Je ne sais pas si je suis genderfluid? Est-ce grâce aux paroles qui se libèrent sur les réseaux?


Voilà ça fait quelques temps que je comprends certaines choses pour moi. Il y a plusieurs moi de ça, j’ai cru être bisexuelle puis grâce à l’ouverture d’esprit sur les réseaux, j’ai compris que j’étais pansexuelle. Je me sens bien dans mon orientation que j’ai compris récemment. Mais maintenant, certains jours je ne veux pas voir ma poitrine alors je mets une brassière sportive qui cache ces formes. Malgré tout je me sens bien dans mon cors la plus part du temps. Mais parfois je me réveille et je me sens différemment. J’aime m’habiller parfois très féminine et d’autres vraiment masculine. Je ne sais pas si je suis genderfluid. Je ne sais pas si on peut s’en rendre compte aussi tard que moi. J’ai déjà 20 ans et jusqu’à présent mon identité de naissance me convenait. A présent j’ai l’impression que c’est fluxtuant. Et tout ça depuis que je vois les paroles se libérer sur les réseaux car je ne connais pas personnellement de personne non-Bonaire autour de moi. Je ne sais pas si c’est la vague de libération qui me permet de me reidentifier ou si c’est seulement dans ma tête et que je suis le « mouvement ». C’est nouveau pour moi et ça me perturbe. Je ne comprends pas trop ce qui se passe en moi. Je ne comprends pas pourquoi cela se déclencherait seulement maintenant que j’ai 20 ans. Je me demande aussi si cela a pu changer des choses en moi depuis que j’ai subi des traumatismes. Si ça a perturbé mon identité de genre. Voilà merci d’avance

Emma

Salut à toi,

 

J’aimerais tout d’abord m’excuser pour le retard de la réponse, et bien sûr te remercier de nous avoir écrit et j’espère qu’elle te sera tout de même utile. Tu te questionnes à savoir si tu es gender fluid et tu te demandes s’il est possible de découvrir ton identité de genre à ton âge, est-ce que c’est bien ça?

 

Tout d’abord, j’aimerais commencer par dire qu’il n’y a pas d’âge pour explorer la façon dont on peut ressentir ou exprimer son genre. Quelques personnes sont certaines de leur identité durant l’enfance, alors que d’autres font un coming out à 60 ans, bref il n’y a pas de règle et un âge n’est pas meilleur que l’autre. De plus, questionner son identité de genre est un processus sain et tout à fait normal. L’identité de genre peut aussi souvent varier au cours de la vie, de la même façon que plusieurs autres aspects de la personnalité, des goûts changent au fur et à mesure que nous vieillissons et acquérons de nouvelles expériences. Il n’y a donc rien de bien étonnant que la façon dont tu ressentes ton genre en ce moment ne soit pas exactement la même que dans le passé. Tu te questionnes aussi à savoir si tu as été influencé.e à tort par l’information accessible récemment sur les différentes identités de genre, n’est-ce pas? Si j’étais toi, je ne m’inquièterais pas à ce sujet car les seuls effets de cette évolution sont probablement de diminuer la stigmatisation des personnes trans ou créatives dans le genre, augmenter l’accès aux services, diminuer les niveaux de violence, augmenter les connaissances sur le sujet, et, principalement, une meilleure compréhension de soi. Tu as peut-être l’impression qu’il y a plus de personnes trans en ce moment qu’il y a 10 ou 20 ans, n’est-ce pas? D’une part, ces personnes ont plus de visibilité dans la société et les médias en France et dans plusieurs pays ces dernières années, d’autre part, la baisse de la discrimination permet à plusieurs personnes trans d’envisager une transition qui aurait peut-être été impossible dans le passé. Finalement, ces nouvelles connaissances permettent à beaucoup de personnes de mettre des mots sur ce qu’iels ressentent. Il est très difficile de parler d’être gender fluid ouvertement si tu n’as jamais entendu parler d’autres personnes qui se sentent de la même façon, que tu penses être seul.e à te sentir comme ça, ou que tu n’as pas vraiment de mots pour expliquer ta réalité, qu’en penses-tu? Est-ce que tu penses que c’est ce que tu as vécu ou pas vraiment? Pour faire une comparaison, c’est un peu comme le fait qu’être gay est moins tabou aujourd’hui qu’en 1950 par exemple. Parler d’orientation sexuelle ouvertement ne va pas rendre des gens hétéros moins hétéros, si tu vois ce que je veux dire. 😉

 

Comme tu l’as sûrement compris, il n’y a que toi qui peut vraiment définir ton identité. Si tu arrives à la conclusion que tu es cisgenre (c’est-à-dire que tu t’identifies au genre qu’on t’a assigné à la naissance), c’est tout à fait correct aussi, et il n’y a rien de mal à se poser des questions, ça te permet juste de mieux te connaître. Il n’y a rien de mal à changer d’idée ou à explorer. Tu dis que tu ne connais pas de personnes non-binaires dans ton entourage. Est-ce que tu penses que ça pourrait t’éclairer de discuter avec d’autres personnes qui sont dans ta situation ou avec des personnes trans qui pourraient te parler de leurs expériences? Je sais que les rencontres en direct sont compliquées en ce moment, mais je te laisse quelques contacts d’associations qui poursuivent peut-être leurs activités virtuellement ou en différé, ainsi que quelques liens. Tu peux aussi en discuter avec des personnes de confiance, si tu as cette possibilité. Par exemple, je vois que tu habites en France, est-ce que tu connais l’association C’est Comme Ça ? Il s’agit d’une association supportant les jeunes LGBTQ+ ou en questionnement. N’hésite pas à les contacter! Tu pourras ainsi possiblement rencontrer d’autres jeunes vivant une situation similaire à la tienne. 

 

Je t’encouragerais à continuer d’explorer comment tu te sens le mieux, peu importe les mots que tu utilises pour décrire ton genre. Tu n’as pas à te mettre de pression pour trouver une étiquette qui te convienne tout de suite (ni en général) et les mots te viendront sûrement plus facilement en cernant spécifiquement les actions concrètes qui te permettent de te sentir authentique. Tu mentionnes utiliser parfois une brassière de sport pour avoir un effet plat, tu peux essayer de porter un binder si tu en as envie. Tu peux aussi explorer avec quels pronoms (elle, il, iel, etc.) tu te sens plus confortable avec des ami.e.s de confiance. Il y a plusieurs moyens pour exprimer son identité, les vêtements, les cheveux, le prénom, pour n’en nommer que les plus fréquents mais c’est vraiment toi qui peux trouver la recette qui te convient. En effet, ce n’est pas toutes les personnes non-binaires qui adoptent une expression androgyne, ce ne sont pas toutes les personnes qui sont mal à l’aise avec leur corps, certains hommes préfèrent les jupes, certaines personnes expriment leur identité via l’art… Tu peux explorer et trouver ce qui te convient, qu’en penses-tu? Si tu souhaites appronfondir tes connaissances au sujet de la non-binarité, je t’invite à consulter ce charmant blog : La vie en Queer

 

Finalement, tu disais t’inquiéter du fait que ces questionnements soudains pourraient provenir de traumatismes, est-ce bien cela? As-tu quelqu’un à qui tu as pu te confier, un.e ami.e, un.e membre de la famille ou un.e professionnel.le de la santé? Tu peux aussi bien sûr nous recontacter à ce sujet si tu sens le besoin d’en parler ou communiquer avec une ligne d’écoute si tu le souhaites. Je ne dis pas ça car je pense que c’est nécessairement en lien avec tes questionnements, mais plutôt car, comme tu le sais, c’est très important de ne pas rester seul.e face à un traumatisme, mais j’ai bien sûr confiance que tu sais bien prendre soin de toi. Je te laisse deux liens d’associations en France qui pourront t’aider au besoin : Fils Santé Jeunes & SOS Ecoute. 

Tu peux aussi explorer la section de notre site sur la non-binarité et les transidentités afin de lire sur l’expérience des autres, ce qui pourrait t’aider à mieux comprendre ce que tu vis. Tu peux aussi consulter ces différentes réponses de mes collègues qui pourraient compléter mes petits mots :

 

J’espère que cette réponse a pu t’éclairer un peu. N’hésite pas à nous réécrire et portes-toi bien. 

Solidairement,

A.b.

 


About abab

Bonjour, Je suis étudiant.e dans le domaine de la santé et il me fait plaisir de discuter avec vous.

Leave a comment