Suis-je trans, non-binaire ou genderfluid?


Bonjour ! Voilà ça fait quelques temps que je me pose des questions sur mon identité de genre . Je suis née dans le corps dit femme mais depuis peu je suis un peux perdue . Je n’ai jusqu’à présent jamais eu de problème avec ça et je n’ai pas eu comme beaucoup ces petites histoires dans l’enfance qui aurait pu mettre sur la piste. Je ne sais pas vraiment si je suis trans non binaire genderfluide je suis vraiment perdue . Je ne sais même pas par ou commencer pour savoir. Est ce juste une question pendant l’adolescence ou pas. Merci d’avance
Ambre
 

Bonjour Ambre, 

Tout d’abord, j’aimerais te remercier de ta confiance et j’en profite pour te féliciter pour ton courage. Tu as bien fait de nous écrire. L’adolescence est une période de découverte de soi où plusieurs questionnements font surface. Il est normal de se poser des questions et il peut être difficile de trouver ses repères dans une société très normative comme la nôtre. Si j’en comprends bien ta situation, tu as été assigné.e fille à la naissance et tu te questionnes aujourd’hui au sujet de ton genre. Tu te demandes si tu ne serais pas trans, non-binaire, genderfluid ou bien cisgenre.

 
Tu dis te poser des questions sur ton genre. Quelles sont ces questions? Est-ce qu’il y a un élément déclencheur qui a fait que tes questionnements ont débuté? Est-ce que tu es confortable lorsque les gens s’adressent à toi avec le pronom ”elle” par exemple? Dans la vie de tous les jours, est-ce que tu es à l’aise avec le fait d’être perçu.e comme une fille? Tu dis n’avoir jamais ressenti de problèmes concernant ton corps. Effectivement, ce ne sont pas toutes les personnes trans qui ressentent un inconfort avec leur corps ou qui ressentent le besoin de modifier certaines parties de leur corps. Le genre est d’abord et avant tout une définition très personnelle : c’est la façon dont tu te sens, intérieurement, et la façon dont tu te sens appartenir à un genre ou l’autre (femme, homme, non-binaire, etc.).
 
Pour citer la réponse de mon/ma collègue Vé : «En effet, l’identité de genre est un sentiment très personnel, profond et intime. C’est la façon dont nous nous identifions. Tu es en fait la seule et unique personne qui peut affirmer ton identité de genre et décider, si tel est ton objectif ou ta réalité, de t’engager dans un parcours de transition qui conviendrait à tes besoins. Le genre n’est pas nécessairement lié à l’expression de genre. L’expression de genre, c’est l’apparence que notre société qualifie de féminin ou de masculin, via nos vêtements, coiffure, maquillage, etc. Or, l’expression de genre est intimement lié aux stéréotypes du féminin et du masculin que nos sociétés véhiculent. Mais une fille peut bien sûr avoir un look très masculin sans pour autant se questionner sur son identité de genre, un garçon peut bien évidemment aimer porter du vernis à ongle et du maquillage et être confortable à être identifié en tant que garçon. Une personne non-binaire n’est pas obligé d’avoir un look androgyne en particulier pour être non-binaire! Ainsi, l’identité de genre et l’expression de genre sont deux composantes différentes de notre personnalité. Toutefois, pour certaines personnes trans, avoir une apparence sociale qui correspond à son identité de genre est importante, car c’est une façon d’être socialement reconnu. Pour d’autres, cet aspect de l’apparence sociale n’est pas un enjeu. Chaque expérience de chaque personne trans étant unique en soi, il est impossible de tirer un portrait unique des personnes trans.»
 

Comme tu dois t’en douter, je ne pourrais pas répondre à cette question pour toi. Par contre, je peux te donner quelques définitions et explications pour t’aider à démêler un peu les choses. Ces définitions proviennent du livre The Social Justice Advocate’s Handbook : A Guide to Gender.

-Sexe biologique (sexe assigné à la naissance): terme médical utilisé pour désigner les chromosomes, les caractéristiques hormonales et anatomiques utilisées pour classer une personne comme étant de sexe féminin ou masculin ou intersexuée. Souvent désigné simplement comme « sexe », « sexe biologique », « sexe anatomique », ou spécifiquement comme « sexe assigné à la naissance ». Souvent considéré comme binaire, mais comme il existe de nombreuses combinaisons de chromosomes, d’hormones, et de caractéristiques sexuelles primaires/secondaire, il est plus exact de le considérer comme un spectre (ce qui est plus inclusif des personnes intersexuées ainsi que des personnes trans). (Killerman, 2017)

-Identité de genre: la perception interne du genre d’une personne, comment elle s’autodésigne, dans quelle mesure elle s’aligne ou non avec ce qu’elle comprend des options de genre possibles. Les étiquettes identitaires communes incluent homme, femme, genderqueer, trans, et plus encore. Souvent confondue avec le sexe biologique ou le sexe assigné à la naissance. (Killerman, 2017)

En gros, c’est comment tu te sens, dans ta tête et dans ton coeur, et comment tu t’identifies aux caractéristiques masculines ou féminines (ou aucune!) telles que définies par la société dans laquelle tu vis.

-Expression de genre: affichage externe de son genre, à travers une combinaison de vêtements, d’attitudes, de comportements sociaux et d’autres facteurs ; se rapporte généralement à des échelles de masculinité et féminité. Aussi appelée « présentation de genre » (Killerman, 2017).

-Trans: terme parapluie couvrant un éventail d’identités qui transgressent les normes de genre socialement définies. Le mot trans avec un astérisque (trans*) est souvent utilisé sous forme écrite (non parlée) pour indiquer qu’on se réfère au sens le plus large du terme, incluant les identités non binaires ainsi que les hommes transgenres (personnes transmasculines) et les femmes transgenres (personnes transféminines) (Killerman, 2017).

Généralement, les personnes trans peuvent ressentir ce qu’on appelle une dysphorie de genre. C’est-à-dire, ils ou elles peuvent ressentir que leur corps (ou certaines parties de leur corps) est en dissemblance avec leur identité de genre (donc, comment ces personnes se sentent dans leur tête, leur coeur). Cette discordance entre sexe assigné à la naissance (donc, comment on est perçu par la société: soit comme homme, soit comme femme) et identité de genre peut engendrer une grande souffrance. C’est pour cette raison que certain.e.s personnes trans décideront de débuter un parcours de transition qui peut inclure, ou non, des traitements hormonaux, des chirurgies, des démarches pour modifier son prénom sur ses papiers, etc. Précisons qu’il existe autant de parcours de transition possible qu’il existe de personnes trans. C’est à chaque personne de déterminer ce qui correspond le mieux à ses besoins et à son bien-être. Par exemple, plusieurs personnes trans ressentent un confort avec leur corps de naissance et ne désireront pas entamer un parcours de transition médicale. Plusieurs personnes trans sont même non-binaires ou genderfluid.e.s!

Genderfluid ou Genderqueer: qui ne s’identifie pas en termes binaires ou dont l’identité et l’expression de genre sont fluides et dynamiques.

Non-binaire: L’idée que nous ne vivons pas dans un monde où tout est soit féminin soit masculin, dans des catégories déjà préconçues. En fait, tout est sur une notion de continuum (masculinité/féminité).

Ainsi, on peut ressentir l’envie de se mettre en talon haut un jour et de laisser pousser sa barbe l’autre jour! Ou encore, on peut décider de mélanger les caractéristiques (considérées par la société comme) féminines ET comme masculines à la fois. Être genderfluid.e c’est s’affranchir des standards de rôle ou de beauté féminin et masculin qui nous sont imposés de façon stricte et binaire par la société!

À la lumière de ses nombreuses explications, je t’invite à consulter la licorne du genre sur le lien suivant: 


Tu peux imprimer ce schéma ou apposer des X imaginaires sur les lignes. Les sections qui concernent tes présents questionnements sont le turquoise et le vert. Comme tu le vois sur les continuums, tu as la possibilité de cocher le cercle de gauche si tu ne te reconnais pas dans l’énoncé, puis de tirer vers la droite plus ton sentiment lié à l’identité de genre et à l’expression de genre augmente. Tu pourras voir, aujourd’hui, où tu en es dans ton coeur et dans ton corps. La beauté de la chose est que la façon que l’on définit notre identité peut toujours changer! N’hésite pas à t’y référer plusieurs fois au besoin.

Pour répondre à ta question “Je ne sais même pas par ou commencer pour savoir“, il est possible d’explorer son genre de plusieurs manières, que ce soit par ton habillement, ton style vestimentaire ou par la façon dont tu souhaites être nommé.e par tes ami.e.s et ton entourage. L’exploration de son genre peut être une magnifique expérience lorsqu’on se l’autorise! Est-ce qu’il y a des ami.e.s de confiance autour de toi avec qui tu serais confortable de leur partager tes réflexions et avec qui te serais à l’aise de porter différents vêtements, ou avec qui tu serais à l’aise de leur demander d’utiliser des pronoms masculins pour s’adresser à toi? De la sorte, tu pourras évaluer l’effet que cela te fait, si ça te rend heureux par exemple, ou si cela te provoque un malaise plus grand. Reste attentif ou attentive à la façon dont tu te sens. C’est possible de faire des essais, aussi possible de faire des erreurs. L’important, c’est d’apprendre à se connaître! 

Saches que tu n’es pas dans l’obligation de te définir par une étiquette en particulier. Il n’y a pas de presse! Apprendre à se connaître est un cheminement continu de toute une vie! Cependant, as-tu envisager la possibilité d’entrer en contact avec des gens des communautés LGBTQ+ qui se définissent par ces titres (genderqueer, genderfluid, trans). Pose leur des questions sur leurs cheminements, sur leurs vécus. Curiorité, respect et ouverture peuvent guider tes futures interactions! Je vois que tu habites en France, est-ce que tu connais l’association C’est Comme Ça ? Il s’agit d’une association supportant les jeunes LGBTQ+ ou en questionnement. N’hésite pas à les contacter! Tu pourras ainsi possiblement rencontrer d’autres jeunes vivant une situation similaire à la tienne. 

Il est aussi possible de lire le blog Unique en son genre, particulièrement ces deux articles  :
L’éventail des identités de genres non-binaires
Les erreurs d’utilisation du terme non-binaire
 
Il est aussi possible de jeter un coup d’oeil à ces deux réponses rédigées par mes collègues :
a) J’ai 16 ans, ne devrais-je pas savoir avant cela si je suis trans? Et suis-je seulement agender ou non-binaire?
b) Je ne me sens plus fille, j’ai toujours été un garçon « manqué » …
c) J’ai l’impression d’être un homme piégé dans un corps féminin.

J’ai confiance que tu sauras trouver réponse à tes questions avec le temps 🙂

J’aimerais également te rappeler qu’il est possible de consulter ton/ta médecin ou un.e psychologue si tu ressens une souffrance psychologique importante (anxiété, dépression, etc.) ou si tu ressens le besoin de parler d’une possible transition que tu aimerais débuter.

Je t’invite à nous réécrire si tu en ressens le besoin ou si tu as d’autres questions!

Bonne journée à toi 🙂


About mlleparr

Après la psychologie, la psychoéducation, les études hispaniques et la science politique, Anne-Claudel a enfin trouvé sa vraie nature: la sexologie! Étudiante de deuxième année du baccalauréat, elle se définit comme féministe, pansexuelle et amoureuse des langues. Elle aime aussi jouer de la guitare les soirs de pleine lune et partir à la découverte du monde.

Leave a comment