Comment accompagner mon/ma partenaire non-binaire et asexuel.le si je ne suis pas asexuelle moi-même?


Bonjour tout le monde!
Je suis actuellement en couple avec une personne non binaire et potentiellement asexuelle ( je dis potentiellement car cette personne ne sait pas encore si oui ou non c’est le cas). Sauf que moi, je ne suis pas asexuelle… Comment réagir? comment l’accompagner? je ne veux pas aller voir quelqu’un d’autre, et je ne veux absolument pas lui manquer de respect, ni le brusquer!
merci de votre réponse !
Cerise
 
Salut cerise !
Merci beaucoup pour ta question. Si je comprends bien, tu es sexuelle, en relation avec une personne non-binaire possiblement asexuelle, et tu te demandes comment accompagner taon partenaire. Tu as de la chance, je suis moi-même une personne non-binaire sur le spectre asexuel, en relation avec une personne sexuelle !
Avant toute chose, je voulais te dire que j’apprécie beaucoup ta question, et te remercie de la poser. Quand on est asexuel-le, on peut souvent se sentir incompris-e, surtout par les personnes sexuelles. Ça me fait plaisir pour taon partenaire de voir que tu essaies de lae comprendre mieux et de l’accompagner comme iel est, asexuel-le ou non.
Je vais te répondre en référant un peu à mon expérience personnelle. La majorité de mes relations romantiques jusqu’ici ont été avec des personnes sexuelles. Ça a été des relations très différentes les unes des autres ; parfois il y avait une bonne communication autour de la sexualité, parfois non. Mais un sentiment constant que j’ai expérimenté dans toutes mes relations avec des personnes sexuelles, c’est la crainte de me faire laisser pour une personne qui aurait davantage envie de sexe que moi.
Aussi, une des premières choses que je recommanderais, c’est de rassurer taon partenaire. La pression est extrêmement forte dans la société autour de la sexualité, et beaucoup de personnes ont du mal à concevoir qu’on puisse avoir une relation romantique sans nécessairement avoir de sexe (ou aimer une personne sans avoir envie de coucher avec). Ces discours sont très forts, très présents, et il est difficile de s’en défaire complètement. Moi-même qui revendique avec fierté ma position sur le spectre asexuel depuis 6 ans maintenant, j’ai parfois ces discours qui me viennent en tête et me font me dire que maon partenaire va finir par me laisser pour ces raisons. Avoir un discours rassurant, dire à la personne que c’est correct qu’iel se pose des questions et que tu l’aimes de toute façon, est je pense une bonne chose pour que taon partenaire se sente en sécurité d’explorer son éventuelle asexualité.
Une autre chose, que tu mentionnes toi-même d’ailleurs dans ta question, c’est évidemment de ne pas forcer la personne (ni toi d’ailleurs!) à quoi que ce soit. Le consentement enthousiaste doit être la règle pour toute pratique sexuelle ou affective. Cela passe par ne pas forcer la personne physiquement, bien sûr, mais aussi par ne pas mettre de pression. Demander avec insistance à une personne de faire telle ou telle pratique sexuelle, par exemple, peut finir par mettre de la pression sur la personne et la faire se sentir obligée d’accepter.
Dans le cas d’une relation entre personne asexuelle/sexuelle, comme c’est généralement la personne asexuelle qui va avoir le moins/moins souvent envie d’avoir des activités sexuelles (mais pas forcément ! Cela dépend des personnes, asexuelles ou non!) il peut être utile de mettre en place une sorte de règle où c’est la personne asexuelle qui va mentionner si jamais elle a envie d’avoir du sexe. Si ça matche avec les envies de la personne sexuelle, super ! Sinon, ce n’est pas grave et on remet éventuellement à une autre fois où les envies des deux – ou plus – partenaires matcheront. Cela ouvre la porte à du sexe si jamais la personne asexuelle a envie un jour (ça se peut aussi que ce ne soit jamais le cas! – il y a autant de manifestations de l’asexualité que de personnes asexuelles) tout en évitant une situation de pression pour la personne asexuelle si la personne sexuelle lui mentionnait son envie de sexe à chaque fois sans que la personne asexuelle partage cette envie. Ce que je te dis là n’est pas une injonction à quoi que ce soit : toi et taon partenaire décidez des règles que vous voulez dans votre relation ! Mais de mon expérience, pour avoir cette règle dans ma relation de façon implicite (on en a jamais vraiment parlé mais on fonctionne comme ça) ça me permet d’avoir beaucoup moins de pression sur les épaules que dans d’autres relations que j’ai pu avoir, où je pouvais me sentir tellement mal de ne jamais répondre aux envies sexuelles de maon partenaire que je finissais par faire des trucs que je n’avais pas forcément envie de faire.
Une autre chose que tu mentionnes dans ta question, c’est le fait que tu ne veux pas aller voir quelqu’un d’autre. Peu importe le mode relationnel dans lequel vous êtes actuellement ou dans lequel vous vous projetez, l’important est la communication. Je pense qu’on ne peut jamais trop communiquer (juste mal communiquer!). Aussi, avez-vous parlé de ce qui se passerait si à un moment l’un-e de vous avait des attentes sexuelles incompatibles avec celles de l’autre ? Communiquer ouvertement à ce sujet ne peut, je pense, que renforcer votre relation et la confiance que vous vous portez. C’est correct d’avoir des désirs sexuels, c’est correct de ne pas en avoir. L’important est d’être honnête sur ses désirs, ses envies, et respecter le consentement en tout temps. Si taon partenaire se rend compte qu’iel n’a vraiment pas de désir sexuel, et que toi tu en as, ni toi ni iel n’avez à culpabiliser. Les relations entre personnes qui ont des attentes sexuelles différentes, ça fonctionne. Comme tout pan de toute relation, la clef, c’est vraiment de communiquer.
Je t’ai donné ici quelques idées par rapport à mon expérience et à des trucs qui m’ont aidé, moi, à me sentir bien dans ma relation avec une personne sexuelle. J’espère que j’ai répondu en partie à ta question – je sais bien que ma réponse n’est pas exhaustive, aussi sens-toi libre de nous réécrire si tu désires plus de précisions sur tel ou tel point, ou as d’autres interrogations à ce sujet. Ça me fera plaisir d’élaborer. Taon partenaire peut aussi nous écrire si iel a des questionnements !
Aussi, je te laisse le lien d’un wiki sur l’asexualité.
En cliquant sur « entrez », vous trouverez plein d’informations pertinentes, et notamment de multiples termes pour décrire où l’on se situe sur le spectre asexuel (demi-sexuel.le, grey-sexuel.le, etc.). Peut-être que toi et taon partenaire vous pourriez explorer ce site ensemble si le cœur vous en dit ? Ça pourrait lancer des conversations intéressantes et vous fournir un premier support de communication sur le sujet.
Au plaisir de d’entendre de tes/vos nouvelles !
Morgan


About morgymcfly

Morgan étudie actuellement la sociologie à l'UQàM. Iel s'identifie en tant que personne non-binaire, asexuelle, panromantique et anarchiste relationnelle. Ses passions sont les tartines au pesto, son chat, le cinéma, et les longues promenades sous le soleil ou sous la pluie.

Leave a comment