Ma copine a été violée et n’éprouve plus aucun plaisir


ma copine a été violée a 17 ans et depuis elle n’éprouve aucun plaisir a faire l’amour avec moi. Même lorsque je fais tous les préliminaires du monde encore moins quand je la pénètre.aidez moi s’il vous plait car j’ai peur de la perdre parce que je ne peux pas la satisfaire sexuellement. merci
étienne

Bonjour Étienne

Je voudrais d’abord te remercier de t’être adressé à nous pour ton questionnement. En effet, à la suite d’un évènement traumatisant sexuellement, il n’est pas rare qu’une personnes ait de la difficulté à avoir des relations sexuelles et intimes de nouveau avec son/sa partenaire. En fait, se faire violer bouleverse habituellement l’image que la personne a d’elle-même et ce bouleversement amène souvent beaucoup de conséquences aux niveaux psychologique et sexuel. Ainsi, au niveau sexuel, plusieurs personnes développent une peur inconsciente des rapports sexuels qui se combine parfois à l’impossibilité d’éprouver des sensations agréables dans les rapports sexuels.

Certaines personnes victimes d’abus sexuels se sentent « sales » ou encore « souillées ». Elles ont également tendance à refuser les rapports sexuels équivalents à ce qui s’est passé lors de l’agression sexuelle. Ces « blocages » sexuels ne sont donc pas reliés aux aptitudes qu’a le ou la partenaire de faire plaisir à sa copine ou encore à l’amour que porte la copine pour son ou sa partenaire. Ils représentent en fait une réaction et une conséquence au traumatisme vécu.

En plus des conséquences au niveau sexuel, des conséquences d’ordre psychologiques sont également associées à un abus sexuel. La conséquence la plus importante selon moi étant le sentiment de honte et de culpabilité éprouvé suite à l’agression sexuelle. En effet, plusieurs victimes des violences sexuelles vivent cette expérience de façon profondément humiliante ce qui les amènent souvent à être perturbées par un sentiment de culpabilité, de honte et de colère. Ces sentiments peuvent être très difficile à vivre pour la personne et cela prend souvent beaucoup de temps avant que celle-ci puisse faire sens avec l’expérience traumatisante qu’elle a vécu.

Les conséquences psychologiques et sexuelles peuvent être difficile à vivre autant pour la personne elle-même que pour le ou la partenaire. Il n’est jamais facile de faire face au fait que notre conjoint(e) puisse être réticent(e) devant les relations sexuelles. En effet, il est facile de se sentir incompétent(e) ou incapable d’être à la hauteur de la situation. Ces sentiments sont normaux et tout à fait compréhensibles.

Il est par ailleurs, très important je crois que tu puisses parler de ce que tu vis à ta copine. Lui as-tu déjà parlé de tes craintes de la perdre, de ta peur que tu éprouves de ne plus être capable de la satisfaire sexuellement? En ce sens, il est également très important je crois que vous puissiez vous parlez, toi et ta copine, de comment elle vit ses rapports sexuels avec toi. Se sent-elle prête à avoir de nouveau des rapport sexuels? Se sent-elle suffisamment en confiance? Il est important selon moi, lors de ces discussions d’être très compréhensif et surtout d’éviter tout ce qu’elle pourrait interpréter comme des pressions d’ordre sexuel puisque ta copine risque peut-être de vivre ces pressions comme un rappel de son agression.

Les conséquences d’un abus sexuel ne sont jamais facile à vivre, et ce autant pour la personne qui a subi l’agression que pour le ou la partenaire. Il ne faut pas oublier qu’une telle agression bouleverse généralement l’image que la personne a d’elle-même, sa confiance en elle, son amour-propre et plus généralement la confiance qu’elle a face aux autres et cela peut parfois prendre des années avant que celle-ci puisse surmonter ces sentiments négatifs. Il est donc important je crois que vous puissiez vous parler de vos sentiments et surtout de prendre le temps nécessaire et d’accepter que cela puisse peut-être prendre du temps avant que ta copine puisse se sentir à l’aise d’avoir de nouveau des rapports sexuels. N’hésitez pas à consulter un(e) sexologue au besoin pour traverser ces moments difficiles avec un accompagnement professionnel.

En espérant avoir répondu à ton questionnement. S’il y a quoi que ce soit n’hésite surtout pas à nous réécrire.

Marie-Joelle

Leave a comment