#ami
#Amour
#façon
#genre
#nuit
#verre
#vie
1 November 2003

Témoignage - Pour Yan

Je me souviens encore de ce que j’avais pensé de toi lorsque je t’ai vu pour la première fois…: “Ahh non, vraiment pas mon genre. Ses cheveux sont trop longs…, vraiment pas mon genre,… de toute façon, pourquoi devrais-je en chercher un autre alors que je suis déjà en couple ?…” Je crois même ne pas t’avoir vu de cette façon là au début.

AlterHéros

C’est grâce à un ami que nous nous sommes rencontrés, cet ami que j’ai tant désiré mais qui a toujours refusé mes avances. Après avoir écouter ce film qui m’a laissé relativement indifférent, tu m’as si gentiment demandé d’aller prendre un verre… mon corps et mon esprit se tiraillaient allègrement comme si cela n’étais pas déjà suffisant, mon cœur s’est mis de la partie. Je ne savais que trop que faire de cette invitation… et bon… pourquoi refuser, …j’ai le droit moi aussi de m’amuser quelque fois dans ma vie…?

Après avoir laissé notre ami commun dans un club où il désirait aller, j’ai découvert que nous avions déjà une passion commune… : les cigares.… Enfin quelqu’un qui partage les mêmes envies que moi !… Après un bon cigare nous nous sommes dirigés vers ce bar que j’aime tant. Autour d’un verre, nous avons discuté de tout et de rien, c’est toujours passionnant t’écouter parler, tu es si intéressant. Durant cette conversation, tu n’as cessé de me faire des compliments, une chose qu’il ne m’était encore jamais arrivée auparavant, un homme qui peut me trouver beau, moi ? Impossible….

Après un ou deux, ou trois verres, je ne m’en souviens plus car l’alcool commençait sérieusement à m’empêcher d’être totalement conscient de ce qui arrivait sous mes yeux, tu m’as invité chez toi…, moi qui ne savais toujours pas où cela pouvait m’emmener. Dès notre arrivée, tu as tout fait en ton pouvoir pour que tout soit parfait, chandelles et musique…, de quoi emporter n’importe quel homme au paradis… du moins ceux qui me ressemblent. Très certainement la plus belle gaffe de ma vie fût de me renverser cette eau sur moi qui m’a quelque peu forcé à me dévêtir, ou plutôt à ce que tu m’enlèves ma chemise……

J’ai passé cette nuit la, la nuit la plus merveilleuse de ma vie, enfin quelqu’un peut me désirer totalement…. Je me souviens encore qu’il avait été impossible de dormir un seul instant,… mon cœur palpitait si fort, j’aurai pu mourir auprès de toi et cela ne m’aurait déranger en aucun moment. Puisque je ne dormais pas j’ai donc pu passer toute la nuit à t’observer, te regarder, te désirer…… tu es si beau lorsque tu dors. Je me souviens que trop bien aujourd’hui de tes expressions faciales lorsque nous faisions l’amour, Dieu que j’aurai aimé capter cet instant et le garder à jamais… !

Je ne sais pas si tu sais à quel point, même aujourd’hui, les sentiments qui me viennent en moi uniquement lorsque je t’aperçois. J’en ai le souffle court, le cœur qui palpite, l’estomac noué et la gorge sèche…… dommage que cet amour ne puisse être présent entre nous…, nous aurions tellement à nous offrir, mais je crois bien que je t’aimerais toujours plus que tu ne m’aimeras….

Jeudi, 27 octobre 2003 – 11h26
Marc-André, Mascouche, Québec Canada

Similaire