussi bien passé et que tu te sois sentie soutenue par elleux! Avoir des ami.e.s qui nous comprennent et nous acceptent comme on est peut nous aider à faire face aux difficultés qu’on rencontre en tant que personnes LGBTQ+. 

 

D’ailleurs, en premier tu aimerais des conseils pour faire face à des commentaires homophobes/biphobes de la part de tes parents religieux. Malheureusement, tu es loin d’être la seule personnes de nos communautés à grandir dans un foyer qui n’est pas très ouvert à la diversité sexuelle et de genre. Se ressembler entre personnes ayant des expériences similaires, partager sur son vécu, recevoir du soutien et passer un bon moment est une des choses qui m’a beaucoup aidé.e personnellement. Il y a différentes asso LGBTQ+ en France, comme le centre LGBTQI+ de Paris et Île-de-France par exemple. Tu n’es peut-être pas encore prête pour aller à des évènements, ou peut-être que c’est plus difficile à cause de tes parents. Mais savoir que c’est quelque chose qui existe, en apprendre plus sur des célébrités, des activistes ou des personnages LGBTQ+, et de façon générale cultiver un sentiment d’espoir et de communauté peut faire une différence.

 

Reste que tes parents peuvent dire des choses ignorantes et blessantes, et sur le moment cela peut te faire sentir triste, anxieuse, en colère, et une multitude d’autres émotions. C’est normal que ces commentaires-là soient très difficiles à entendre. Si tu as l’énergie de le faire, tu pourrais essayer de les éduquer et de leur dire comment leurs propos te font sentir. Tu n’es pas obligée de faire un coming out, tu pourrais dire que tu as des ami.e.s qui font partie de la communauté, ou que tu es sensible aux réalités d’autres personnes. 

 

Je ne m’y connais pas beaucoup en religion, mais je sais qu’il y a des personnes LGBTQ+ qui arrivent à faire la paix entre leur identité et leur spiritualité. Jesus, à la base, était plutôt ouvert d’esprit et accueillait à bras ouverts les personnes de différents univers il me semble. Si ça peut t’inspirer, voici quelques exemples de groupes chrétiens à travers le monde qui s’associent ouvertement et visiblement la communauté LGBTQ+ : 

 

Cette réponse très intéressante de mon collègue Guillaume aborde aussi d’autres liens entre la bisexualité et la religion si tu veux la consulter. Cet article WikiHow (en français) sur comment faire face à des parents homophobes pourrait aussi être utile.

 

Je crois qu’il n’est pas impossible que tes parents changent d’option graduellement, très lentement, avec le temps. Avoir une personne comme toi dans leur famille peut les influencer positivement. Quand j’étais ados, ma mère était très conservatrice et on avait beaucoup de conflits. Aujourd’hui, elle m’écoute, elle adore mon copain et elle utilise les bons pronoms. Parfois, nos familles peuvent nous surprendre. 

 

Mais tout ça n’est pas facile. Si tu sens que tu n’as pas les bons mots ou si tu n’as pas le goût de créer de tensions avec tes parents, tu peux faire ton possible pour les ignorer. Une fois le moment passé, tu peux faire de ton mieux pour prendre soin, faire des choses qui te font du bien et te changer les idées. Il n’y a rien de mal à prioriser ton bien-être.

 

Ensuite, pour ta deuxième question, avoir des sentiments pour un.e ami.e hétéro est une expérience extrêment commune. Je crois que toutes les personnes LGBTQ+ que je connais ou presque sont passé par là. Statistiquement, il y a plus de gens hétéros dans la population, c’est des choses qui risquent d’arriver. Tu t’en doute, mais il n’y a pas beaucoup de chances que ton amie cesse d’être hétéro. C’est possible que cette expérience te brise le cœur. Nos premiers amours sont souvent particulièrement intenses. Mais les hautes marées vont passer et tu vas finir par t’en sortir. Il va y avoir d’autres personnes sur ton chemin qui te feront chavirer à nouveau. Je sais que ce n’est peut-être pas super encourageant pour l’instant.  Mais tu n’es pas seule à passer à travers ça.

 

J’espère quand même que ma réponse t’aidera à aller mieux. N’hésites pas à nous réécrire si tu as besoin de parler.

 

Solidairement, 

 

Maxim·e, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres

Similaire