Comment effacer mes pensées homosexuelles intrusives et envahisantes?


Bonjour
Je vais beaucoup mieux aujourd’hui mais j’ai quand meme des fois des pensées envahissantes je réfléchis a toue les questions que vous m’avez dis de me poser et tout simplement que j’ai aucune envie d’avoir une relation amoureuse et sexuel avec un homme
j’ai fini par accepter mes fantasmes sans pour autant avoir envie d’une relation avec un homme ce qui m’excite vraiment pas beaucoup  en fin de compte se sont les pratiques sexuel homo et aussi je suis plus détendu car je viens de découvrir d’etre hétérosexuel meme si je le savais deja je retrouve peu a peu mon libido en vers les femmes mais pouvez vous me dire comment on peut effacer ces pensées intrusive et envahissante qui des fois me mettent le doute
Merci de votre potentiel réponse

Rebonjour!

Je suis contente d’apprendre que tu as pris le temps de faire une introspection et que ça t’a aidé un peu! Tu nous réécris parce que, malgré que tu en sois venu à la conclusion que tu ne souhaitais pas de relation amoureuse ni sexuelle avec un homme et que tu te sentes un peu moins anxieux, tu as toujours certaines pensées envahissantes à ce sujet et tu souhaites qu’elles arrêtent de te causer un doute.

A priori, il n’y a pas de recette miracle ou de formule magique pour faire partir ces pensées. Je ne connais pas précisément le contenu de ces pensées ou les contextes dans lesquelles elles surgissent, mais tu peux t’interroger à ce propos. Qu’est-ce qui te fait douter? Qu’est-ce que tu ressens quand tu as ces pensées? Qu’est-ce qui te rend insécure face à ta sexualité? Comme je te l’ai mentionné dans mon précédent message, la sexualité est un concept fluide, en mouvance dans le temps. Tes désirs, tes préférences, etc. peuvent se modifier et cela n’a pas nécessairement de lien avec ton orientation sexuelle.

Cela me mène d’ailleurs à un truc que tu as dit, comme quoi ce sont “les pratiques sexuelles homo” qui ne t’excitent pas. À quoi réfères-tu lorsque tu parles de ces pratiques? Parce que des pratiques sexuelles, il y en a des tonnes! Et aucune n’est réservée à un genre ou un autre, en tant que tel. Si tu faisais référence au sexe anal, par exemple, peut-être trouveras-tu intéressant de savoir qu’il y a tout plein d’hommes hétérosexuels qui apprécient faire ou recevoir du sexe anal avec une partenaire. À l’inverse, il y a plein d’hommes gais qui n’aiment pas particulièrement ce type de pratique. Les préférences en matière de sexualité, ça ne se discute pas! On peut aimer ou pas quelque chose, sans que notre orientation sexuelle y soit liée parce que celle-ci n’a de lien qu’avec le (ou les) genre des personnes qui nous attirent. En fait, l’orientation sexuelle est déterminée par trois aspects : les désirs, les comportements et l’identité. Les désirs, ce sont nos attirances et envers qui elles se déclarent (est-ce qu’on est plutôt attiré par tel ou tel type de corps, tel ou tel type de personne, qui on aurait envie d’embrasser, etc.). Les comportements, ce sont les actions que l’on pose réellement, à l’inverse des désirs qui renvoient à l’imaginaire (ex : avoir embrassé notre amie, avoir eu une relation sexuelle avec un homme, avoir regardé les fesses d’une personne dans la rue). Finalement, l’identité, c’est l’appropriation et le choix de mots pour se décrire par rapport à notre identité sexuelle (hétéro, gai, bisexuel.le, etc.). Certains hommes, par exemple, qui auraient des désirs pour les hommes et les femmes, mais n’avoir eu des expériences sexuelles qu’avec d’autres femmes, pourraient se définir comme hétérosexuels (se basant plutôt sur leurs comportements) ou comme bisexuels (se basant davantage sur leurs désirs) ou même d’autres termes s’ils lui conviennent mieux! L’identité, c’est vraiment propre à chaque personne, sa façon de se percevoir et son sentiment d’appartenance à une orientation sexuelle plutôt qu’une autre. Tu comprendras que l’on ne peut pas contrôler nos désirs, mais que l’on a le choix d’agir ou pas en fonction de ceux-ci et que personne d’autre que nous ne peut choisir notre manière de nous identifier.

Enfin, je peux simplement te dire qu’il est normal de continuer de t’interroger et que cela peut durer un moment ou revenir plus tard dans ta vie. C’est sain de réfléchir à ses désirs et plus largement à sa sexualité. Ce n’est donc pas du jour au lendemain que tes questionnements s’arrêteront subitement. Par contre, si tu vis beaucoup de détresse et d’anxiété à long terme à ce sujet, rien ne t’empêche d’aller parler à un.e spécialiste (sexologue, psychologue, etc.) pour partager de ce qui t’inquiète ou te perturbe face à tout ça. Ce sont des personnes ressources qui t’accueilleront sans jugement et qui pourraient t’aider à mettre en lumière le fondement de ce qui te tracasse.

J’espère avoir pu t’aider un peu à nouveau en t’expliquant peut-être un peu mieux les concepts et les réflexions dont je t’avais parlé la dernière fois. Tu peux bien évidemment nous réécrire à nouveau si tu veux que l’on éclaircisse certains points ou simplement pour nous donner des nouvelles! Prends le temps qu’il te faudra, rien ne presse.


About Marion Brodeur-Laperrière

Diplômée du baccalauréat en sexologie de l'UQÀM, Marion s'intéresse particulièrement aux enjeux LGBTQ+ et souhaite apporter son aide à cette communauté qu'est la sienne. Musicienne chevronnée et poète à ses heures, elle est un peu trop accro à Harry Potter.

Leave a comment