Mon amie me dit qu’elle se met dans le rôle d’un homme dans ses relations avec des filles…


Bonjour Émilie.

Tout d’abord, je te remercie pour la confiance que tu nous témoignes.

Dans ton message, tu nous révèles que ta meilleure amie « est encore confuse » par rapport à son orientation sexuelle, bien qu’elle semble s’assumer comme personne lesbienne. Cependant, tu te demandes si elle est vraiment homosexuelle ou si, en fait, elle ne désirerait pas devenir un homme.

D’emblée, j’aimerais te féliciter pour ton ouverture d’esprit et pour le soutien que tu offres à ton amie. Si celle-ci, comme je le disais, semble accepter son orientation, elle paraît perplexe par rapport à ses fantasmes. En effet, dans les scénarios qu’elle imagine, elle se voit plutôt dans le rôle de l’homme que dans celui de la femme. Ceci peut s’expliquer très simplement. Nous vivons dans une société hétérocentriste (c’est-à-dire définie et organisée en fonction des hétérosexuels). Les premières représentations de l’amour que nous nous sommes tous mentalement construites sont, par conséquent, axées sur le modèle du couple traditionnel, soit un homme et une femme, ce qui est parfaitement normal puisque c’est souvent le modèle incarné par nos propres parents. Dans ce contexte, il arrive parfois qu’un jeune gay ou une jeune lesbienne, à l’âge des premières amours, s’identifie à des personnes du sexe opposé, reproduise – en fait – le modèle qu’on lui a inculqué, et développe ainsi son approche amoureuse. Ton amie est présentement en pleine quête existentielle : elle cherche à mieux se connaître, à savoir quels sont ses goûts; elle explore sa sensualité à travers des fantasmes; elle fait des expériences en tous genres. Tout cela, encore une fois, est parfaitement normal. Elle cessera probablement de s’identifier au sexe masculin sitôt qu’elle sera en relation avec une femme, car elle découvrira alors une approche de l’amour et de la sexualité qui lui est propre et qui ne relève d’aucun modèle social consacré.

Peut-être devrait-elle, si le coeur lui en dit, lire des romans lesbiens ou, encore, visionner des films et des séries télévisées mettant en scène des personnages de lesbiennes. Une telle immersion culturelle ne pourra que lui en apprendre davantage sur ce qu’elle est et lui ouvrir de nouveaux horizons. Je lui recommanderais l’excellente série américaine « The L Word » (« Elles » en version française), disponible dans les clubs vidéo. En littérature, plusieurs oeuvres font référence à la thématique lesbienne.

L’écrivaine québécoise Nicole Brossard, par exemple, a été une pionnière en matière de revendication féministe et autant sa poésie que son théâtre sont marqués par l’apologie de la liberté sexuelle. Même dans le monde de la chanson, on peut faire de surprenantes découvertes, comme en témoigne le groupe montréalais « Lesbians On Ecstasy ». En faisant quelques recherches sur Internet (ex : www.fr.wikipedia.org/wiki/Lesbienne), elle trouvera certainement de quoi nourrir son imaginaire.

Voilà! En espérant, Émilie, que j’ai bien répondu à tes attentes, je t’invite à nous réécrire si jamais le besoin s’en fait sentir.

Au plaisir!

Benoît

Leave a comment