Je suis paralysé par la peur d’être gay parce que j’ai déjà ressenti du plaisir anal…


Bonjour,
Je ne sais plus quoi faire, ca fait trois mois que je suis paralysé par la peur, je marche toute la journée en ecoutant des sons relaxants et en faisant des gestes de fou pour chasser les pensées obsédante gays dans ma tete. Je vous explique.

Il y a 8 ans j’etais profondément dépressif, je vivais toujours chez ma mere, j’avais 23 ans et pas de permis, jamais eu de meuf, quasi puceau malgré le fait que je me masturbe 5 fois par jour en fantasmant sur les meufs uniquement , accro au telphone rose au point que ma mere me demande c’est quoi ces factures de telephone et je mens..J’appelle le numero de prostituees que je trouve dans les petits annonces juste pour demander ce qu’elles font et me branler en meme temps mais j’ose pas y aller en vrai. Bref pervers total mais bloqué depuis l’enfance a cause d’une timidite sociale maladive, surtout envers les femmes. Rouge comme une tomate des qu’elles me parlent…J’ai commencé a boire pour vaincre ma timidite et c’etait ,magique au debut, je devenais tellement drole et dragueur je me sentais a l’aise et je reussissais a emballer un peu c’etait exitant mais le lendemain terrible gene je n’ai plus d’alcool dans le sang.

Les années passent entre mes 18 ans et mes 23 ans et moi je deprime je panique et j’abandonne pour un rien. Alors si a 18 ans j’etais deprimé d’etre en retard sur les autres au niveau des experiences a 23 c’etait clinique et j’aurais du consulter mais non j’ai préféré repousser tout le monde j’esperais mourir parfois, j’avais tellement honte de ma vie, j’etais incapable de vivre de passer le permis d’avoir une meuf, trop honte a 23 ans d’en avoir quasi jamais eu. Je precise que je me suis depucele avec une fille, saoul biensur et c’etait bof j’ai menti en disant que je l’avais deja fais j’ai bandé mais ejac precoce. La classe a Dallas. Donc ca m’a pas sorti de la deprime et de l’alcool. Je vivais donc chez ma mere a me branler litteralement tous les jours, cam girls aussi je claque ma thune. J’ai arrete les etudes pas de job, vie finit et un jour je me branle et je teste de ressentir quelque chose niveau prostate, je le fais en stimulant par la pensée je joui bizarrement pas de plaisir intense mais comme si un mirroir représentant ma virilité se brise dans ma tete, et apres panique a bord. Je suis devenu gay??? toutes les sensations nerveuses semblent inversé vers le cul au lieu du gland. Panique totale, moi deja depressif me voila devenu gay??? a partir de la le toc gay etait né et 8 ans plus tard n’est jamais parti totalment. Parfois disparition pendant 3 ans meme! Mais toujours une petite gene.

Je vis a madagascar maintenant et je suis marié a ma femme depuis 2 ans je l’aime et nous baisons minimum 3 fois par semaiine si ce n’est tous les jours. Preuve que le toc est parti assez longtemps pour que je rencontre une femme et que j’oubli cette peur. Mais en période de stress sensation dans les fesses et le toc reapparait, peur de me faire violer, peur des chaises, des hommes, impossible de les croiser j’evite meme de regarder film, series, photos, toutes forme phallique me fait peur, meme une foutue banane, je sers les fesse a longeur de journée , j’ai peur de tout ce qui pourrait potentiellement m’enculer,meme un animal, meme un membre de ma famille bordel, vous imaginez le malaise que je ressens? malaise totale. Je ne peux plus RIEN faire, pas de repi depuis trois mois, pensées obsédantes, images de moi castratrices et degradante maintenant reve ou cauchemard ou ca y est je suis devenu gay . Je precise que j’en ai parlé a ma femme et elle m’a rassuré qu’elle etait sure que je n’etais pas gay et que personne allait me violer mais ca n’empeche que cette sensation ne pars pas,j’ai peur de ne plus avoir peur de le devenir, c’est horrible meme les reves. Les images de moi a quatre pattes ca me traumatise, je pense au suicide . Je suis tjs autant accro a la biere et je bois plus pour ne pas rever qu’autre chose. J’ai peur de moi meme, cette sensation me castre vraiment pas dans le sens ou je ne bande plus mais comme si je ne suis plus un homme je baisse les yeux. Je précise que pendant ses 8 ans de toc jamais j’ai eu envie de me tester trop loin mais j’ai remarqué recemment que si je laisse la pensée me dominer et que je fais un faux coming out dans ma tete, la ca se calme et je me rends compte que ‘l’envie qui m’effrayait n’en etait pas vraiment une et elle disparait aussitot mais que c’est difficile d’assumer de telles images. J’ai vraiment peur de devenir gay passif, le pire du pire mon pire cauchemard. Ces tocs ne m’empeche pour l’instant pas de faire l’amour a ma femme je me branle toujours et mon desir pour les femmes n’a pas disparue mais il y a une gene parfois au moment de jouir, ma tete est panique a l’idee que je ressente des trucs au cul meme quand je la baise et du coup ya du plaisir mais c’est moins bien. Par contre belles erections et a une vitesse impressionante comme si je suis tellement obnibulé par mes peurs que mon sexe est en mode auto pilote c’est fou. Elle se met nue et boom. Je ne comprends pas serieux. Je n’ose pas lui tourner le dos a elle alors qu’elle n’a meme pas de bite c’est completement con

C’est mada ici pas de psy j’ai peur serieux 90 jours sans pause de panique totale je suis epuisé je ne veux pas devenir bi ou bi curieux pk ca ne part plus?

Truegrift

Bonjour Truegrift,

Si je comprends bien, tu dis avoir découvert une forme de plaisir lorsque tu penses au sexe anal et tu ressens des sensations intenses à l’idée de stimuler ton orifice anal. Cette pensée te hante et tu ne sais pas comment gérer cette envie parce que tu as peur d’être homosexuel, bi ou bi-curieux.

Tout d’abord, je tiens à souligner que tu fais bien d’avoir partagé avec ta femme (et avec nous) cette pensée que tu as de la difficulté à comprendre. La sexualité est un vaste domaine à découvrir et il existe un nombre incalculable de fantasmes. Les fantasmes sont des images, des représentations, des idées imaginaires permettant à une personne de visualiser des scénarios plus ou moins excitants permettant de stimuler sa vie sexuelle. De ce fait, ils ne devraient pas être angoissants ou honteux puisqu’ils ne mettent pas en danger la vie d’autrui, ni la tienne et qu’ils permettent de vivre une belle vie sexuelle.

Dans ton cas, tes fantasmes semblent te poser problème au sens où ils semblent nuire à ton épanouissement puisqu’ils t’envahissent quotidiennement et te font avoir des idées délirantes, sombres et suicidaires, telles que la peur du viol par une banane ou une chaise, ou par un membre de ta familleTu sembles avoir de la difficulté à vivre avec le fait d’être enclin à avoir une pratique sexuelle impliquant la stimulation de ton orifice anal ou de ta prostate (une courte vidéo sur ce site t’expliquera ce qu’est la prostate, rien de choquant)Tu dis que tu penses sans cesse à cette pratique et que ça t’oblige à « serrer les fesses » en permanence. Je comprends que cela puisse être angoissant et stressant de vivre dans ces conditions, cela ne doit pas être reposant. Cependant, j’aimerais discuter avec toi d’une chose très importante, je voudrais t’apporter un point de vue sur le plaisir anal et sur la simulation de la prostate pour te rassurer. En effet, cette pratique sexuelle est très répandue puisque l’anus est une zone très érogène et très riche en terminaisons nerveuses, il s’agit donc d’une zone très sensible, très réactive et sujette au plaisir orgasmique. Aussi, je tiens à te préciser que nombreux sont les hommes hétérosexuels aimant profiter de ce plaisir en solitaire ou en demandant régulièrement à leur partenaire intime de stimuler cette partie de leur corps afin de décupler et varier les plaisirs et les orgasmesIl n’y aucun rapport avec la virilité ou le fait d’être homosexuel, bisexuel ou bi-curieux, il s’agit seulement de partir à la découverte de son propre corps. Il est très sain, curieux et positif d’explorer ces parties tout en faisant attention aux infections transmissibles par le sexe et par le sangIl n’y a aucun problème avec cette pratique, même si parfois elle peut être tabou pour certaines personnes, certains hommes n’osent pas en parler par peur ou honte.

Aussi, je te suggère de lire toutes les informations suivantes afin de comprendre comment fonctionne le plaisir anal et comment le pratiquer :

Je te propose aussi d’en discuter avec ta femme si elle est ouverte à cette conversation : l’honnêteté est toujours une bonne option, il n’y a aucune honte à penser à ça. Penses-tu être capable de lui confier cette envie ? Tu peux aussi le pratiquer en solitaire si elle n’est pas intéressée par l’expérience, il faut respecter son choix bien entendu. J’ajouterais qu’il existe de nombreux jouets sexuels conçus spécifiquement pour cette pratique, ils se commandent en ligne anonymement, n’est ce pas une bonne nouvelle ?! 🙂 Je te recommande de bien lire les indications avant de te lancer dans cette pratique, comme je te l’ai dit plus haut, cette zone est sensible et peut avoir tendance à être fragile, il faut y aller à son propre rythme, nous sommes tous différents, aucun jugement 🙂

D’ailleurs, pour en revenir à l’homosexualité, il s’agit d’une attirance sexuelle, sensuelle et/ou romantique entre personnes de même sexe, c’est une orientation sexuelle très répandue et très saine. Les personnes homosexuelles n’ont aucunement le monopole de la sexualité anale ! Plusieurs hommes homosexuels n’apprécient pas le sexe anal, alors que plusieurs hommes hétérosexuels peuvent apprécier le sexe anal. Aimer ou non le sexe anal n’est en aucun cas un signe de son orientation sexuelle. Il existe de nombreuses façons de vivre sa vie sexuelle, toutes les personnes ont des goûts différents, il y en a qui aime bien le chocolat tandis que d’autres préfèrent la vanille, ou les deux 😉 Chacun est libre de faire ce qu’il veut, quand il veut, avec qui il veut, tant que le consentement est respecté, c’est là toute la beauté et la variété des sexualités 🙂 Je t’invite simplement à concevoir la diversité des orientations sexuelles comme étant quelque chose de positif et d’émancipateur pour les personnes concernées. À l’inverse, je t’invite également à réfléchir sur la pression sociale et les difficultés que l’on peut, inconsciemment, exercer sur les personnes homosexuelles en tenant des discours négatifs sur l’homosexualité. Puis, lorsque tu dis avoir peur de possiblement être homosexuel ou bisexuel, pourquoi ressens-tu cette peur ? De quoi as-tu exactement peur ? Par ailleurs, tu fais référence à ta masculinité dans ton texte. Que signifie pour toi, être masculin ? La masculinité n’est pas uniquement réservée aux hommes hétérosexuels : chaque personne, peu importe son orientation sexuelle, est libre de définir comme elle le veut la façon dont elle désire exprimer et vivre sa masculinité. Conséquemment, le fait d’apprécier la sexualité anale ne remet aucunement en question la masculinité de personne. 

J’espère que ces informations t’aideront à y voir plus clair et te feront comprendre qu’il n’y aucun mal à explorer sa sexualité. Nous avons tous des fantasmes dans nos têtes et c’est tout à fait sain, le sexe est souvent quelque chose que l’on aime garder pour soi puisqu’il s’agit d’intimité, on préfère le garder dans un espace privé et ne l’exposer publiquement. Mais tu n’as pas besoin de te rendre malade à cause de cette idée, la vie est belle, il faut en profiter. Et si ça doit passepar un doigt dans les fesses, pourquoi pas, qu’en penses-tu ? 😉

Je te souhaite une bonne continuation, n’hésite pas à nous écrire s’il y a encore des doutes qui persistent, merci pour ta confiance 🙂


About Marlène

Marlène est féministe et projette de poursuivre ses études en travail social à l'Université du Québec à Montréal. Elle aime les jeux et partir à l'aventure. Elle rêve d'un monde harmonieux et juste.

Leave a comment