J’ai fait un transfert affectif sur une infirmière, suis-je érotomane?


Suis je erotomane ? J ai cru qu une infirmière sur qui j ai fait un transfert affectifs partagée mes sentiments en interprétant certains signaux de sa part et maintenant je n arrive pas a me débarrasser du ressentiment

 

Salut Nisette!

 

Merci de faire confiance à l’équipe d’AlterHéros pour répondre à ta question, je ferai mon possible pour t’apporter de l’aide.

 

Alors, si je comprends bien, tu as vécu un transfert affectif avec une infirmière et tu as cru et crois encore que ces sentiments sont réciproques. Tu te demandes donc si tu es érotomane.

 

Premièrement, être érotomane, ça veut dire quoi? Selon ce que je trouve sur Internet, c’est un trouble psychologique délirant par lequel une personne peut avoir la conviction d’être aimée par un·e autre. Dans beaucoup de définitions sur Internet, on peut voir que l’érotomanie est décrite comme une obsession, même comme malsaine. À ce que je vois, c’est un terme surtout utilisé dans la psychanalyse. Il n’y a pas énormément de littérature scientifique là-dessus et je vois beaucoup de liens entre l’hystérie et l’érotomanie, ah, Freud!

 

Alors, je serais plutôt portée à dire que ce qui est décrit comme étant l’érotomanie peut surtout être motivé par d’autres troubles, que je ne suis aucunement dans la position de diagnostiquer.

 

Cependant, dans ton cas, je ne pense pas que ce que tu vois et ressens soit obsessif, irréaliste et te porterait à de l’harcèlement. Ai-je raison? Je ne crois pas que tu sois érotomane, ou tout autre chose et ce que je crois, comme tu l’as déjà bien ciblé, c’est que tu vis un transfert affectif avec ton infirmière. Je vais insérer ici l’extrait d’une ancienne réponse de mon collègue qui parle du principe du transfert entre le client et un·e travailleur·euse social·e et la relation établie entre les deux, ce qui peut aussi se rapporter à ta situation, soit d’une relation client·e, infirmier·ère: « Tu te demandes s’il est normal que ton ancienne travailleuse sociale te plaise. Oui, c’est normal ! L’attirance (physique ou psychologique) nous prend souvent par surprise et nous ne pouvons pas réellement la contrôler. En revanche, cet intérêt que tu soupçonnes avoir envers elle est peut-être biaisé par la nature de la relation que vous avez entretenue. Je m’explique… 

 

La relation professionnelle qui unit un client (toi!) et un.e TS est particulière. Tu l’as dit; elle te connaît mieux que n’importe qui. Tu t’es ouverte à cette personne, tu lui as donné accès à plusieurs aspects de toi et de ta vie. Elle a eu l’occasion d’analyser ta situation, tes problématiques et tes réactions, dans le but de te fournir de l’aide. La relation professionnelle n’est pas réciproque : tu te confiais à cette TS alors qu’elle ne s’ouvrait pas (ou très peu) sur son vécu personnel. Tu ne connais donc que très peu de détails sur sa vie et tu la connais uniquement dans son rôle de professionnelle, ce qui ne constitue qu’un pan de sa personnalité globale. Par ailleurs, les rôles que jouent les personnes impliquées dans la relation professionnelle sont différents et complémentaires : son mandat était de t’aider et de t’offrir des ressources, alors que tu étais en situation de vulnérabilité et en recherche de soutien. Comme mon collègue Jordan l’exprimait dans sa réponse à des questionnements concernant les relations entre élèves et enseignant.e : «Il existe en psychologie ce qu’on appelle le transfert, qui signifie qu’il peut se produire une forme d’attirance (amicale, sexuelle ou autres) entre deux personnes, surtout lorsque l’une vous apporte du réconfort, vous enseigne quelque chose (un.e professeur.e, un.e psychologue). C’est une réaction tout à fait normale, mais pour laquelle il faut se poser la question de : le développement de la relation a-t-il une raison d’être ?».

 

Ainsi, ton intérêt envers elle est probablement motivé par le sentiment de confort que tu as ressenti en te confiant à elle, par son écoute, son soutien, sa connaissance de toi. Ton attirance vient peut-être également de son apparence, de certains traits de sa personnalité, de sa voix, etc. Cependant, garde en tête qu’il y a un déséquilibre dans votre relation. Qu’elle te connaît en profondeur alors que tu ne sais que très peu de choses sur elle. »

 

Bien évidemment, le service rendu n’est pas le même, mais il y a tout de même des soins prodigués et une attention particulière apportée directement à toi de la part de cette infirmière. Ce transfert peut aussi nous faire douter de l’intérêt du/de la professionnel·le envers nous, puisqu’il est possible d’interpréter l’attention et l’écoute apportée comme autre chose.

 

Si jamais tu es à l’aise, tu peux toujours ouvrir la discussion sur ce transfert avec ton infirmière pour avoir des réponses et y trouver des solutions?

 

J’espère avoir pu répondre à ta question, n’hésite pas à nous recontacter pour quoi que ce soit!

 

Émilie (elle/she), pour AlterHéros

 


About Émilie Grandmont

Émilie (elle/she) est une femme bisexuelle et polyamoureuse. Elle possède un baccalauréat en sexologie de l’UQAM. Elle est entrée dans ce programme avec le but d’en apprendre davantage sur la diversité sexuelle et de genre, sur la santé sexuelle et sur l’éducation sexuelle intersectionnelle. Aujourd’hui, elle souhaite venir en aide aux survivant.es d’agressions sexuelles et offrir une écoute inclusive et sécuritaire à toute personne faisant partie de la communauté LGBTQIA2S+. Ses ami.e.s la décriraient comme passionnée des animaux, effrayée par les papillons et difficile à réveiller aux petites heures du matin.

Leave a comment