il m’aime, il n’est pas gai…


bonjour,
J’ai un ami avec lequel on a établi une relation très proche, différente des relations habituelles entre gars. Il me répète qu’avec un mec, l’amitié c’est plus fort que tout, même que toute relation avec les femmes.
On a parlé de l’échelle de Kinsey, il dit être à 1 car il préfère les relations avec les gars mais n’est aucunement attiré sexuellement.
Pour ma part, je me considère bi, à 4 sur l’échelle de Kinsey.
Je me demande si mon ami n’a pas simplement peur… il répète sans cesse “On n’est pas pédé…mais on s’aime”.
Se pourrait-il qu’une homophobie cachée en lui l’empêche d’exprimer ou de s’ouvrir davantage?
Il sait que je suis bi (ou s’en doute bien mais ose jamais poser la question ou aborder le sujet)
Je trouve difficile cette relation dans laquelle il y a tellement de sentiments mais…une grosse barrière il me semble à franchir.

Bonjour Mathieu,

Je comprends l’inconfort de ta relation avec ton ami. Voici quelques pistes que je te suggère pour que tu puisses toi-même, avec ou sans ton ami, trouver quelques éclaircissements.

Tu sais que vous avez une relation plutôt intime. Tu définis cette relation «dans laquelle il y a tellement de sentiments». Et tu dis que tu n’es sexuellement pas attiré vers les hommes. La question que je te pose: est-il sexuellement attiré vers les femmes?

La réponse à cette question devrait te révéler beaucoup d’indice.

Mais, cher Mathieu, je tiens à te préciser une chose. La réponse à cette question ne définit pas nécessairement son orientation sexuelle, ce n’est qu’un indice à ses attirances. Considère l’exemple suivant:

Si jamais ton ami répond qu’il n’est pas plus attiré sexuellement vers une femme, cela ne signifie pas qu’il est gai parce qu’il préfère «les relations» avec les hommes. Il faut considérer qu’il y une possibilité qu’une personne puisse ne pas avoir d’attirance sexuelle (dans le sens charnel du terme) mais qui se sente bien (dans le sens épanouissement) dans une relation sans plaisir charnel.

tu comprends la nuance?

«On n’est pas pédé…mais on s’aime»

Ok, ça aussi c’est une autre réalité à prendre en compte. Peut-être que les tabous de la société lui fait bloquer psychologiquement sa vie sexuelle? Je trouve que ton hypothèse a du sens, mais je ne dis pas non plus que tu as raison. Par contre, dans tout ça, tu as un avantage: tu es intime avec lui. Il faudrait augmenter la conversation à ce sujet.

Tu pourrais lui demander si l’homosexualité lui fait peur, si «l’étiquette» d’homosexuel lui répugne? Cherche à savoir ses malaises, ses tabous, mais fais-le habilement, avec attention, empathie, et prêtes-y ton oreille. Et s’il n’en a pas, pose d’autres questions, dans d’autres directions.

tu pourrais aussi lui faire part de tes sentiments, cela pourrait l’aider à te comprendre, et par l’effet même, considérer l’importance de tes questions.

Sache qu’il n’y a pas de mauvaises questions, l’important est dans l’art de les poser.

Je te souhaite bonne route, et de vivre cette expérience avec ascension.

Andre


About AlterHéros

Depuis 2002, AlterHéros répond à vos questions en ligne au sujet de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de la santé sexuelle en général. Nous organisons aussi des activités pour les jeunes LGBTQIA2S+ de 14 à 30 ans et leurs allié.e.s.

Leave a comment