Ma mère trouve ça dégueulasse la transidentité et ma sœur dit de me cacher. Mais que faire?


Salut je m’appel Thomas ,aujourd’hui voudrais parler de mon souci de trans identité .J’ai toujours su qu’il y avait quelque chose de différent en moi .Puis j’ai découvert la trans identité et je me suis de suite reconnu mais compliqué de l’accepter .Ma sœur était au courant ,elle étais mon soutien .Maintenant j’ai un petit frère qui est pour le coup un vrai garçon du coup je ne me sens clairement pas à ma place.Ma mère trouve sa degueulasse la trans identité et la sœur dit de me cacher.Mes amis me soutiennent.Mais que faire ?

Thomas/Tom

Salut Thomas,

 

Merci de nous faire confiance avec ce qui t’arrive, et félicitation pour avoir découvert que tu étais un garçon trans! C’est une très bonne nouvelle. 🙂

 

Et tu es autant un vrai garçon que ton petit frère, même si tu n’as pas (encore) la possibilité de le montrer aux autres.

 

Tu te demandes donc ce que tu devrais faire avec cette information, si tu devrais l’annoncer à ta mère considérant qu’elle a déjà dit des choses fausses et blessantes sur les personnes trans. Je dirais que ta sécurité est vraiment importante. Tu pourrais parler à ta mère de ton identité de garçon, lui donner des informations et des ressources, lui laisser du temps et de l’espace pour s’y habituer. Tu la connais mieux que moi, c’est possible qu’au final ça soit la meilleure option et que son amour de mère contrecarre sa transphobie. Mais je ne voudrais surtout pas que tu te retrouves à subir de la violence, de l’humiliation ou du rejet de sa part. Certaines personnes attendent d’avoir la liberté et l’autonomie d’être majeur·e et en appartement avant de parler de leur transidentité à leur famille et de commencer une transition. Je réalise à quel point ça peut être difficile et fatigant de devoir se cacher et faire semblant pendant des années à propos de quelque chose d’aussi important, de ne pas se sentir à sa place…

 

Faire un dévoilement (à quel moment, avec qui, dans quel contexte, de quelle façon) ou pas reste toujours ta décision. Dans les deux cas, il y a des avantages et des inconvénients. Si tu trouves difficile de choisir, tu peux peut-être faire une liste des pour et des contre de chaque option?

 

Tu nommes ta soeur et tes amis comme sources de support, je suis content·e que ces personnes soient là pour toi. 🙂 Connais-tu d’autres jeunes trans de ton âge? Il y en a beaucoup qui vivent des situations semblables. Tu n’as qu’à regarder les questions de notre site ou encore ces témoignages. Tu serais peut-être intéressé de rejoindre des groupes Facebook secrets pour personnes trans ou des chaînes Discord. Il y a aussi les associations membres de la Fédération trans et intersexe de France ou de l’Association Nationale Transgenre (ANT) qui tienne des activités en ligne et en personne.

 

Sinon, est-ce qu’il y a des adultes de ton école ou de ton entourage à qui tu peux faire confiance et qui respecterait ta confidentialité au besoin? Des ami·e·s en ligne ou en personne? Que tu choisisses de faire un coming out ou non, je crois que ça serait important que tu aies des gens à qui te confier et parler de ce que tu ressens sans te faire juger.

 

De façon générale, je t’encourage aussi à faire des choses qui te font du bien, qui te rendent heureux ou te permettent de te distraire. Aimes-tu l’art, l’écriture, le sport, le bénévolat? C’est utile d’avoir une activité ou un endroit qui nous sert de refuge quand la vie est plus difficile.

 

Enfin, si les choses ne sont pas comme tu aimerais ou aurais besoin en ce moment, essaye de garder espoir qu’elles peuvent changer un jour. Je connais un·e jeune trans qui a vécu beaucoup de difficultés à l’école et avec sa famille, le mois prochain iel aura 18 ans et son premier rendez-vous pour obtenir de la testostérone le mois prochain. Moi même j’ai eu une adolescence malheureuse et solitaire et ma vie aujourd’hui est diamétralement à l’opposée. Avoir des rêves et des aspirations peut nous aider à continuer quand nos épaules sont plus lourdes.

 

Je sais que je n’ai pas de solution magique ou de marche à suivre. Je veux sincèrement le meilleur pour toi, ton bonheur, ta santé et ton bien-être. Je pense que c’est à toi de déterminer ce que ça veut dire et comment y arriver. Je comprends qu’il y a des obstacles et des barrières sur ton chemin, j’ai confiance que tu sauras les surmonter.

 

Tu peux nous écrire à nouveau si tu as besoin ou envie!

 

Au revoir Tom 🙂

 

Maxime, intervenant·e pour AlterHéros

Iel/they/them, accords neutres


About Maxim-e

Impliqué‧e dans le milieu communautaire 2SLGBQTIA+ depuis plusieurs années, Maxim·e a une place spéciale dans son coeur pour les jeunes de la diversité sexuelle et de genre. C'est ce qui l'a poussé à entamer un Baccalauréat en sexologie à l'UQAM. Iel s'engage à améliorer l'inclusion et la célébration des diversités, des trajectoires atypiques et de touste celleux qui ne rentrent pas dans les cases. Plus récemment, iel commence à s'intéresser à la santé mentale, au self-care, à l'abolition du capitalisme et au repos une fois de temps en temps. Fervent‧e amateur‧e de pluie, ses couleurs préférées sont le gris et les arcs-en-ciel.

Leave a comment