Mon ancienne travailleuse sociale m’a invité à prendre un verre maintenant que je suis majeure… Est-ce normal qu’elle me plaise peut-être?


Est-ce que c’est normal que mon ancienne TS m’aille invité à prendre un verre maintenant que je suis majeure? Elle est charmante et je ne sais quoi m’attire vers elle. Elle me connaît mieux que n’importe qui. Est-ce que c’est normal qu’elle me plaît peut-être?”
Cynthia
 
Salut Cynthia 😊
Merci de faire confiance à l’équipe d’AlterHéros ! Tu es dans une situation particulière et je te félicite de chercher à avoir des avis extérieurs.
Si je comprends bien, ton ancienne travailleuse sociale t’a invité à aller prendre un verre peu après tes 18 ans. Tu mentionnes également éprouver de l’attirance envers elle et tu dis qu’elle te connaît mieux que quiconque. Tu te demandes si son invitation et l’attirance que tu ressens sont normales. C’est bien cela ? 
C’est une question complexe, il est parfaitement normal que tu te sentes confuse ! Je vais tenter de t’aider à démêler tout ça pour que tu puisses prendre une décision éclairée.
Tout d’abord, au plan légal, il est interdit pour tout.e professionnel.le d’entretenir une relation intime avec un.e client.e pour toute la durée de la relation professionnelle (article 59.1 du Code des professions du Québec). Tu as mentionné qu’il s’agit de ton ancienne travailleuse sociale, on pourrait donc penser qu’il n’y a pas de problème légal. Cependant, la relation professionnelle ne se termine pas au moment où le service a été rendu pour la dernière fois. « Elle est en effet considérée se prolonger bien au-delà. Il faudra donc attendre qu’une longue période de temps se soit écoulée après la fin de la relation professionnelle pour que l’on puisse commencer à considérer une relation personnelle entre un professionnel et un ancien client comme étant appropriée. » (Source
Une longue période de temps ? C’est vague !
Je te recommande la lecture de ce court article sur la durée de la relation professionnelle. Il porte sur le cas des infirmier.ères, mais peut très bien se transposer à celui des travailleurs sociaux et travailleuses sociales (TS). La conclusion de cet article est la suivante : « pour déterminer la fin de la relation professionnelle avec un client, l’infirmière devra s’assurer que le délai est suffisant pour dissiper chez lui toute représentation de figure professionnelle ».
Par ailleurs, plusieurs facteurs viennent influencer la durée de la relation professionnelle. Pour en déterminer la durée, l’Ordre professionnel des conseillers et conseillères d’orientation du Québec affirme que « le membre [de l’ordre professionnel] doit tenir compte notamment de la nature de la problématique et de la durée des services professionnels rendus, de la vulnérabilité du client et de la probabilité d’avoir à rendre à nouveau des services professionnels à ce client ». 
Tout cela reste assez subjectif. Pour te donner un critère plus facile à évaluer, selon l’Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l’Ontario, le délai minimal pour envisager une relation personnelle est d’un an suite aux derniers services rendus. 
Tu l’auras sûrement compris, la responsabilité de déterminer si le délai est suffisant pour considérer une relation intime revient au/à la professionnel.le. Je souhaite donc que ton ancienne travailleuse sociale ait pris le temps de bien réfléchir au côté éthique de son invitation. Si tu en doutes, les détails que je viens de te donner peuvent t’aider à poser un jugement critique sur la situation. Estimes-tu que cela fait assez longtemps que vous avez cessé de vous rencontrer dans un contexte professionnel ? Quel âge avais-tu lorsque tu la consultais ? Quels étaient tes motifs de consultation ? Envisageais-tu de recommencer à la consulter dans le futur ? 
Si tu le souhaites, tu peux nous réécrire en précisant ces paramètres.
Tu te demandes s’il est normal que ton ancienne travailleuse sociale te plaise. Oui, c’est normal ! L’attirance (physique ou psychologique) nous prend souvent par surprise et nous ne pouvons pas réellement la contrôler. En revanche, cet intérêt que tu soupçonnes avoir envers elle est peut-être biaisé par la nature de la relation que vous avez entretenue. Je m’explique… 
La relation professionnelle qui unit un client (toi!) et un.e TS est particulière. Tu l’as dit; elle te connaît mieux que n’importe qui. Tu t’es ouverte à cette personne, tu lui as donné accès à plusieurs aspects de toi et de ta vie. Elle a eu l’occasion d’analyser ta situation, tes problématiques et tes réactions, dans le but de te fournir de l’aide. La relation professionnelle n’est pas réciproque : tu te confiais à cette TS alors qu’elle ne s’ouvrait pas (ou très peu) sur son vécu personnel. Tu ne connais donc que très peu de détails sur sa vie et tu la connais uniquement dans son rôle de professionnelle, ce qui ne constitue qu’un pan de sa personnalité globale. Par ailleurs, les rôles que jouent les personnes impliquées dans la relation professionnelle sont différents et complémentaires : son mandat était de t’aider et de t’offrir des ressources, alors que tu étais en situation de vulnérabilité et en recherche de soutien. Comme mon collègue Jordan l’exprimait dans sa réponse à des questionnements concernant les relations entre élèves et enseignant.e : «Il existe en psychologie ce qu’on appelle le transfert, qui signifie qu’il peut se produire une forme d’attirance (amicale, sexuelle ou autres) entre deux personnes, surtout lorsque l’une vous apporte du réconfort, vous enseigne quelque chose (un.e professeur.e, un.e psychologue). C’est une réaction tout à fait normale, mais pour laquelle il faut se poser la question de : le développement de la relation a-t-il une raison d’être ?».
Ainsi, ton intérêt envers elle est probablement motivé par le sentiment de confort que tu as ressenti en te confiant à elle, par son écoute, son soutien, sa connaissance de toi. Ton attirance vient peut-être également de son apparence, de certains traits de sa personnalité, de sa voix, etc. Cependant, garde en tête qu’il y a un déséquilibre dans votre relation. Qu’elle te connaît en profondeur alors que tu ne sais que très peu de choses sur elle.
Bien entendu, il n’est pas exclu que tu développes un intérêt réel pour cette personne, si tu apprenais à la connaître.
Personnellement, je te recommanderais de prendre du temps pour réfléchir. Je ne connais pas ton vécu et ne sais pas ce qu’a représenté pour toi le processus de relation d’aide que tu as traversé avec cette TS. Prends le temps de te demander comment tu perçois cette personne. Si tu sens que le rapport de pouvoir/d’autorité est toujours présent, envisager une relation intime avec elle est probablement une mauvaise idée. Questionne-toi sur ce que cela te ferait d’entamer une relation avec elle, puis qu’elle te déçoive (pour une raison ou pour une autre). Cela viendrait-il invalider le travail que vous avez fait ensemble dans le passé ? Il peut parfois être dérangeant de voir notre perception d’une personne ayant marqué notre vie se transformer drastiquement. Qu’en penses-tu ?
Finalement, avant toute chose, penses-tu qu’il pourrait être pertinent de la questionner sur ses intentions envers toi, sur la nature de son intérêt ?
J’espère vraiment avoir pu t’aider ! Je comprends parfaitement que tu ne saches pas quoi faire, n’hésite pas à nous réécrire si tu en ressens le besoin ! Je te suggère aussi d’en parler avec une personne de confiance pour avoir son avis.
Prends soin de toi ! 
Jeanne, bénévole pour AlterHéros


About Jeanne

Amoureuse de la littérature, voyageuse insatiable et éternelle indignée. Son baccalauréat en sexologie fraîchement complété, Jeanne est fin prête à lutter pour ce qui lui tient à coeur : la libération sexuelle et la progression vers une vision positive et égalitaire des différentes identités, orientations et pratiques sexuelles. Chaque jour est une nouvelle occasion d'aborder la sexualité sans tabous.

Leave a comment