Témoignage – Je l’aime malgré moi


Je m’appelle Florence, j’ai 17 ans et depuis l’âge de 12 ans je sens au fond de moi même que je ne suis pas comme les autres filles de ma classe.

Losque l’on parle ensemble de garçons, je ne peut pas m’empêcher d’entrer dans le jeu, alors je les juge: « Ah oui! Il est trop mignon celui-là », ou bien « Oulala au secours… Je préfère celui de droite ». Mais tout cela n’est que mensonge. Pourquoi? Tout simplement parce qu’au moment ou la troupe regarde le beau brun qui se pavane au beau milieu du couloir en les ignorant, moi je suis envoutée par la beauté et le charme de la surveillante adossée au mur.

Je me souviens, je devais avoir 12 ans, peut après la mort de mon père,je regardais le soir un film avec une adolescente amoureuse de sa meilleure amie. Moi je n’avais pas compris ce qui se passait dans le film. Et puis soudain ma mère a marmonné quelque chose dans le style: « Oula! Elle n’est pas nette celle là ». Et soudain c’est arrivé: la boule dans le ventre.  Une douleur fulgurante s’est emparée de moi. Je me suis levée, et puis je me suis couchée toute habillée dans mon lit. Ma mère m’a demandé ce qui se passait, alors je lui ai dit. En effet, toute mon histoire a commencé par un manque d’affection maternelle, à tel point que j’ai toujours recherché dans mes rêves de l’affection maternelle chez mes professeurs femme.  Mais au fil des ans, ce besoin d’affection maternelle s’est instauré à la vue de femmes de plus en plus jeunes, puis de jeunes femmes d’environ 20 ans. Il s’est transformé en attirance sexuelle. En amour.

Toutes les jolies femmes que je voyais faisait un séjour dans mon cœur tôt ou tard: les actrices de séries, les femmes dans la rue, puis les filles de mon lycée.  « Maman, j’aime les femmes ».  « Mais non, mais non, ce n’est qu’une passade ».

Aujourd’hui je suis folle amoureuse de la “pionne” de mon lycée. Elle me plaît, je la veux.  Quand je ne la voix pas, c’est comme si j’étais en apnée prolongée. Quand je la vois,  je tremble,  je brûle, je bafouille,  j’ai les mains moites. Je cherche toujours à savoir comment la séduire. Voilà, j’aime une femme. Je suis une femme.


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.


Leave a comment

2 thoughts on “Témoignage – Je l’aime malgré moi

  • Florence

    désolée si j’ai pu mettre certaines personnes en colère a cause de mon rapport personnel mère-homosexualité.c’est juste un fait personnel et je ne veux pas généraliser.Je regrette d’avoir mal ecrit mon témoignage.

  • NIKKY

    Moi g trouve pa ke tes propos peuvent en mettre en colère tu as écris ce ke tu ressentais et g trouve ça bien. Moi g suis amoureuse de ma prof d’anglais mais g de la chance avec mes ami(e)s g pas besoin de me cacher. Courage!