Je me demande si je suis devenue asexuelle avec le temps


Bonjour, je m’appelle Andréa et j’ai 19 ans. Voilà mon problème, je me demande si je suis devenu asexuelle avec le temps. Je vous explique du début; Alors, depuis la maternelle, j’ai toujours eu des béguins pour des garçons, à presque chaque année scolaire un garçon différent venais hantais mes pensées 24 heures sur 24. J’étais une vraie ”BOY CRAZY” comme on le dit en anglais, à chaque film que je regardais, je tombais amoureuse du gars, etc. Vers l’age de 13 – 14 ans, j’ai souffert d’une grosse dépression qui a durée prêt d’un an et depuis ce temps là, je suis incapable de tombée amoureuse, alors je me suis juste concentrée sur autre chose de la vie, mes études (je me noyais et me noie encore dans mes études), je me concentrais sur jouer des sports, mon travail à temps partiel que j’avais pendant mon secondaire et etc. Mais là me voilà à 19 ans, à l’université, je suis incapable de tomber amoureuse et depuis quelque temps, ce questionnement me tracasse énormément, tellement que j’en suis un peu dépressive, j’ai moins le goût de vivre, j’ai toujours cette boule de tristesse dans la gorge, etc. Il y a l’exception d’un gars l’an passé, lorsque j’avais 18 ans, je n’étais pas follement amoureuse, mais c’étais le début; j’avais des papillons dans ventre avant d’aller à l’école parce que je savais que j’allais le voire, mon coeur battais vite quand je le voyais, on a même commencé à se texter, puis moi la conne, je croyais qui se passais quelque chose, mais finalement je me suis fait des idées, il avait déjà une blonde. Cela m’a pris du temps avant de ne plus être déçu, en fait je ne sais pas pourquoi j’étais si déçu, je n’étais pas si amoureuse de lui que ça. Bref, j’ai 19 ans et depuis un mois, je me questionne même sur mon orientation sexuelle, je me demande si je suis devenu lesbienne, que je suis lesbienne et je m’en rend juste pas compte que je suis lesbienne, je me remet en question, je me demande si j’ai déjà eu des attirances envers mes meilleures amies sans m’en rendre compte, ce questionnement me perturbe pas mal et je déteste ça.
Comme je me questionne tellement qu’à chaque fois que je vois une belle fille, j’analyse ce que je ressens, ça m’épuise beaucoup. Je ne suis pas homophobe, je n’est rien contre les homosexuelles, je suis contente qu’ils peuvent vivre et s’exprimer et se marier avec la personne qu’ils aiment sans être jugé. Un de mes meilleurs ami est homosexuel et je l’apprécie beaucoup, je dirais que c’est l’une des personne avec qui je me sens le moins jugé, avec qui je peux plus être moi-même.
Bref, même si je ne suis pas homophobe, je ne veux pas être lesbienne, car depuis que je suis toute petite, je rêve de qui serait mon prince charmant, comment serait ma vie adulte avec cet homme spécial et je me souviens, même si ça fait longtemps, comment que c’est beau d’être amoureuse d’un garçon, comment je me sentais invincible, comment je me sentais si heureuse, pleine d’espoir, les rêveries, les poèmes et les lettres d’amours écrite le garçon. Oui je suis quelqu’un qui se compare beaucoup aux autres filles et parfois je préférerais être une autre fille plus jolie, moins stressée et souvent je vois des filles plus jolies, plus toute que moi et je deviens comme intimidé, gêné tellement que je ne suis pas capable de leur parler, est-ce normale? Est-ce de l’attirance?
Pour ajouter, je n’est jamais était en relation avec qui que ce soit, je suis quelqu’un de très gênée et introverti, je ne sors pas beaucoup, j’ai de très bons amis qui ont pas mal les même valeurs que moi. J’ai une très bonne relation avec mes parents. Je suis quelqu’un de très sérieuse et qui prend ses études très à coeur, qui a d’énormes attentes envers elle-même. Je suis une femme qui a de grands plans de carrière, qui a toujours 10 milles projets à venir et qui d’habitudes adores la vie (QUAND ELLE N’EST PAS DÉPRESSIVE BIEN SÛR).
Pour conclure, oui je suis capable de trouver un gars beau et quand je croise un beau gars au magasin ou à l’université par exemple, je me sens rougir, gênée et pognée mais rien de plus. Je ne suis plus capable d’être amoureuse.
Avec tous cela, voici mes questions; suis-je asexuelle? Suis-je hétérosexuelle? Suis-je lesbienne? Vais-je un jour retomber amoureuse même si ça fais longtemps? Et la plus ridicule des questions; est-ce normale qu’a partir de l’âge de 13 ans j’ai arrêter d’avoir des béguins pour des acteurs?Est-ce normale que durant mon secondaire (14 à 18 ans) d’avoir trouver les gars cons et pas évolué? Est-ce normale que le physique d’un homme n’est pas la première chose qui va m’attirer de lui? Est-ce normale que je n’est pas envie de voir le pénis de tout les gars sur la planète terre (désolé du terme) comme la plus part des filles? Est-ce normale de ne pas se masturber? Ai-je un problème? Puis-je dormir tranquille et arrêter de m’inquiéter?
Andréa
 

Bonjour Andréa,
Premièrement, merci de nous avoir contactés et de faire confiance à AlterHéros pour ta question. Si je comprends bien, tu as plusieurs questionnements au sujet de ton orientation et de tes envies sexuelles. Tu exprimes aussi des craintes par rapport à ton orientation sexuelle et tu voudrais savoir si tu as un problème par rapport à tes relations et à toi-même parfois. Tu as plusieurs questionnements par rapport à la sexualité avec les garçons, les attirances envers les garçons et filles, la masturbation, les béguins pour les acteurs et l’attirance physique par rapport aux garçons.
Pour commencer, je tiens à te rassurer tout de suite, la norme n’est pas linéaire. Elle est plutôt fluide. L’image du prince charmant est souvent projetée dans l’enfance et elle peut représenter plusieurs choses. D’un côté, elle représente un idéal de beauté, une image assez forte, associée à la richesse et au bonheur de contes de fées. D’un autre côté, l’image du prince ou de l’homme fort et attachant dans les films peut facilement combler le besoin de sécurité, donner une impression de devoir « trouver le bon » afin que la vie soit belle, qu’on soit heureuses avec une sécurité financière, amoureuse et relationnelle.
Pourtant, en grandissant, il est possible de remarquer que c’est nous-même qui devons trouver notre bonheur et qu’il n’arrivera pas sur un cheval blanc. Il est possible que vers 13 ans, tu aies arrêté d’avoir des béguins pour les acteurs parce que cet idéal ne te correspondait plus. Il est aussi possible que ce soit parce que tu n’avais tout simplement plus d’attirance pour ce type de garçons, ou encore pour les garçons tout court. Ce qui est sûr, c’est que cela ne fait pas de toi quelqu’un d’anormal et c’est encore moins une question ridicule.
Ensuite, tu veux savoir si c’est normal d’avoir trouvé les gars immatures au secondaire, si je comprends bien. La maturité, c’est quelque chose qui est difficile à mettre dans un cadre. Il est possible que pendant certaines périodes de ta vie, tu trouves que certaines personnes sont plus immatures que toi ou qu’elles ne t’attirent tout simplement pas et c’est tout à fait normal. Tu n’as pas à te forcer pour être proches d’eux si tu n’en a pas envie, tu es toujours maître de ta vie et de qui tu y laisses entrer. Ensuite, tu voulais savoir si c’est normal de ne pas nécessairement être attirée par le physique d’un homme en premier, si j’ai bien compris. Encore une fois, ce qui est normal ne peut pas être mis dans une boîte carrée. L’attirance physique est propre à chacun(e). Tu peux être attirée par la personnalité, par la personne en tant que tel, par le regard, par la présence d’une personne ou encore par son physique. Mais la relation ne se définit pas seulement par le physique, au contraire. Est-ce que certaines filles peuvent être davantage attirées par le physique? C’est possible. Tout comme c’est possible de ne pas l’être. Il n’y a pas un meilleur choix ou un choix plus normal que l’autre.
En ce qui concerne ton orientation sexuelle, il est parfois difficile de démêler toutes les émotions qui peuvent survenir. Les pensées peuvent être confuses et c’est tout à fait normal. Tout d’abord, il faut que tu te laisses le droit d’explorer, d’être toi-même et te dire que les films ne représentent pas la réalité. L’hétérosexualité est souvent imposée, encouragée en société. Il est possible que tu sois hétérosexuelle et que pour l’instant les hommes ne t’intéressent tout simplement pas et tu as le droit. Être en couple est pratiquement considéré comme ce qui est normal dans la société, mais être célibataire l’est tout autant. Tu as le droit de te concentrer sur tes études, de ne désirer personne et d’avoir ta propre vie. Tu as aussi le droit de désirer un homme tout simplement parce que sa personnalité te plaît et non parce que tu souhaites avoir une relation sexuelle avec lui.
Ensuite, par rapport à l’homosexualité et si tu es homosexuelle, c’est plutôt toi qui peut le savoir. Pour te guider, parfois te détendre et te dire que tu as le droit de ressentir ce que tu veux, ça peut aider. Tu dis te comparer aux autres filles, sans nécessairement avoir envie d’elles. Il est tout à fait normal de trouver d’autres filles belles, de se comparer et de vouloir changer des aspects de soi-même, surtout quand on est moins bien dans sa peau ou parfois juste parce qu’on aimerait avoir sa personnalité, ses yeux ou ses cheveux. Est-ce pour autant une attirance? Pas nécessairement. Mais ne te juge pas si jamais c’en est une !
Les contes de fées ne racontent pas souvent l’histoire de deux femmes ensembles, mais dans la réalité, cette histoire peut être tout aussi romantique et belle que celle du prince. Tu peux explorer, te laisser la chance de voir si tu as une attirance pour les femmes et ne pas te sentir mal si tu ne corresponds pas aux scénarios idéalisés des films. Ces scénarios sont irréels et ils faussent la réalité.
Ensuite, au niveau de l’asexualité, il est important de mentionner encore une fois que tu n’es pas anormale parce que tu ne veux pas « coucher » avec quelqu’un. Il est possible que l’asexualité soit une orientation dans laquelle tu te reconnais parce que tu y corresponds, c’est-à-dire que tu ne désires pas avoir de relations sexuelles avec une personne, mais que tu désires avoir une relation romantique, ou pas du tout (aromantisme). Ce n’est pas parce qu’en ce moment tu ne souhaites pas être avec un homme ou une femme que plus tard cela ne changera pas. Peut-être que tu ne désireras jamais un homme sexuellement, mais que tu désireras avoir une relation amoureuse avec lui. Peut-être aussi que tu ne souhaites tout simplement pas avoir de relations amoureuses ni sexuelles, soit pour l’instant, soit pour toujours. Toutes ces options sont normales et c’est celle qui te correspond qui sera la meilleure pour toi. Encore une fois, il n’y a pas de choix meilleur qu’un autre, c’est plutôt la façon dont tu te sens qui est importante.
Est-ce qu’un jour tu vas retomber amoureuse? Il n’y a pas de délai, pas de règle de temps et pas de réponses préétablies à cette question. Premièrement, si tu es bien dans ta situation, il n’y a pas de presse et tu peux prendre tout le temps dont tu as besoin. Être célibataire, c’est s’occuper de soi avant tout. Tu dis qu’avoir des amis homosexuels t’aide parfois à te sentir acceptée. Savais-tu qu’il existe plusieurs groupes de discussions, entre autre pour les personnes asexuelles et lesbiennes ? C’est une alternative qui pourrait t’aider.
Tu parlais de ta relation avec un gars qui, en ce terminant, t’avais rendue triste. C’est normal d’être déçue, en fait c’est normal d’avoir des émotions tout court. Peu importe la durée de la relation, tu as le droit de les vivre ces émotions-là. Tu perds une partie de ce que tu avais et ce n’est pas le temps qui va décider si tu perds une petite ou une grande partie.
Parfois les relations nous apportent quelque chose que l’on n’arrive pas à retrouver quand on est seul. Par exemple, de la sécurité, de l’estime de soi, de l’amour et beaucoup plus. Tu es très forte de continuer à travers tout ça, de prendre le temps de te poser et de nous poser tes questions. Tu as des questions très pertinentes et tu as le droit de (te) les poser.
Ensuite, est-ce normal de ne pas se masturber? Encore une fois, il n’y a pas de définition de ce qui est ou n’est pas normal. La masturbation est propre à chacun(e) et il n’y a pas de choix à faire spécifiquement. Si tu n’as pas envie de te masturber, tu n’as pas à le faire et cela ne fait pas de toi quelqu’un d’anormal, au contraire, tu sais ce que tu veux et ce que tu ne veux pas et tu l’appliques dans ta vie. Si tu as envie, tu peux et c’est normal aussi. Mais ce n’est pas une obligation, ta sexualité, tu choisis comment tu la vis. Tu peux choisir quelque chose une journée et changer d’idée un autre jour. C’est ça être humain.
Pour l’instant, tu sembles vivre énormément d’émotions en même temps. Ce qui compte, c’est que tu sois heureuse. Tu parles de dépression un peu comme si tu n’étais plus toi-même, qui semble être une fille radieuse et pleine d’ambition. La dépression, ce n’est pas quelque chose pour laquelle tu dois te juger. Tu peux te laisser le temps d’avoir ces émotions, mais si jamais tu as besoin d’aide, nous sommes là, mais il y a aussi des lignes d’écoutes (Tel-Jeunes, Jeunesse, J’écoute, Interligne) et des gens qui sont là pour toi à tout moment. Est-ce que tu as un problème? Absolument pas. Tu es une jeune femme tout à fait normale, qui a des questions importantes et pertinentes et qui vit beaucoup de choses en même temps. Tu peux te laisser le temps de respirer un peu, de penser à toi. Tu peux explorer ce que tu ressens par rapport aux gars et aux filles, tu peux être célibataire, tu peux rejoindre des groupes de discussion, voir ce dont tu as envie et essayer. Il n’y a pas de mauvaise réponse.
Et finalement, oui tu peux dormir tranquille. Tu es tout à fait normale et tes questionnements sont aussi normaux. Il n’est pas facile de décider ou savoir ce que tu veux tout de suite. Mais ne te juge pas et permets toi d’explorer afin de voir ce qui te rend heureuse. Déjà, tu nous as écris avec tous ces questionnements et une partie de ton histoire. Tu es courageuse et tout comme toi, plusieurs filles ressentent la même chose et n’osent pas en parler. N’oublie pas que c’est ta vie et que tes choix t’appartiennent. Parfois les sentiments et émotions se mélangent et c’est difficile, mais tu prends déjà les devants en cherchant de l’aide. Laisse-toi un peu de temps, du temps sans jugement, à faire ce qui te plaît et explorer ton orientation comme tu en as envie.
Merci d’avoir fait confiance à AlterHéros. Si tu as d’autres questions, n’hésites pas à
nous réécrire, nous sommes là pour toi!
Rébecca


About Ribz

Diplômée en massothérapie et présentement à sa dernière année d’étude au baccalauréat en sexologie, Rébecca est à l’écoute des gens, adore l’équitation et les jeux de société.

Leave a comment