Ma copine a vécu des choses difficiles et j’ai toujours l’impression de marcher sur des oeufs…


Merci de continuer à me guider, ca m’aide à me garder les pieds sur terre (pas dans le sens de suicide, dans le sens de dans le concret) et à faire des réflexions. En même temps je m’excuse parce que ca doit prendre beaucoup de temps me lire et me répondre et ca veut dire que ca vous fait moins de possibilités pour donner de l’aide aux autres personnes qui écrivent sur votre site. Je comprendrais qu’il faudrait que vous arrêtiez de mettre du temps sur mon cas. Vous m’avez déjà écrit beaucoup.
Je ne sais pas comment me placer en ce moment. Je vais faire les deux colonnes et prendre du temps pour penser. C’est vrai qu’il y a eu des choses plusieurs fois qui étaient pas éclairé + enthousiaste + libre… Mais je ne suis pas sûre que c’était clair pour ma copine sinon elle aurait pas fait ca. Je ne sais pas comment lui dire par contre c’est sûr qu’elle va se sentir attaquée et comme une mauvaise personne criminelle… Je ne veux pas jouer à la victime et la torturer de culpabilité.. je voudrais juste….. que des choses soient différentes et ne se passent plus comme ca a déjà été? Et c’est dur d’y repenser en fait. Vue comme ca ca me donne des mauvaises émotions qui débordent et sont paralysantes. Ca va me prendre du temps je crois. Tout en même temps c’est trop.
J’ai regardé le shéma et ca m’a faite penser que des fois je ne sais pas ce qui vient de ma propre faute et ce qui est exagéré. Je sais que ma copine a vécu des choses très difficiles dans le passé et qu’elle a beaucoup besoin de sécurité pour avoir confiance. J’ai envie qu’elle se sente bien et en confiance. Je veux lui donner ca mais des fois je trouve que ca fait beaucoup. Mais je me sens mal de dire ca ou de la faire sentir lourde. Mais en même temps des fois je ne me sens pas à la hauteur ou toujours en train de faire très très attention et que c’est fragile. Les relations demandent de s’impliquer c’est sûr et moi aussi je demande des efforts des fois. Mais je ne sais pas si c’est égal. Ou si c’est juste égoïste de tenir des comptes et que j’ajoute de la pression dans la relation. Je ne veux pas être comme les autres personnes qui l’ont déçu ou qui ont l’ont abandonné ou trahi. Etre blessée ca l’a fait agir différente (comme dire que toutes les lesbiennes de la ville apprendront comment je suis dans la sexualité et la nudité et ne voudront pas de moi, de montrer des textos intimes ou des photos en culotte et camisole seulement, de faire savoir ce que j’ai fait de facon manière timidite et maladroite parce que je n’ai pas beaucoup d’expériences…) et après elle s’excuse pas mal toujours et dit que c’était que du vent mais c’est compliqué à jongler.
Pour des détails de la communication difficile, voici des bouts compliqués. Pour que ca soit plus facile à suivre, je vais mettre des “noms”. Julie c’est ma copine. Jean-Seb c’est mon meilleur ami que ca ne dérange pas les détails du corps de son amoureuse. Sarah c’est son amoureuse à lui. Michaël c’est mon autre meilleur ami qui est lui célibataire.
Je ne me suis pas beaucoup sentie soulagée parce que même si ca faisait du bien de dire des choses difficiles ca n’a pas l’air d’avoir résonné vraiment (avec les amis oui, mais pas beaucoup avec Julie) ou l’air d’avoir pris. Peut être que ca va prendre du temps avant que Julie encaisse ce qu’elle n’a pas aimé entendre. Mais pour le moment elle avait l’air sur la défensive ou bien encore de dévier les sujets vers des choses que je ne fais pas bien comme pour annuler ce que je n’aime pas qui se passe. Ou encore de faire comme si on n’avait jamais parlé de rien et que tout va 100% parfait et qu’on peut planifier des nouveaux projets ou activités et c’est tout. Ca m’a laissé un mauvais arrière-goût par après certaines des choses que je me suis excusée. Sur le coup ca faisait du sens mais après pas nécessairement en fait en y repensant. J’ai fini par m’excuser entre autre de dire que des choses me dérangeaient, d’avoir parlé de notre vie intime à d’autres personnes, de l’avoir mal fait paraître devant mes amis et de pas assez faire d’efforts pour qu’elle soit bien inclue dans mon entourage. De ne pas faire assez d’efforts pour qu’elle ait confiance en moi et sente qu’elle me plaît .je veux ca mais il me semble que j’en fait plein des efforts, juste dans un autre domaine que me maquiller ou me mettre féminine féminine ou épiler plus que mes jambes, faire la fête jusque tard avec ses amies ou encore la prioriser chaque fois qu’elle veut quelque chose en même temps que j’ai d’autres projets et la défendre devant mes amis en montrant que je suis d’accord avec elle et ses opinions même quand je ne suis pas vendue aux idées.
Aussi je ne suis pas sûre pour un point si je me sens mal. Après votre premier message, j’avais la tête mélangée alors j’ai parlé plus avec Michaël, Jean-Seb et Sarah (et Julie a pas aimé ça). Les trois ils pensaient plus comme vous par rapport à mon corps et à ce qui est normal. Mais je me sentais quand même insécure donc j’ai fini par me montrer nue devant eux et ils m’ont beaucoup rassurée que j’étais vraiment ok physiquement, pas anormale du tout, que je sens correct, etc. Sarah m’a montré aussi son corps pour que je vois des similarités dans ce qui me rendait stressée. On a aussi tapé des femmes nues sur google pour voir plusieurs sortes de corps. Pas des images pornographiques (je ne vous mens pas, sérieusement! en plus ca aurait risqué d’être plus décourageant), des expositions de photos de portraits sur la diversité des formes.
J’en ai parlé à Julie et elle était vraiment vraiment fâchée. Je comprends que ca lui fait bizz, mais ce n’était pas du tout sexuel ni même sensuel. Ca faisait juste du bien de me sentir acceptée et comme si je faisais partie de quelque chose de chaleureux. Julie dit que c’est comme si je l’avais trompée, que je faisais exprès d’être “agace” pour avoir de l’attention et pour la rendre jalouse ou encore que je me faisais avoir par mes amis pervers. Mais ca faisait du bien qu’on parle avec mes amis et c’est vrai que ca faisait du bien et soulageant après qu’ils disent des choses rassurantes sur mon corps, mais c’était pas un contexte excitant ou sexuel. C’était juste comme… Je ne sais pas comment dire. Oui, ca me donnait un regard que j’aurais voulu que ma copine ait sur moi et que j’avais pas. Mais on ne s’est pas touchés, ca n’a pas duré longtemps (vs on a parlé pendant des heures de comment je me sentais), ca ne me semblait pas vicieux ou quoi que ce soit. Juste comme descriptif et rassurant. Pour moi c’était une expérience affectueuse, pas sexuelle et c’était très bien comme ça. Mais ca ne se fait pas vraiment de se montrer toute nue à d’autres gens si on a une blonde… Je me sens mal et mêlée par rapport à ca. C’est vrai que je ne peux pas demander qu’elle me fasse confiance si je fais des choses intimes avec d’autres personnes sans permission. Mais aussi c’était intime amical alors je ne sais plus. Julie est super fâchée et est beaucoup revenue sur ça même si des fois elle disait qu’elle était “over it”. Je vois qu’elle est blessée et je me sens mal. Elle fait des commentaires comme des piques ou des blagues que dans le fond je pense pas qu’elle pense que c’est drôle. Mais en même temps plus elle me dit que je vais la repousser et la rejeter, plus je la rassure mais à force des fois je suis fatiguée de devoir me défendre sur mes intentions et je ne sais pas comment faire pour qu’on aille de l’avant.
Elle me répète que ce n’est pas correct ce que j’ai fait. Que je n’avais pas le droit de parler de notre intimité à d’autres personnes parce que ca viole sa confiance. Que c’était “slutty” et indigne de confiance parce que j’ai été nue devant des amis, comme pour les séduire ou la rendre jalouse. Mais en fait, Michaël et moi on se connaît depuis pratiquement toujours. On n’a jamais eu de flirt entre nous. Jusqu’à la puberté nos parents nous laissaient prendre notre bain ensemble. Avant que notre corps change on avait l’habitude de faire des activités tout nus ou en partie nus ensemble (se baigner, prendre le soleil au chalet, etc.), juste parce que c’est confortable, pas pour s’observer ou s’exciter. On ne se posait même pas la question. C’est pour ca que je me sentais à l’aise avec lui, on avait un passé commun d’être à l’aise ensemble. En plus je sais qu’il est fou amoureux d’une autre fille et nous on est comme de la famille alors je me disais que c’était moins grave que ca en a l’air. Alors que Julie trouve ça tellement évident qu’on essaie de se séduire… Par rapport à Jean-Seb aussi. Mais on est des meilleurs amis depuis des années, on n’a jamais voulu d’une histoire d’amour et de sexe ensemble. c’est super clair pour nous. On a l’habitude de partager beaucoup de ce qu’on vit, on n’a jamais eu vraiment de secrets. Julie aimait pas trop ca non plus alors je parle de moins de choses intimes avec Jean-Seb pour respecter son intimité mais lui il voit ca comme un recul. C’est entre autre le début de tensions entre eux, ils ne se sont jamais beaucoup entendus parce que les deux ont l’air de penser que ma relation avec l’autre empiète sur la leur et que l’autre exagère dans ce qu’on partage ou non. Mais il y n’a rien de plus que de l’amitié entre Jean-Seb et moi. Il a jamais été déplacé non plus ou essayé de créer de la proximité sexuelle. Et il est super bien avec son amoureuse et dévoué à elle. Et finalement, Julie dit que même si je n’ai jamais été attirée envers des gars c’est quand même inacceptable parce que j’ai vu Sarah et elle m’a vu. Mais Sarah elle s’en fout de ma nudité et pas en mode de séduction, juste de compréhension et de réconfort. Je comprends un peu pourquoi ca dérange Julie mais en même temps j’arrive pas à expliquer exactement mais je trouve ca injuste que ca retombe sur ma faute comme si c’était très grave. Mais aussi plus j’ai l’impression de me m’expliquer et me justifier, plus je me dis que ca a l’air louche et que j’ai l’air de me défendre ou de cacher de la culpabilité ou du déni….Alors je me demande si j’essaie de me convaincre parce que c’est mal mais que je veux pas l’assumer?
Je trouve ca frustrant aussi pace que ca relance d’autres fois ou j’ai fait des choses que je trouve pas si pires mais qui ont beaucoup dérangé Julie. Comme de pas l’avertir avant de faire des soirées avec mes amis ou qu’elle ne soit pas invitée. On n’habite pas ensemble donc je ne trouve pas ca grave de faire des choses de mon côté des fois, ce n’est pas comme si elle m’attendait à la maison pour souper. Je comprends qu’elle peut se sentir toute seule et je me sens mal de ca mais on dirait que je ne trouve pas l’équilibre entre avoir correctement ma vie à moi et être égoïste et désengagée. Des fois je ne suis pas sûre si je fais des compromis ou bien si je plie au mauvais endroit. J’ai envie qu’on passe du temps ensemble, mais je trouve ca bizz de devoir confirmer toujours mon horaire auprès d’elle ou qu’elle boude quand je vais faire des choses sans elle (parce que ca ne lui tente pas ou qu’elle n’est pas nécessairement invitée). Je comprends qu’elle ne se sente pas soutenue quand je choisis de ne pas faire des choses avec elle quand elle en a envie. Et Des fois je ne sais pas sur quel pied danser non plus parce qu’elle demande d’avoir de l’espace quand elle est de mauvaise humeur mais après elle est mécontente parce que je ne l’ai pas assez relancé et qu’elle pense que je m’en fous. Je ne sais pas comment montrer que je suis digne de confiance. Je ne lui ai jamais menti, je n’ai jamais essayé de séduire quelqu’un d’autre, je n’ai jamais entretenu de flirt, jamais eu de relation sexuelle ailleurs… Des fois je ne pense pas à l’avertir à l’avance de tout et de vérifier avec elle si c’est correct, des fois je lui reproche des choses même si je sais que ca peut lui faire de la peine…
Alors on part vers d’autres sujets que celui du début (que je voudrais sentir que mon corps est assez bien, que je voudrais qu’elle me dise plus qu’elle me trouve belle et qu’elle me câline gratuitement et pas juste de la façon qu’elle aime elle). On se dispute sur notre horaire, sur nos liens avec nos amis, sur faire sentir l’autre coupable, sur vouloir ou pas vouloir avoir certaines discussions, sur faire entrer d’autres gens dans notre vie personnelle en racontant certaines choses, sur des intentions “secrètes”, sur demander beaucoup d’explications vs pas être digne de confiance et avoir l’air de cacher des choses … Je ne vois pas trop par quel morceau commencer à nous démêler.
Merci de ce que vous faites. Je m’excuse d’avoir evoyé beaucoup de mots!

Bonjour M-E!
Nous sommes très contentes que tu nous écrives à nouveau. Ne t’excuse pas de prendre de notre temps, ce qui nous importe est que tu te sentes mieux. Je comprends que tu veux démêler ce qui se passe dans ta relation en ce moment alors je reviendrai plus en profondeur sur quelques situations que tu abordes.
Tu réalises que tu n’as peut-être pas consenti de façon libre+éclairée+enthousiaste à chaque fois avec ta copine. Tu crains qu’elle se sente mal et coupable si tu soulèves ce problème, car elle ne serait pas consciente du tort fait. Il y a des moyens plus subtils de discuter de consentement, moins intimidants que de confronter son ou sa partenaire. Tu pourrais l’inviter à discuter de ce que vous aimez comme pratiques sexuelles, échanger ce qui vous plait, autant que ce qui vous déplait. D’ailleurs, c’est important de se tenir au courant des préférences et des limites de l’autre. Ça pourrait être une façon moins directe d’aborder le sujet.
Si tu souhaites assurer votre consentement dans le futur, tu pourrais l’initier au concept de safe word (mot de sécurité). Le safe word nous vient de la communauté BDSM, où les pratiques sont régulièrement validées pendant l’acte sexuel. Les partenaires s’entendent sur un safe word à prononcer quand la relation sexuelle, ou l’acte en cours, devient déplaisant. Il peut s’agir d’un seul mot anodin choisi par les partenaires. Certain.es utilisent le système de
lumières rouge-jaune-vert, pour signaler quand tu te sens encore bien, quand tu es inconfortable et quand ça doit arrêter.
De plus, tu mentionnes que lorsque vous discutez, elle change souvent de sujet ou ignore complètement la problématique. Julie semble faire de l’évitement. L’évitement est un mécanisme de défense qui peut être conscient ou inconscient qui vise à fuir une situation ou émotion provoquant de l’anxiété. Ça peut être difficile de communiquer avec une personne qui annule tes commentaires et fait semblant que rien ne s’est discuté. Tu t’excuses d’actions dont tu ne crois pas être reprochable. Où te vois-tu dans tout ça? Ton bien-être dépend-il du fait qu’elle accepte ses torts, reconnaisse tes efforts? Il peut être essoufflant d’avoir ces attentes auprès d’une personne évitante.

Je comprends qu’elle a eu un passé difficile et tu te retrouves à marcher sur des oeufs, à avoir de la difficulté à calculer si les efforts sont égaux. Tu es bien intentionnée de vouloir la faire sentir en confiance, mais tu as l’impression de faire plus d’effort qu’elle pour maintenir la relation plaisante. Quand elle est blessée, elle répond par des menaces, t’humilie, te menace de dévoiler des informations et photos intimes. Ça ne me semble pas une réaction saine, peu importe sa souffrance, qu’en penses-tu? D’ailleurs, le partage non consensuel de photos intimes est illégal, et c’est d’ailleurs un crime de posséder une photo intime d’une personne mineure (pornographie juvénile). Si jamais elle partage tes photos intimes, voici AidezMoiSVP. Les intervenant.es peuvent t’aider à faire retirer la photo en question si jamais la menace se concrétise. Le site est intéressant à consulter si tu as d’autres questions à ce sujet.
Je te partage aussi ce feuillet qui s’adresse aux parents, mais qui peut t’être aussi utile pour comprendre les enjeux qui tournent autour de cette menace. Je comprends de ta situation que tu fais des efforts pour éviter de la blesser, qu’elle ne se sente pas trahie ou abandonnée. Ces efforts sont bienveillants, mais aussi viennent te protéger en quelque sorte de ses menaces. Tu n’as pas à faire ces efforts, que je comprends unidirectionnels, pour éviter qu’on vienne à l’encontre de ton intégrité et ta sécurité. Les informations qu’elle dit vouloir divulguer sont très importantes et peuvent te causer beaucoup de tort. Je saisis tout à fait l’empathie que tu as à son égard, mais ce qu’elle dit en étant blessée me semble malveillant, n’est pas à ignorer ni prendre à la légère. Même si elle ne passe pas à l’acte sur ses menaces, tu peux parler à des intervenant.es de SOS Violence Conjugale (1 800 363-9010) ou appeler Jeunesse, J’écoute (1-800-668-6868) pour en parler de vive voix. En somme, peu importe ses expériences passées difficiles, ça ne justifie pas les actions qu’elle fait ou te menace de faire, qui pourraient être même illégales.
Je comprends que tu as eu l’occasion de dévoiler des parties de ton corps à des ami.es afin d’être validée si ton corps était normal. Il n’y a jamais eu de flirt, d’intérêt romantique ou sexuel entre toi et ces personnes, mais ta copine a été froissée par le geste. Tu te demandes si tu essaies de te convaincre que ce n’est pas mal pour éviter de l’assumer. Je ne peux répondre à cette question bien évidemment. Je te conseille toutefois de ne pas être trop dure avec toi-même et d’écouter ton coeur. Montrer sa nudité à d’autres dans une relation monogame exclusive peut en effet blesser le ou la partenaire, mais je comprends ton intention et ton désir de te sentir validée. Je t’encourage à être honnête, à bien délimiter vos attentes et limites dans le couple et ne pas endurer des blagues et reproches blessants.
Julie semble dérangée de tes sorties avec tes ami.es, se sent délaissée et souhaite que tu lui confirmes ton horaire. Autrement, elle boude, ne se sent pas soutenue. Tu as de la difficulté à jongler entre lui donner de l’espace, mais aussi être attentive. Te sens-tu étouffée, contrôlée dans ces situations? Son implication dépasse-t-elle les limites de ta bulle personnelle? Il est tout à fait normal sain et souhaitable que tu entretiennes des amitiés qui te font plaisir en dehors de ton couple. À toi de délimiter quand ses demandes prennent trop de place.
Je conçois que tu nous écris afin de démêler ce qui se passe de mal avec ta copine. C’est pourquoi je t’ai encouragée, pour toi-même, à composer une liste de ce que tu aimes et n’aimes pas dans la relation. Voici quelques questions qui pourraient t’orienter dans ta prise de décision. Dans une relation saine, on retrouve des signes positifs comme l’honnêteté, le sentiment de sécurité, le respect, le soutien, la bonne communication et plusieurs autres aspects positifs d’une relation de couple. Voici quelques questions que tu pourrais te poser à savoir si ta relation avec Julie est saine : sens-tu que tu peux être toi même en présence de Julie ? Lors de discussions avec Julie, est-ce que tu es capable de lui parler honnêtement et crois-tu qu’elle est honnête avec toi également ? Est-ce que dans votre relation le « pouvoir » est réparti également entre vous deux, que la relation est équitable ? Est-ce que tu te sens soutenue par Julie ? Dans une relation malsaine, l’on retrouve des signes négatifs comme la violence psychologique ou physique, le contrôle, l’humiliation, la pression et l’imprévisibilité.

Voici quelques questions que tu pourrais te poser à savoir si ta relation avec Julie serait davantage malsaine : sens-tu que parfois tu essaies de changer, de t’effacer pour plaire à Julie ou afin de répondre à ces critiques négatives ? Est-ce que tu sens que Julie essaie de contrôler certains aspects de ta vie privée comme ton cercle d’ami.e.s, ou même ta famille ? Est-ce que Julie t’insulte ou te rabaisse sur une base régulière et même devant les gens ? Est-ce que tu ressens une pression sur tes épaules afin de plaire à Julie ou de ne pas causer une situation qui pourrait la mettre de mauvaise humeur ou créer une chicane ? Seulement toi peux juger si tu te sens bien avec Julie. Il faut aussi considérer, dans ta liste, le poids des pours et contres. Je m’explique: imagine une liste ayant 15 pours et 15 contres. Bien que numériquement les deux côtés s’équivalent, un excellent sens de l’humour ne fait pas le poids contre des menaces de ruiner la réputation. Au contraire, les valeurs comme l’honnêteté et la générosité sont plus importantes qu’une mauvaise haleine!
Tu pourrais te demander si la relation doit continuer, ou encore comment la faire continuer. Dans les deux cas, il t’appartient d’évaluer si les différences sont surmontables, si les compromis sont possibles, si les éléments positifs de la relation pèsent plus que les éléments négatifs. Essaie de penser à toi à travers tout ça, de te faire respecter (surtout!) et de rester fidèle à toi-même.
Nous espérons avoir démêlé certains questionnements que tu avais sur le coeur. N’hésite pas à nous écrire à nouveau si des éléments restent à être adressés.

Fanny et Chloé, bénévoles pour AlterHéros

Voici quelques ressources supplémentaires pour toi:
Centre de Solidarité Lesbienne
Jeunesse, J’écoute: relations saines et relations malsaines

About ChloéH

Chloé a complété un Baccalauréat en Sciences biomédicales. Malgré son parcours scolaire plutôt médical, la relation d'aide l'a toujours attirée. Elle est passionnée de jeux de société, de café et adore plus que tout siroter une bonne coupe de vin entres ami.e.s !

Leave a comment