J’ai des attirances sexuelles pour les gars mais je veux avoir une famille, une femme et des enfants…


jai 16 ans je vis depuis un gros malaise voilà 5 ans j’avais des attirances sexuelles pour les gars mais le problème est que je veux avoir une famille une femme pis d’un coup paf tout me revient en tête suis-je normal
franky

Bonjour Franky.

Tout d’abord, je te remercie d’avoir pris le temps de nous écrire. Cette confiance que tu accordes à AlterHéros me touche et il me fera plaisir d’essayer de comprendre, avec toi, ce que tu vis présentement.

Tu nous dis que, depuis l’âge de 11 ans, tu éprouves du désir pour les gars. Tu as aujourd’hui 16 ans et, malgré le fait que tu souhaites un jour être en relation avec une femme et avoir des enfants, ton désir pour les gars ne semble pas vouloir disparaître. Il est même bien présent et tu en viens à te demander si tu es normal.

Je tiens tout de suite à te rassurer, Franky: oui, tu es parfaitement normal. Éprouver du désir pour quelqu’un de son propre genre n’est pas une maladie honteuse ou un trouble mental. Cependant, tu sembles avoir de la difficulté à assumer ce que tu ressens pour les autres gars. C’est parce que, nous dis-tu, “je veux avoir une famille, une femme”. Je n’ai aucun mal à comprendre combien il peut être inquiétant, voir même frustrant, pour un jeune gay de se retrouver sans cesse devant le modèle dominant de notre société, c’est-à-dire un homme + une femme = des enfants. Ce modèle, c’est souvent celui de nos propres parents, de nos oncles et nos tantes, de nos voisins, des héros de cinéma, etc. Puis, un jour, ce sont nos amis qui commencent à s’intéresser aux filles… et, là, on se demande, comme tu l’as fait: “Est-ce que je suis normal?”.

On peut choisir bien des choses dans la vie: ses amis, ses loisirs, son style de musique, son “look”, et j’en passe! L’orientation sexuelle, elle, ne peut faire l’objet d’un choix. Je pense qu’il est important, pour notre propre bien-être, d’être honnête envers soi-même. Crois-moi, nos mensonges, notre refus de nous assumer tels que nous sommes, ne peuvent qu’engendrer de la souffrance. Beaucoup de souffrance.

Pour ma part, je souhaite – et du fond de mon cœur! – que tu trouves le chemin du bonheur. Il est important que tu te fasses confiance, que tu apprennes à te connaître, à t’aimer; par-dessus tout, il est important que tu écoutes ce que ton cœur te dicte. Car la nature ne nous trompe pas et, mieux que nos peurs, sait nous guider.

Note d’ailleurs que ce chemin vers le bonheur peut être composé d’une orientation sexuelle homosexuelle ET d’une famille. En effet, de plus en plus, la société québécoise s’ouvre au fait que plusieurs personnes homosexuelles ou bisexuelles désirent être parents. À ce sujet, je t’invite à consulter le site web de la Coalition de Familles LGBT.

Puisque tu es dans une période de questionnement, peut-être aimerais-tu échanger avec des jeunes de ton âge qui s’interrogent, eux aussi, sur leur orientation sexuelle? Je te conseille alors vivement de participer aux activités organisées par Jeunesse Lambda, un groupe destiné aux jeunes de moins de 25 ans.

Pour conclure, je te dirai que, quelles que soient les décisions que tu prendras en rapport avec ta vie affective et sexuelle, la seule seule chose qui compte, qui compte vraiment, c’est ton bonheur. Ne laisse jamais les conventions sociales ou les préjugés te dicter ta conduite! Si jamais tu en sens le besoin, n’hésite pas à nous écrire à nouveau: nous serons toujours là pour t’épauler.

Sois heureux, Franky!

Benoît

Leave a comment